Review

Ki-Oon nous gâte en ce moment, et c’est le deuxième tome de leur série seinen « Lyla et la Bête qui voulait mourir » qui arrive aujourd’hui à la rédaction. Le premier volume avait su nous introduire l’univers et les personnages, et nous allons donc enfin pouvoir découvrir si les aventures de nos deux compères Lyla et Aron sauront se montrer convaincantes sur la durée.

« Entre guimauve et cruauté « 

Replaçons tout d’abord le contexte, plutôt original, de ce récit. Lyla, jeune fille vivant dans un confort tout à fait sommaire, voit sa vie basculer le jour où sa famille est brutalement assassinée par une chimère, un être hybride dénué de sentiment et dressé pour le combat. Cet hybride, c’est Aron. Il ne connaît que le combat, le meurtre, la violence … et son livre d’images qu’il chérit tant. En posant les yeux sur Lyla, il est persuadé qu’elle est l’ange aux yeux bleus décrit dans son bouquin, celle qui saura lui ouvrir les portes du paradis. C’est sur ce quiproquo que se forme notre tandem ; Lyla se promettant de tuer Aron dès qu’elle en aura la force, et la chimère n’attendant qu’une chose : accéder au paradis et à la paix.

Dans ce nouveau tome, Lyla et Aron, notre duo insolite, arrivent enfin dans une grande ville. Lyla espère y trouver des indices sur l’auteur du livre fétiche d’Aron, « L’ange aux yeux bleus ». A peine arrivé, notre tandem s’attire la sympathie de Gina, une antiquaire qui propose de les loger en échange d’un coup de main dans sa boutique. Non loin de là, dans un immense manoir, le jeune Luka Gakline enterre ses parents, sans la moindre émotion, et devient ainsi le nouveau parrain de la mafia de la ville, à la tête d’hommes plus corrompus les uns que les autres. Warg, l’ancien propriétaire d’Aron, devient donc son subordonné… mais il ne compte pas laisser le jeune enfant capricieux lui dicter sa conduite!

« Lyla, déterminée à apprendre à Aron à avoir un coeur »

Si on avait apprécié, dans le premier volume, la dualité entre l’innocence des personnages principaux et la cruauté du monde dans lequel ils évoluaient, ce deuxième tome reproduit le même schéma et l’on commence à trouver cette innocence, au départ si attendrissante, un peu… niaise. De nombreux personnages secondaires semblent également être « trop gentils » et manquent de profondeur. Les antagonistes eux aussi se montrent plats et sèment le Mal gratuitement autour d’eux. On espère vraiment que la suite nous réservera quelques surprises et que l’univers s’avérera moins manichéen.

Le dessin, quant à lui, même s’il fonctionne assez bien, s’avère un peu pauvre par moments, et l’on décèle quelques souci de proportions ça et là. Rien qui n’entrave réellement la lecture cependant.

En résumé, c’est donc seulement à moitié convaincu que l’on referme ce deuxième tome après un premier volume qui nous avait carrément emballé (confer notre critique en cliquant ici). Loin d’être un grand seinen, la série semble manquer de punch et se montre même un peu naïve. Toutefois, les personnages, et surtout Aron, ne se sont pas encore véritablement dévoilés et l’on ose espérer qu’ils nous réservent bien des surprises.

Note Globale N-Gamz: 3/5



About the Author

Amy
Amy
Gamer girl et otaku dans l'âme, j'ai fait du fansub -aux postes de traductrice/checkeuse- pendant plusieurs années. A la fin de mon anime favori (R.I.P. Bleach), j'ai lentement décroché ; et depuis, j'ai erré sur le net ... Jusqu'à ce que je trouve N-Gamz ! Un site qui me permettrait de partager ma passion non plus de la japanim, mais des jeux vidéos avec un public ; parfait ! Je vais donc mettre tout mon petit coeur dans mes articles et tests, en espérant qu'ils vous plairont ! Random fact : je fais un délicieux brownie