Review

La variété scénaristique des mangas au cours de ces dernières années n’a clairement jamais cessé d’évoluer. De fait, on assiste à l’apparition de thèmes plus personnels, plus originaux, voire de problèmes de haute importance. Aujourd’hui, à travers l’oeuvre de la jeune Yoshitori Oima, A silent Voice, c’est le thème du handicap qui est mis à l’honneur. Un pari audacieux mais largement gagné pour l’auteur et les éditions Ki-Oon.

Shoya va vite prendre Shoko comme souffre-douleur... avant d'en devenir un lui-même!

Shoya va vite prendre Shoko comme souffre-douleur… avant d’en devenir un lui-même!

Shoya Ishida est un élève de CM2 qui ne vit que pour se divertir et faire rire les autres.  L’arrivée de Shoko Nishimiya, sourde depuis sa naissance, dans sa classe va être pour lui le moyen de s’amuser à ses dépends. S’ensuit contre elle un harcèlement psychologique puis physique venant de la classe entière, qui poussera la jeune fille à quitter l’école. Les élèves vont alors prendre Shoya comme souffre-douleur et le désigner comme le seul responsable de ce harcèlement. Ce dernier, désormais devenu lycéen mais subissant toujours les coups et remarques de ses anciens amis, va s’apercevoir que Shoko essayait tout simplement de l’aider. Seul et désemparé, il va alors prendre une grave décision: rembourser sa dette envers elle puis… se suicider.

Niveau technique, le graphisme de « A Silent Voice » est très détaillé, notamment par la présence de très beaux décors au fil des pages. L’auteur a un style réaliste et une finesse de trait qui correspond plutôt bien au propos contemporain et humain de son récit. Il y a une belle alliance entre les trames et le découpage offre une jolie fluidité à la lecture, emportant le spectateur dans une histoire poignante magistralement orchestrée par la mangaka.

Le découpage est incroyable de fluidité et sert un récit bouleversant

Le découpage est incroyable de fluidité et sert un récit bouleversant

Il est en effet difficile d’aborder dans le monde du manga certains thèmes comme le harcèlement scolaire ou le handicap. Ici, l’auteur n’a pas cherché à mettre l’accent uniquement sur la personne handicapée en se focalisant sur elle. Non, le récit se base sur l’ensemble des personnages, tous acteurs des brimades subies par Shoko puis Shoya. Sans apitoiement maladif, Yoshitori Oima nous développe à travers ces deux êtres si singuliers une histoire d’amitié et de sentiments qui les aide à grandir.

On ne va pas vous le cacher, A Silent Voice est un véritable coup de cœur. Loin de tout éventuel discours moralisateur, c’est un manga de tolérance et de respect envers les mal-entendants, destiné autant à un public d’ados qu’à des adultes. Une oeuvre qu’il vous faut absolument posséder dans votre bibliothèque, ne serait-ce que pour son sujet inattendu aussi magistralement bien traité. D’ailleurs, le succès de ce manga au Japon est tel qu’un film d’animation se prépare, c’est dire!

Note Globale N-Gamz: 5/5



About the Author

Yzabel
Yzabel
Je suis une passionnée de manga et de tout ce qui touche à la culture asiatique en général, mais surtout de tout ce qui est en rapport avec les Yokaï. Fan de lecture, je suis également cosplayeuse et dessinatrice à mes heures perdues.