Review

Après un superbe Black Ops 2 développé par Treyarch et un exécrable Declassified sur PS Vita réalisé par Nihilistic, revoici, pour la dixième fois, la célèbre franchise phare du FPS : Call of Duty! Marquant les premiers pas de la saga sur next-gen, le titre est développé par Infinity Ward, en général à l’œuvre sur du Modern Warfare, et qui a cette fois-ci pris tout le monde à contrepied en opérant un reboot de l’un des personnages clés de la saga : Ghost! 

Fantômes contre Fantômes

Le sacrifice est la seule solution pour sauver les Etats-Unis

Tout commence dans un futur proche, en 2018 pour être précis, lorsque les réserves pétrolières seront épuisées sur Terre. Première dans la série, cette fois l’intro se passe… dans l’espace ! A bord d’une station orbitale d’où sont contrôlés les satellites ODIN, armes de destruction massive appartenant aux Etats-Unis, vous allez vous faire attaquer par les sbires de la Fédération, une coalition de pays émergents d’Amérique du Sud. Ces derniers vont réussir à détruire une partie des Etats-Unis, qu’on appelle aujourd’hui le No Man’s Land et qui s’étend de Los Angeles à San Diego. Heureusement, ils seront arrêtés par les spécialistes Baker et Mosley, qui vont perdre la vie en faisant exploser la station.

C’est justement lors de cet événement qu’Elias Walker, militaire de carrière à San Diego, raconte la légende des Ghosts, ces soldats de l’extrême, à son fils aîné David (alias ) Hesh, et à Logan, le cadet et accessoirement personnage que vous incarnerez principalement durant le jeu. Le sol commence alors à trembler sous vos pieds ! Votre paternel, comprenant ce qu’il se passe, vous demande de rejoindre votre véhicule pour fuir le plus rapidement possible. Et c’est parti pour une course haletante alors que tout s’écroule autour de vous et que vous allez côtoyer la mort de près! 10 ans plus tard, la Fédération contrôle toute l’Amérique du Sud et le sud des Etats-Unis. C’est ici qu’interviennent les GHOSTS, sous la forme d’une unité spéciale américaine qui tente de reprendre le contrôle de son pays.
Vous ? Et bien vous avez réussi à fuir avec votre frère, et vous avez rejoint les troupes de la résistance en compagnie de Riley, votre berger allemand. Vous allez rapidement être envoyé en mission de reconnaissance et rencontrer toute l’équipe Ghosts, mais aussi leur pire ennemi, Rorke, ancien membre de cette unité d’élite, capturé par la Fédération, et qui n’a plus qu’une idée en tête : abattre chacun de ses vieux camarades américains.

Ghost Dog

Riley vous sera d’une grande utilité, mais il ne restera à vos côtés que pour un très court laps de temps

Call of Duty : Ghost est, comme ses prédécesseurs, un First Person Shooter. Vous allez donc dézinguez de l’ennemi en vue interne, en choisissant entre plusieurs armes et items destructeurs, dans les 4 modes que propose le jeu: Campagne, Multijoueur, Escouade et Extinction. A noter que ce dernier mode est une grosse nouveauté dans la saga, puisqu’en lieu et place de combattre des zombies, vous allez occire des aliens (téléphone-maison-entre quatre planches!).  Si le titre vous rappellera sans soucis le maniement d’un FPS current-gen, avec deux armes transportables, un zoom et j’en passe, on peut néanmoins citer la possibilité de faire des glissades. Soyons francs, il s’agit plus d’une featurette qu’autre chose. Le petit plus du soft vient véritablement de l’utilisation de votre chien, Riley, que vous pourrez diriger lors de courtes phases d’infiltration, mais qui sera aussi présent en ligne, en tant que capacité lorsque vous effectuez une série de victimes. Très sympa également (et ça se perd de plus en plus), notez que vous pourrez toujours jouer à deux sur le même écran dans les parties en ligne (ou en local si vous préférez). Enorme atout : si vous possédez une PS4 et une PS Vita, sachez que ce titre se joue sans problème avec la connexion à distance, les 4 parties des 2 pavés tactiles sont à ce niveau très bien gérées pour une immersion parfaite, et vous permettent de combattre ensemble même si vous ne possédez qu’un exemplaire de chaque console.

Mais passons de suite à la description des différents modes, avec tout d’abord la Campagne. Ultra linéaire, cette dernière ne regorge clairement pas de bonus ou d’aléas à découvrir. Tout au plus peut-on mettre la main sur un fichier Roorke par niveau (le soft en compte 18) histoire d’en apprendre plus sur le passé de votre ennemi number one. Ne pensez donc pas aller fouiller dans les moindres recoins pour trouver une arme. Grosse innovation en termes de gameplay, les stages dans l’espace ou sous l’eau, dans lesquels la physique est clairement différente. Notons également la possibilité de piloter un tank. Hélas, cette Campagne, si elle réserve son lot de séquences épiques, reste ultra linéaire et courte (4 heures), sans compter la fin qui appelle directement une suite.

