Review

Personnage le plus apprécié des fans de DC Comics car il n’a, justement, aucun super pouvoir et permet une identification immédiate par le public tout en nous offrant l’un des mondes les plus sombres créés par la compagnie via la sublime et ténébreuse Gotham City, Batman a régulièrement droit à des films animés, dont certains de très haute qualité. Alors forcément, étant donné que la saison approche, impossible de résister à l’appel du long métrage Batman : The Long Halloween, adapté de l’une des oeuvres maîtresses de Chevalier Noir en comics. Ce dernier nous promet une aventure dans laquelle mafia, sérial killer, hallucinations, débuts de notre héros en Justicier Masqué, genèse de certains vilains et j’en passe s’entremêlent au point d’avoir du diviser l’histoire en deux parties sorties respectivement en juin et août dernier pour quasiment 3 heures de spectacle ! Un film digne du comics écrit par Jeph Loeb et dessiné par Tim Sale ? Venez le découvrir avec moi dans cette critique !

« A ses débuts, Batman forme une alliance avec Gordon et Dent pour faire tomber la mafia de Gotham »

Pour tenter de faire tomber le parrain de la mafia de Gotham City, alias Carmine Falcone (Titus Welliver) qui règne d’une poigne de fer sur la ville et son marché noir du crime et du blanchiment d’argent, Batman (Jensen Ackles), encore tout jeune justicier masqué, va s’allier au Capitaine James Gordon (Billy Burke) et au Procureur Harvey Dent (Josh Duhamel). Au début, le trio entend mener l’enquête et récupérer assez de preuves et de témoignages pour faire tomber ce cher Carmine, mais rapidement un tueur va décider de se faire justice lui-même en abattant, uniquement les jours de fêtes, les membres de la famille mafieuse à grand coup de mise en scène.

Baptisé « Holiday », notre assassin devient rapidement une source de peur et de paranoïa parmi la pègre locale, tandis que de nombreux regards se tournent vers le Procureur Dent, qui pourrait bien être le suspect idéal. Ajoutez à cela des machinations en tous genres, l’évasion du Joker (Troy Baker), de l’Epouvantail (Robin Atkin Downes) ou encore de Poison Ivy (Katee Sackhoff) et un climat sombre et anxiogène à souhait, et vous obtenez The Long Halloween, le nouveau film d’animation de Warner/DC Comics en deux parties et l’un des premiers arcs narratifs marquants du Chevalier Noir… du moins dans sa version Comics !

« Un joli casting de vilains, dont la sublime Poison Ivy, mais sous-exploitée hélas »

En effet, l’incroyable récit imaginé par Jeph Loeb et mis en images par Tim Sale en bouquin se voit ici adapté par Tim Sheridan, avec pas mal de fidélité à l’oeuvre originelle certes, mais un traitement des personnages par trop simplifié au point que Batman se révèle presque secondaire, se faisant voler la vedette par Harvey Dent dont on voit la lente descente aux enfers vers Double-Face, ou même par le Joker qui est ici superbement mis en scène dans sa folie et doublé de main de maître par un Troy Baker au top. Alors oui, le scénario se passe durant les premières années de Batman et on comprend que notre Justicier commette des bourdes, mais son statut de meilleur enquêteur de Gotham en prend un fameux coup tant il les accumule. Heureusement qu’il peut toujours compter sur la très sexy et féline Catwoman pour le sortir des mauvais pas !

Par contre, on est ravi de voir, durant la seconde partie, une jolie brochette de méchants parmi lesquels la sublime Poison Ivy, le terrifiant Epouvantail ou encore le redoutable Pingouin, mais à nouveau, hormis la première citée, les autres sont totalement secondaires et souffrent d’un traitement par trop simpliste, tout comme ce cher James Gordon. Non, ici l’accent est mis sur la famille Falcone en train de se faire décimer, et les morts sont parfois assez surprenantes à tel point que l’on se demande même s’il n’y a pas deux tueurs « Holiday ». On est donc pris bon gré mal gré dans ce récit qui vacille entre vrais moments intenses et longueurs inutiles pour tenter de créer de la psyché derrière certains personnages, dont la mystérieuse Gilda, petite amie taciturne de Dent.

« Le Joker et Harvey Dent sont très réussis, dommage que l’animation ne suive pas »

Niveau réalisation, si les premières minutes nous livrent une Gotham City sombre en diable et promettent énormément en termes de design artistiques, on déchante hélas un peu vite à cause de la piètre qualité de l’animation. C’est trop haché, trop découpé, et ça ruine les séquences d’action. Dommage car avec le bon budget, le tout aurait pu nous livrer une aventure visuellement inoubliable et des affrontements dantesques… mais là on est sur du passable, sans plus.

Vous l’aurez compris, si ce Batman : The Long Halloween reste fidèle à l’oeuvre originelle sur le plan de l’histoire mais manque de caractérisation pour pas mal de ces personnages (Gilda, Calendar Man, Le Pingouin, Gordon, …) tout en nous montrant un Batman bien trop hésitant par rapport à son statut de Super Héros, il nous livre hélas une réalisation vraiment en retrait qui l’empêche au final de briller comme il devrait, surtout si l’on connaît le Comics phare de Jeph Loeb et Tim Sale ! Par contre, il sauve agréablement la mise avec ses bonus puisque l’on compte plus de 90 minutes de contenu additionnel par Blu-ray, avec deux épisodes de la série originelle par partie, un aperçu d’autres films d’animation dédiés au Justicier de Gotham (The Dark Knight Returns, Gotham By Gaslight, …), des animés originaux comme DC Showcase The Losers. De quoi se faire plaisir à côté de cette oeuvre un peu en demi-teinte !

 

La Bande-Annonce


Note N-Gamz Film : 3/5

Note N-Gamz Bonus : 4/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!