Review

Toujours à l’affût de nouveaux talents, les éditions Ki-Oon ont décidé de donner sa chance à Nicke, mangaka fan de shonen et de Kingdom Hearts, qui publie ici sa première oeuvre issue du fanzinat: Beyond the Clouds! Un récit initiatique par delà les brumes, au ton terriblement rafraîchissant, qui devrait assurément toucher l’âme d’enfant en quête d’aventure qui sommeille en vous.

« La rencontre entre Théo l’orphelin mécano et MIa la petite fille ailée sent bon le Ghibli »

Théo, orphelin adepte de la mécanique, habite en plein coeur de la Ville Jaune, une cité dont la dense fumée des usines masque le ciel et les astres en permanence. Amoureux de lecture et de récits fantastiques depuis sa plus tendre enfance, notre héros va voir son destin bouleversé quand il sauve d’une mort certaine Mia, une jeune fille ailée issue d’une étrange civilisation. Amnésique et amputée d’une aile suite à une grave blessure, la demoiselle est de plus dotée d’un pouvoir un brin démoniaque et attire bien entendu de grosses convoitises au sein de la population locale. Théo parviendra-t-il à la protéger des dangers qui la guettent et surtout, à lui faire retrouver la mémoire pour la ramener chez elle?

Visuellement, ce Beyond the Clouds jouit d’une ambiance qui mixe l’insouciance des premiers Final Fantasy aux films de grands maîtres de l’animation japonaise comme Miyazaki et son fameux « Château dans le Ciel ». L’atmosphère est donc empreinte d’un côté bon enfant propre à la rêverie et on navigue entre personnages aux traits profondément humains et race d’animaux bipèdes que n’aurait pas renié un certain Ni No Kuni.

« Des décors travaillés mais peut-être un peu trop chargés »

Niveau décor, on se retrouve en pleine révolution industrielle, dans un style qui fleure bon le Londres Victorien, et Nicke nous livre des arrières plans fournis… trop peut-être, ce qui nuit par moment à la lisibilité de certaines scènes. Un souci que l’on retrouve également dans le découpage des phases d’action, un peu trop sommaire pour être totalement compréhensible du premier coup d’oeil.

En ce qui concerne le chara-design, il est vraiment très réussi même si certains lui reprocheront un certain classicisme, mais au moins on ne perd pas de temps à reconnaître qui est est qui et chaque protagoniste dispose d’une personnalité bien marquée. En termes de dessin, on sent encore une certaine imprécision dans les traits, mais on est par contre vraiment sous le charme du côté « peinture » que Nicke parvient à donner à son oeuvre, à mille lieues des trames ultra usitées des Shonens de base.

« Un côté « peinture » qui nous a envoûtés »

Non ici, chaque planche jouit d’un remplissage qui ressemblerait presque à de l’aquarelle, avec forcément des zones pas totalement remplies et des « couleurs » qui débordent un peu. On aime ou on déteste, mais nous on trouve que ça offre un réel sentiment de rêverie à l’ensemble, qui joue pour beaucoup dans le charme de ce Beyond the Clouds.

Dommage donc qu’avec cette patte artistique plus que réussie et originale, le manga nous propose un scénario un peu trop convenu pour l’instant. Avec un héros orphelin au grand coeur qui recueille une jeune fille amnésique dotée d’un sombre pouvoir, on tape un peu trop dans le cliché du Shonen. Espérons donc que le second volume nous révèle de vraies surprises histoire de rendre ce Beyond the Clouds carrément indispensable!

Note Globale N-Gamz: 3,5/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!