Review

Le tome 9 de Fate/Zero nous emporte littéralement dans une froideur absolue teintée de sang grâce à un Gen Urobuchi qui a su trouver, au fil des volumes, un scénario captivant pour nous attirer dans ses filets… sans jamais nous décevoir! Encore une fois, ce nouvel opus de la Guerre du Saint Graal confirme le talent du studio Type-Moon pour concevoir des univers diablement sombres et fait incontestablement de Fate/Zero l’un des titres cultes du catalogue Ototo, à lire impérativement si ce n’est pas déjà fait ! Explications.

Le jeu de trahison est à son maximum et le côté tragique culmine dans ce neuvième volume!

Le jeu de trahison est à son maximum et le côté tragique culmine dans ce neuvième volume!

Le combat décisif entre Lancer et Saber prend fin de manière totalement dramatique dans ce neuvième opus. On comprend que les idéaux de Kiritsugu n’apportent au final que le malheur autour de lui tandis que de nouvelles révélations de la part d’Irisviel sont faites sur le déroulement des combats à venir. Encore une fois, le jeu des trahisons est à l’œuvre alors que l’issue de la Guerre du Saint Graal semble plus incertaine que jamais. Et ce n’est clairement pas le cliffhanger final de ce volume qui me fera dire le contraire… mais on vous laisse la surprise !

Techniquement, les cases de ce Fate/Zero sont principalement centrées sur le visage des protagonistes avec un trait encore plus sombre qu’à l’accoutumée et des trames qui tendent à accentuer l’aspect « étouffant » du scénario sans jamais tomber dans la surcharge malvenue qui nuirait à la lisibilité. L’emphase étant mise sur les sentiments, on note très peu de décors dans ce tome, ce qui est dommage, l’auteur allant à l’essentiel en jouant surtout sur les expressions faciales. Du coup, le résultat final semble moins abouti graphiquement mais donne un côté plus « intimiste » à la narration.

Le graphisme est centré sur le visage et les émotions des personnage, au détriment des décors, pour un côté bien plus sombre et intimiste

Le graphisme est centré sur le visage et les émotions des personnage, au détriment des décors, pour un côté bien plus sombre et intimiste

Quant à l’histoire, son côté sanglant et dramatique est à présent bien lancé et le lecteur se demande bien quel Maître pourra gagner tant chacun perd plus au final que ce qu’il espérait remporter dans cette Guerre Sainte. En effet, l’état d’Irisviel ne cesse de l’affaiblir et les Servants meurent au fil des tomes, nous offrant néanmoins une belle leçon de vie à travers les âges en restant digne de leur idéaux jusqu’à la mort. Le contraste est donc flagrant avec leurs Maîtres qui, eux, n’hésitent pas à manipuler et à renier toutes leurs valeurs pour arriver à leur but, apportant dans leur sillage un énorme lot de souffrance qui tient le lecteur scotché et haletant, du début à la fin de ce neuvième opus.

Vous l’aurez compris, ce Fate/Zero volume 9 nous plonge dans une noirceur infinie. Il est clairement à ne pas mettre entre toutes les mains, notamment par son côté gore et sa lecture « difficile » pour les plus « innocents » d’entre vous. Pour les autres, c’est un réel plaisir un peu malsain qui vous accompagnera tout au long de cette œuvre passionnante, dont on attend avec impatience le volume 10. Le combat sanglant pour obtenir le Saint Graal est en marche !

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

Yzabel
Yzabel
Je suis une passionnée de manga et de tout ce qui touche à la culture asiatique en général, mais surtout de tout ce qui est en rapport avec les Yokaï. Fan de lecture, je suis également cosplayeuse et dessinatrice à mes heures perdues.