Review

Fate/Zero 6 nous entraîne en plein tourbillon infernal, dans une réflexion captivante qui nous offre en plus une évolution inattendue pour ce qui ne s’annonçait que comme un simple seinen au départ. En effet, Gen Urobuchi, l’auteur, a su trouver les ficelles pour nous capturer dans ses filets et ne plus nous relâcher. Autant dire que le succès de la série n’est pas prêt de s’arrêter pour les éditions Ototo avec ce titre phare que l’on vous recommande chaudement ! Explications.

Rider prend réellement de l'importance dans ce tome, renversant le rapport Maître/Servant

Le tome 5 de Fate/Zero prenait fin avec la confrontation entre Kiritsugu et Kayneth, pendant que Rider était parti détruire le repère de Caster, le stoppant durant un moment dans ses expériences morbides. Ceci fait, notre cher Rider ne trouve rien de mieux que de faire une apparition fracassante, un tonneau de vin sous le bras, dans le château des Einzbern à moitié détruit après la bataille menée par Kiritsugu. S’ensuit une longue discussion entre Archer, Saber et Rider sur la notion de gouverner et le besoin d’avoir le Graal. Un dialogue qui s’avère bien plus riche en enseignement qu’il n’y paraît au premier abord.

Ce sixième tome de Fate/Zero, tout comme le montre la couverture, est bien plus posé et réfléchi que les précédents, offrant techniquement un graphisme toujours aussi plaisant à contempler. Les nombreux décors agrémentés par des trames travaillées permettent de souligner et d’accentuer les scènes de dialogue, justement. Les premiers chapitres se démarquent par une vision plus sombre, caractérisée par un encrage poussé et de nombreuses trames tirant vers le noir. Le lecteur est de suite pénétré par l’ambiance morbide du repère de Caster et son environnement cadavérique.  En parallèle, la seconde partie du tome est plus allégée, sans être dénuée de détails, comme pour permettre au lecteur de reprendre son souffle.

Graphiquement, ce Fate/Zero 6 joue sur une sacrée dualité des teintes

Concernant l’histoire, les servants sont à nouveau mis à l’honneur dans cet opus. On prend conscience de leur importance et de leurs souhaits véritables, cette fois non au travers de combats incessants mais bel et bien d’un dialogue plus calme occupant quasiment la moitié du volume ! Les plus malins l’auront compris, ce sixième opus sert idéalement de transition vers de nouveaux affrontements plus matures encore, avec un réel approfondissement de la psyché des servants histoire qu’on s’attache au maximum à eux. Le constat est d’autant plus troublant quand on se rend compte que leurs maîtres respectifs continuent, eux, leurs petites querelles d’ego en gardant comme pseudo-vérité que l’objectif du servant est de leur obéir. Un état d’esprit magnifié par le fait que ce volume met l’accent sur le personnage de Rider et de son maître freluquet, qui prennent tous deux enfin de l’importance en devenant des cibles à éliminer. En règle générale, on apprécie le soin apporté à chaque duo dans les divers tomes, qui permet notamment ici de découvrir une nouvelle vision de la notion de soumission/gouvernance grâce au duo atypique précité dans lequel le lien entre servant et maître semble bien différent des autres.

Pour conclure, on peut clairement dire que Fate/Zero, tome 6, présente une transition avec les tomes précédents car il est marqué par de nombreux dialogues et peu de combats. Le débat entre les trois servants souligne une évolution dans leurs pensées, ce qui n’est pas sans intérêt et promet vraiment une suite intéressante des événements.  Croyez-moi, cette quête du Graal nous réserve encore bien des surprises!

Note Globale N-Gamz: 5/5



About the Author

Yzabel
Yzabel

Je suis une passionnée de manga et de tout ce qui touche à la culture asiatique en général, mais surtout de tout ce qui est en rapport avec les Yokaï. Fan de lecture, je suis également cosplayeuse et dessinatrice à mes heures perdues.