Review

Cette semaine, laissez-moi vous parler d’une œuvre que l’on doit à la talentueuse Mayu Shinjo: Blaue Rosen. Née le 26 janvier 1973 dans la préfècture de Nagasaki, et aujourd’hui âgée de 39 ans, cette mangaka est adepte de la catégorie shojo mâture pour la plupart de ses séries. Son travail s’exporte d’ailleurs relativement bien puisque vous pourrez le découvrir aussi bien aux éditions Pika que Tonkam…mais revenons-en au vif du sujet: Blaue Rosen, édité depuis avril 2011 chez le premier cité.

May Shinjo est, à la base, un auteur de shojo mâture

Blaue Rosen est un shojo qui peut se lire relativement jeune, le récit étant plutôt soft par rapport à d’autres ténors issus de la même mangaka. La série est répartie en 2 saisons, la première comportant 5 tomes tandis que la seconde débute tout juste. L’histoire est centrée sur une bande de Lycéen qui officie dans le monde de la musique, mais ce contexte ne servira au final que de point de départ pour la rencontre de nos deux protagonistes principaux.

D’un côté, nous avons Mizuki, une des leaders du groupe « Blaue Rosen », qui se trouve être un groupe de rock composé uniquement de représentantes de la gente féminine. Mais Mizuki, en plus d’être une musicienne avertie, est surtout considérée comme le « prince » (oui, vous avez bien lu) de son école de filles; Adulée, que dis-je même vénérée par toutes les filles de son lycée, Mizuki se complaît dans ce rôle, étant donné sa peur viscérale des garçons et surtout, de l’amour. Vient ensuite notre deuxième héros, masculin cette fois: Akira; Vous l’aurez compris, pour la bonne dynamique de l’ensemble, notre protagoniste est vu comme la « princesse » de son établissement scolaire. Tout autant aimé que Mizuki, ce titre a souvent tendance à l’agacer car il n’assume pas vraiment son côté efféminé. Mais il faut se méfier justement des apparences car la réputation d’Akira ne représente absolument pas sa force physique absolument colossale.

Akira est toujours plus entreprenant que Mizuki, et ça se sent

Nos deux héros vont se rencontrer fortuitement à la suite du départ du second pilier de Blaue Rosen, Kaoru, dont les parents déménagent à l’étranger. Akira va alors participer aux auditions pour remplacer cette dernière, mais le fait qu’il soit un garçon va lui octroyer un net refus de Mizuki. C’est sans compter sur l’obstination du garçon qui, lors du concert d’adieu de Kaoru, parviendra à calmer la foule déchaînée grâce à sa voix. Vous vous doutez bien que le but secret de ce cher Akira est de se rapprocher de celle pour laquelle son cœur bat. Hélas, notre demoiselle se montrera plutôt réfractaire à son amour, du moins au départ…

Autre point fort du manga, le côté sombre de chaque personnage

Au début, ce qui m’a poussée à opter pour cette série et à acheter les premiers tomes, ce sont sans conteste les dessins, et avant tout autre chose le détail pour les vêtements. Je « kiffe » littéralement les tenues portées par nos protagonistes et lorsque vous verrez la scène de départ de Kaoru, à l’aéroport, vous comprendrez aisément pourquoi. L’autre raison qui m’a poussé à m’intéresser à Blaue Rosen, c’est le fait que j’avais plutôt bien accroché aux deux précédentes séries de l’auteur, certes un brin plus osées (mais chut, c’est une autre histoire). Bref, une fois les premiers tomes en ma possession, force est de constater que l’histoire ne laisse pas indifférente. En effet, malgré son caractère soi-disant fort, Mizaki n’a aucune confiance en elle face à l’amour, pire, elle en a même très peur. Bien entendu, Akira va tenter de « l’apprivoiser » petit à petit et lui montrer les bons côtés de l’amour, mais également ses défauts, notamment lorsqu’il se montre un peu trop impatient. Autre point fort du manga, le côté sombre de chaque personnage. Ains, pour Akira, on peut noter sa taille n’est pas proportionnelle à sa force, c’est même tout le contraire. Quant à Mizuki…et bien je vous laisse le découvrir par vous-même^^. Hélas, le titre n’est pas exempt de points noir, le plus important étant sans conteste l’enchaînement incessant d’individus qui tenteront de séparer notre attendrissant duo via des méthodes de séductions propres. Je trouve d’ailleurs presque comique ce « déferlement ».

Mizuki rendra-t-elle enfin son amour à Akira?

Enfin clôturons ce tour des caractéristiques du manga par l’attachement que l’on peut trouver dans nos amoureux. Mizuki avec ses peurs et son manque de confiance en elle qui se ressent en permanence, car tout en aimant Akira, elle ne souhaite pas bruler les étapes. Et ce dernier qui verra sa propre confiance personnelle vaciller à cause de son physique…même s’il arrive toujours à en rire au final. Tout cela ne peut que rendre les personnages proches des lecteurs. Vous découvrirez donc, avec Blaue Rosen, un shojo bourré de tenues géniales , de protagonistes hyper attachants, et d’un apprentissage de la vie lorsqu’on est un couple atypique.

Note Globale N-Gamz: 3,5/5



About the Author

Serenitymoon
Mon pseudo vient d'un manga un peu ancien mais qui va ressortir prochainement , je veux parler bien sur de Sailor Moon (sujet intarissable pour moi). Eh oui jeune trentenaire j'ai été bercée pendant toute ma jeunesse grâce au Club Dorothée et au soleil du sud de la France , dans un petit patelin où je vis toujours. Que dire d'autre sur moi: fan de manga shojo depuis l'âge de 12 ans et yaoi que assez récemment , j'espère vous faire partager ma passion. J'ai aussi une tendresse toute particulière pour la mode gothic lolita j'aime les fanfreluches, la dentelle et les noeuds , bref une fille jusqu'au bout des ongles. J'espère que nous aurons un échange des plus intéressant dans un avenir proche.