Aliens VS… Ghosts

Dans "Infectés", rapidité et maîtrise sont les maîtres-mots

On se concentre ensuite sur le Multijoueur qui reste assez classique avec ces différents types de parties allant du MME à la Guerre de territoire, en passant par la Domination et les Infectés. Bien entendu, on sent parfois un petit vent de fraîcheur comme dans « Recherche et Destruction », où vous devez soit détruire soit défendre l’objectif, mais aussi et surtout dans « Enragé », dans lequel vous avez 30 secondes pour tuer quelqu’un sinon vous explosez. Rythme garanti ! Suivant le mode choisi, vous aurez jusqu’à 18 joueurs en simultané, ce qui sera toujours trop peu quand on sait que les cartes sont plus grandes qu’avant. En termes d’options, vous possèderez une escouade de 10 soldats ayant chacun leur niveau d’expérience, pour atteindre le plafond ultime de 60 après lequel vous accéderez au rang prestige. Chacun de vos avatars peut être personnalisé et incorporé dans l’une des cinq types de classes disponibles : Assaut, Combat rapproché, Opérations furtives, Infanterie lourde ou Tireur d’élite. Signalons enfin la présence d’Opérations (appelons cela des défis, pour comprendre directement). Les remplir vous fera  gagner de l’expérience, des accessoires ou des uniformes pour vos fantassins.

Le mode escouade, lui, fait également partie des nouveautés. Ici vous allez devoir principalement affronter des bots sur 4 types de parties : Assaut d’Escouade, Escouade contre Escouade, Protection et Jeu de Guerre. Pour les deux premiers, vous aurez affaire à des combats d’équipe avec ou sans IA, chacune d’elle étant composée de 6 combattants. En protection, vous allez devoir gérer des vagues d’ennemis de plus en plus coriaces. Vous aurez le choix de la difficulté mais pas de l’équipement, puisque vous commencerez avec un pistolet et du C4. Des caisses apparaitront pour vous donner de meilleurs atouts afin d’anéantir la menace. Il n’y aura pas que des armes, mais également des pièges comme des tourelles ou des hélicoptères de combat. Enfin, le quatrième mode n’est rien d’autre qu’un entraînement que vous pourrez effectuer dans les 4 différentes complexités du mode Campagne. Bref, énormément de choix et de variété à ce niveau, mais la cerise sur le gâteau arrive!

Les aliens du mode extinction sont très puissants, il va donc falloir utiliser intelligemment son argent

En effet, ce Call of Duty : Ghosts crée la surprise avec un mode de jeu absolument bluffant : Extinction ! Dans des décors aux teintes rosâtres, vous allez devoir, seul ou jusqu’à quatre, accomplir des missions pour pulvériser des nids d’aliens en utilisant notamment une foreuse automatique ou carrément un hélicoptère. Au début, vous devez choisir un pistolet, 4 capacités et une amélioration. A chaque objectif, il y a un défi à réaliser qui donne droit, une fois réussi, à un point de compétence permettant d’augmenter l’une de vos capacités. En tuant des monstres ou simplement en accomplissant des missions simples, vous gagnerez de l’argent qui vous servira à acheter de meilleures armes, à utiliser vos compétences ou à activer des pièges. Enfin, en fouillant les détritus disséminés dans le niveau, vous pourrez obtenir des accessoires pour vos armes ou d’autres équipements. Un mode totalement chronophage!

«Un vrai fantôme n’a pas d’ombre !»

Au niveau de la réalisation de ce nouveau Call of, il me semble utile de commencer par la différence entre current-gen et next-gen. Sur la dernière génération de consoles, les graphismes ont, en général, été améliorés, mais on est loin de ce que peut vraiment proposer la puissance de ces machines. Cela se voit surtout au niveau des ombres qui sont vraiment atroces. Si l’on devait croire Infinity Ward, le rendu visuel est bien plus réaliste, notamment lors des effondrements ainsi que pour les effets de lumières et d’ombres… mais force est de constater qu’il n’en est rien. Heureusement,  Call of Duty : Ghost est plus fluide, et d’autant plus sur PS4 car il tourne en 1080p au lieu de 720p sur Xbox One.

Va-t-on incarner Peter Pan ? En tout cas, les ombres sont atroces sur Next-Gen…

Graphiquement parlant, je suis tombé amoureux des missions dans l’espace, très réalistes et immersives, notamment via les reflets lumineux et les explosions. Les fonds sous-marins ne sont pas en reste non plus, avec une faune et une flore sublimes. Par contre, la modélisation de la verdure et des bâtiments est à la ramasse, avec de nombreux bugs. Ce « Ghosts » semble avoir été bâclé pour sortir en même temps que les nouvelles consoles, et le tout se ressent de façon diffuse, mais persistante, comme lorsque les personnages vous parlent sans vous regarder, fixant un point où les développeurs ont pensé que vous seriez.

