Review

Sorti en 2007 sur PlayStation 2, l’Action-RPG 2D Odin Sphere a donné au studio Vanillaware ses lettres de noblesse grâce à sa réalisation enchanteresse, aussi une adaptation en manga était un exercice risqué tant le graphisme se devait d’être fidèle au somptueux matériau d’origine. Pourtant, cela n’a pas refroidi Hino Tomoyuki qui nous a livré en 2016 un Shonen Odin Sphere se focalisant sur l’histoire de la jeune princesse des fées, Mercedes! Une oeuvre à la qualité visuelle indéniable aussi ne peut-on que remercier chaleureusement Mana Books qui nous en fait enfin profiter en français aujourd’hui! De quoi retrouver les mêmes sensations qu’à la découverte du jeu de 2007? La réponse dans notre critique complète!

« La reine Elfaria est morte! A vous de protéger le royaume! »

Le royaume des fées de Ringford vit des heures sombres. En effet, il est attaqué sans relâche par les forces du maléfique Odin, lequel tente de s’emparer du Chaudron, un artefact issu de la technologie de pointe de Valentine, berceau de la magie, et qui permet d’absorber tous les phozons se trouvant sur le Continent d’Erion. Les phozons étant primordiaux à la survie des fées, sa protection est donc vitale et c’est la Reine Elfaria, accompagnée de son sorcier Beldor, du dragon ancestral Belial, de son neveu Melvin et du porteur de lame sombre Oswald, qui en a la lourde charge.

Hélas, une rôdeuse parvient à s’infiltrer dans le palais et à dérober l’anneau de Titrel, seul objet capable de contrôler le Chaudron. Il n’en faut pas plus pour qu’Odin lance un assaut décisif et s’empare du trésor, blessant mortellement Elfaria qui a tout juste le temps de passer le pouvoir à sa très jeune fille, Mercedes, avant de succomber. Le souci, c’est que Mercedes ne connaît rien à la guerre et que déjà, dans l’ombre, Melvin fomente un coup d’état pour dérober le trône…

« Des séquences d’action un peu brouillonnes »

Si nous avions peur d’une chose quant à une adaptation manga d’Odin Sphere, c’est assurément que le graphisme ne soit pas à la hauteur. Il faut dire que le travail d’orfèvre de Vanillaware sur l’enrobage visuel du jeu de 2007 nous éblouit encore à l’heure actuelle! Et pourtant, force est de constater que Hino Tomoyuki parvient à donner vie aux personnages du soft haut la main, le tout sans jamais dénaturer le chara design originel!

Chaque page est ainsi bourrée de détails, et les décors autant que les costumes sont travaillés à souhait pour nous emmener à Erion suivre le destin de cette courageuse princesse forcément attachante. De plus, comment ne pas tomber en extase face aux superbes planches colorées qui fleurent bon la poésie en début de volume! Par contre, on sent que les séquences d’action ne sont pas le fort de l’artiste, ces dernières étant un peu trop expédiées et parfois brouillonnes.

« Une réalisation graphique digne du jeu »

Au rayon des bémols, on citera aussi certains personnages un peu trop survolés dans ce premier volume qui se centre principalement sur Mercedes, mais il est vrai qu’adapter en manga un jeu disposant de cinq personnages principaux n’était pas évident. Pour le reste, le récit est passionnant à suivre et on a vraiment hâte de voir comment notre princesse parviendra à défaire les sombres dessins de son cousin, en espérant que par la suite le scénario s’atèle à nous présenter des héros comme la belle Velvet, la fameuse voleuse de l’anneau, par exemple.

Vous l’aurez compris, Odin Sphere est un bel hommage manga au soft culte de Vanillaware, et s’il possède forcément quelques défauts de jeunesse, on ne peut que vous conseiller de vous plonger dans son univers si particulier, si magique que vous en ressortirez les yeux écarquillés d’émerveillement. Un conte à la réalisation somptueuse qu’il nous tarde déjà de continuer dans le tome 2!

Note Globale N-Gamz: 4/5



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!