Review

Notre épopée à la recherche du Magdala prend fin avec ce dernier opus. L’auteur Isuna Hasekura, à qui l’on doit l’excellent Spice & Wolf, nous a surpris par une histoire étonnante en rebondissement dans le volume 3, mais également déçu par une relative incertitude scénaristique en début de récit. Magdala Alchemist Path parviendra-t-il à nous convaincre au final avec cet ultime tome ?

Fénésis est enfin au coeur du récit pour cet ultime tome!

Fénésis est enfin au coeur du récit pour cet ultime tome!

Ce dernier volume de Magdala Alchemist Path poursuit l’escapade de Fénésis et Kûsla parmi les nomades pour prouver l’existence (ou pas) du Veau d’Or. Un secret que chacun cherche à conserver. Par la suite, nos héros se retrouvent prisonniers dans la ville païenne de Kazan où circule une étrange légende sur les dragons. Un mythe lié… à Fénésis et ses ancêtres !

Le graphisme de ce tome 4 est toujours aussi agréable, léger et dynamique. Les traits sont fins et apportent une vraie fluidité dans la lecture. Ce volume comporte peu de trames pour une meilleure visibilité, et il en a besoin car il est clairement surchargé par les dialogues. Bref, le style d’Aco Arisaka est toujours aussi envoûtant et d’une qualité irréprochable.

On reste clairement sur sa faim en termes de révélations...on parle beaucoup... mais on perd le lecteur!

On reste clairement sur sa faim en termes de révélations…on parle beaucoup… mais on perd le lecteur!

L’histoire, par contre, est loin d’être exempte de reproches. Le scénario principal (la recherche du Magdala) n’est pas assez mis en avant et on se perd vite entre les diverses paroles des personnages qui n’ont parfois rien à voir avec l’objectif final. Il en devient donc très dur de se concentrer sur la lecture, ce qui est dommage car le tome 3 présentait une évolution positive du scénario. Cette fois, on a affaire à des histoires qui manquent clairement d’attention, comme en témoigne le dernier chapitre sur Fénésis et son peuple qui, malheureusement, reste en suspens…

Pourtant, il y a de bonnes idées telle que le jeu de trahison centré sur la belle Fénésis justement, qui apporte un rebondissement inattendu au récit avec ce personnage injustement mis de côté dans le tome précédent. Elle est ici beaucoup plus intéressante, mature et sera même à l’origine des remises en question de Kûsla. D’ailleurs, la relation « amoureuse » décrite par l’auteur entre la demoiselle et l’Alchimiste n’est certes que sous-entendue, mais apporte une touche romantique dans ce monde teinté de guerre et de conflits.

La trahison de Fénésis est très intéressante... mais le final pas assez développé

Le jeu de trahison centré sur Fénésis est très intéressant… mais le final pas assez développé

Bref, alors que l’on se prenait au jeu dans le tome 3, ce dernier opus de Magdala nous laisse perplexe. Les actions s’enchaînent trop vite, sans réelle cohérence, frustrant le lecteur par le manque de détails. L’histoire aurait vraiment mérité quelques volumes de plus pour dévoiler pleinement son potentiel. Du coup, malgré un graphisme soigné, le lecteur restera déçu face à une fin inexistante et beaucoup de questions restées sans réponses. On a l’impression que l’auteur ne savait pas trop où il allait en commençant le récit, et quand il a enfin fini par trouver sa voie, l’éditeur lui a dit : « Ton histoire se termine maintenant, on ne sortira pas un tome de plus ! ». Vous l’aurez compris, cet ultime volume ne nous laissera qu’entrevoir, de loin, ce qu’est réellement le fameux «  Magdala ». On reste sur notre faim… dommage.

Note Globale N-Gamz: 3,5/5

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Yzabel
Yzabel
Je suis une passionnée de manga et de tout ce qui touche à la culture asiatique en général, mais surtout de tout ce qui est en rapport avec les Yokaï. Fan de lecture, je suis également cosplayeuse et dessinatrice à mes heures perdues.