En ce qui concerne la bande-son, on note pas mal d’améliorations. Le bruitage des armes est plus réaliste, les dialogues complètement doublés en français ne sont vraiment pas mauvais, et vos alliés seront parfois très présents en vous abreuvant de conseils tactiques. Certaines musiques épiques viendront émailler vos exploits, tandis que la B.O. de fin sera carrément créée par EMINEM et son titre Survival.

« Nous sommes des Ghosts. Nous finissons la mission. »

Lorsqu’on achète un nouveau Call of Duty, on s’attend à avoir un scénario explosif, mais ce Ghosts est loin de là : la campagne solo est mauvaise du point de vue scénaristique, malgré certaines séquences inoubliables (espace, sous l’eau). On ne sait jamais réellement pourquoi on se bat, pourquoi notre pays a été envahi. Il faut dire que parler politique dans un Call of ferait tâche, à l’inverse d’un Killzone, bien plus poussé à ce niveau. Ici, nous avons clairement les gentils et les méchants, avec un manichéisme outrancier, alors que Black Ops 2 nous faisait allègrement traverser cette frontière. Heureusement, et comme toujours, le multi est là pour remonter fortement la pente! Les graphismes très moyens sur next-gen n’apportent rien de bon malgré l’effort dans certains passages. Néanmoins, ce Ghosts reste un très bon Call of, mais pas un FPS inoubliable.

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 14/20

Sur la septième génération de consoles (PS3 et Xbox360), le soft est assez beau, mais sur la huitième c’est vraiment décevant (mises à part les missions dans l’espace et les fonds marins). Les différences ne sont pas assez grandes pour être remarquables. Au moins avec tout ça, le jeu ne souffre pas de problème de lenteur.

Gameplay/Scénario: 12/20

Le manque de destruction, notamment avec le tank, est très frustrant lorsqu’on connaît la qualité du précédent Call of Duty. Les glissades ne sont vraiment pas assez utiles pour être totalement appréciées. Au moins Riley, lui, servira à quelque chose même. En multi, les cartes ont été agrandies mais cela n’apporte rien de bon car il va falloir chercher un peu trop les ennemis campés dans un recoin. Par contre, un excellent point pour « Extinction », qui remodèle avec brio un mode zombie un peu trop surfait. Le scénario de ce COD est, lui, totalement raté : on ne sait pas ce qui fait que dans quatre ans les Etats-Unis seront en guerre avec le Sud. On se demande souvent pourquoi on est à tel ou tel endroit, ne faisant que chercher Rorke pour l’éliminer alors qu’au final, on aura peut-être qu’une réponse dans la suite… Frustrant.

Bande-Son: 17/20

Le soin qu’ont pris les développeurs pour le réalisme des armes dans cet opus est vraiment impressionnant. Le doublage français n’est pas mauvais et reste omniprésent même dans les moments les plus difficiles, ce qui apporte un peu d’humanité en ces temps de guerre. Et puis, Eminem et son Survival sont juste surpuissants !

Durée de vie: 16/20

Si vous ne vous consacrez qu’à la campagne, cette note est bien au-dessus de vos espérances. Le manque de secrets et la linéarité du solo n’arrangeront rien sur la courte durée de vie proposée. Les autres modes, par contre, vous feront passer un maximum de bon temps car ils sont très variés et surtout très chronophages. Prenez le temps de créer votre escouade pour éliminer la Fédération une bonne fois pour toute !

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Heureusement que le réseau existe, sinon on s’ennuierait à mourir sur Call of Duty : Ghosts ! Avec son mode Extinction ultra jouissif, son escouade de dix joueurs créés par vous, sa nervosité et ses niveaux aquatiques et spatiaux, ce COD doit évoluer dans le bon sens avec les bases qui sont les siennes. Il pourra compter sur des effets sonores au top, contrairement aux graphismes à la ramasse, surtout pour les ombres et les textures. Gageons que pour poursuivre le scénario de ce reboot, il faudra qu’Infinity Ward travaille dur, surtout en solo !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Devilhawk
Utilisateur de jeux vidéos depuis tout petit (j’ai commencé avec Bubble Bobble et Prince of Persia), je possède actuellement PS3, PSVita et bientôt PS4. Je suis fan de la série Kingdom Hearts, des jeux destructeurs (comme Red Faction et les Lego (si, si!)) et des jeux en coopération. Question cinéma, je me tourne plus vers les films d’horreurs (sauf les slashers) ainsi que les séries à suspens (tel Lost). Je suis également admirateur d’Hayley Williams et de son groupe (Paramore). Sinon je peux être disponible pour des parties multijoueurs aussi bien en coopération qu’en compétition (du moment que ce soit par équipe, j’aime pas le solo).