Review

Marvel nous a habitués à tout un tas de choses assez surprenantes à travers ses différents films de Super Héros : invasion extraterrestre, attaque de robots et j’en passe. On croyait avoir tout vu, mais c’était sans compter sur Black Panther qui nous emporte en Afrique, dans le pays secret du Wakanda, pour nous démontrer, s’il en était encore besoin, toute la richesse et la puissance du monde des Comics!

« T’Challa va devoir défendre son royaume contre une insidieuse menace »

Suite à la mort de son père dans un attentat (auquel on assiste dans Captain America: Civil War), le Prince T’Challa va devoir retourner chez lui pour monter sur le trône du Wakanda, une nation africaine cachée aux yeux du monde car elle possède la seule mine terrestre de Vibranium, le métal le plus puissant qui existe, ce qui lui octroie une technologie très avancée.

Malheureusement, cela attire également d’incroyables convoitises et un ennemi du trône va bientôt tout faire pour modifier le gouvernement du pays à son avantage, forçant T’Challa à enfiler son costume de Black Panther pour affronter ce danger potentiel. Le pire, c’est que conflit d’apparence interne pourrait bien menacer… la planète toute entière!

Tout le monde le sait, l’Afrique est un pays magnifique et même si le Wakanda n’est qu’un état imaginaire, il était obligatoire qu’il soit aussi fabuleux que sa situation géographique l’exige. C’est ainsi que Black Panther nous livre, dans ses paysages, de sublimes collines et montagnes éclairées par un soleil couchant envoûtant, et de nombreuses autres scènes du même genre qui nous font nous extasier sur ces décors mêlant habilement l’avant-garde de la technologie à l’omniprésence de Mère Nature.

« Visuellement, Black Panther est superbe! »

Le travail d’orfèvre ne s’arrête pas là puisque même pour les quelques séquences en dehors du Wakanda, on retrouve ce grand souci du détail. Le tout est plutôt bien filmé, à l’exception de quelques animaux en images de synthèse qui se repèrent de suite et de mouvements de caméra parfois un peu trop « freestyle » par moments. Pour le reste, c’est la qualité graphique qui domine, tout comme pour les cascades qui sont chorégraphiées à la perfection et jouissent d’effets spéciaux plus que convaincants.

En parlant de souci du détail, il est important de souligner l’attention portée à la musique. Bien que l’on soit dans un blockbuster américain, les mélodies d’ambiance tiennent plus des rythmes africains traditionnels que des sonorités empreintes de « déflagrations » rock/pop que l’on pourrait entendre sur un film hollywoodien classique. Une marque de bon goût, à n’en pas douter.

« Un casting de haute volée et des interprétations au top »

Niveau interprétation, chaque acteur incarne son rôle pile comme il faut pour rendre son personnage plus réaliste, plus humain qu’espéré. Ainsi, entre le roi tiraillé intérieurement et le bad guy à la volonté vengeresse, en passant par la guerrière fidèle à son pays jusqu’à la mort, on se retrouve avec un panel de héros aux caractères bien distincts qui se démarquent des autres membres phares de l’écurie Marvel, tout en nous offrant des répliques qui collent toutes entre elles avec la précision d’une horlogerie suisse. Chacun est à sa place et cela forme un ensemble qui tient la route et s’avère extrêmement plaisant à voir… et à écouter!

Black Panther est donc visuellement au point, propose un scénario cohérent (quoique légèrement prévisible) ainsi qu’un méchant de service avec une vraie histoire et des raisons crédibles de faire ce qu’il fait. J’ai, du coup, été agréablement surpris puisque je n’avais aucune attente particulière pour ce film au départ, alors qu’au final il rentre parfaitement dans l’univers Marvel et se retrouve lié aux autres oeuvres ciné de la licence de façon plutôt intelligente … au point d’apporter lui-même des nouvelles bases pour les prochains longs métrages!

Le must, c’est qu’à aucun moment Black Panther ne sert « que » de pont entre plusieurs gros scénarios type Avengers, mais il possède son propre récit, sa propre identité, son propre héros charismatique à la façon de ce qu’avait pu faire avant lui le très bon Doctor Strange. Bref… foncez le voir!

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

MaximeChapeau
MaximeChapeau
Dévoreur de livres, de séries ou de films, j'adore partager ma passion avec le plus grand nombre. C'est donc forcément une joie pour moi de partager mes critiques cinéma avec vous ! Je suis un amateur de films d'action, de science-fiction et de fantastique, avec une grosse préférence pour la saga Hunger Games dont je suis extrêmement fan depuis que j'ai pu la découvrir en livres comme sur grand écran. Plus personnellement, je suis étudiant et grand adepte des arts du cirque, en particulier le jonglage. Gamer depuis mon plus jeune âge, j'aime les jeux rétros et tous ceux qui permettent d'avoir une bonne dose de fun entre amis! Pour l'histoire de mon pseudo, elle est très simple: j'adore les chapeaux, tout simplement! J'espère que vous apprécierez de lire mes critiques autant que le plaisir que j'éprouve à vous les rédiger!