Review

Après Ocarina of Time sur 3DS, c’est au tour de Wind Waker d’avoir droit à un portage sur l’une des nouvelles consoles de Nintendo. On oublie les défauts du titre originel, on programme une jouabilité profitant de la Wii U et surtout, on lisse les textures dans une version HD qui va enfin nous livrer ses secrets. Fausse bonne idée ou révélation?

Un peu d’histoire

Une grande aventure vous attend!

The Legend of Zelda: Wind Waker est apparu pour la première fois sur Gamecube, en 2002 au japon (2003 chez nous) et a fait couler beaucoup d’encre à sa sortie. En effet, énormément de joueurs ont crié au scandale quant à l’aspect cartoon de ce titre, alors que c’est justement ce qui lui donnait tout son charme. Il faut dire qu’à l’époque, le Cell-Shading n’était pas vraiment vu d’un bon oeil pour cette licence, surtout depuis qu’un certain Ocarina of Time était passé par là avec sa 3D classique et son héros aux proportions réalistes. Et pourtant, avec le temps, beaucoup de joueurs se sont au final montrés ravis de l’aspect enfantin de ce Zelda.

Passée cette polémique, intéressons-nous à l’histoire du soft qui prend place sur une petite île, l’Ile de l’Aurore, où une tradition veut que chaque garçon ayant atteint l’âge de 12 ans reçoive une tenue verte en l’honneur d’un héros qui aurait, apparemment, vaincu le mal sur Terre. On retrouve donc Link, qui fête justement son douzième anniversaire, jusqu’à ce qu’un événement assez imprévu le force à partir dans une belle et grande aventure. Bon, scénario classique vous me direz, mais quand on accroche, l’effet est immédiat.

Un Gameplay taillé pour la Wii U

Le gamepad évite toute interruption de gameplay

Lorsque Nintendo s’atèle au remake d’un jeu, tous les moyens sont bons pour essayer de mettre en avant les spécificités de la machine. Cela a été le cas pour Zelda OoT sur 3DS, dans lequel la 3D et les fonctions gyroscopiques de la console ont été mises à contribution, et il en est de même pour Windwaker. En effet, cette fois la gestion de l’inventaire passe uniquement par le Gamepad, ce qui libère l’écran principal de tout affichage pour nous permettre de profiter au maximum des avantages HD du titre. Quant à la baguette, l’utilisateur n’aura plus à mémoriser les airs pour les jouer. Ainsi, toutes les mélodies déjà découvertes seront affichées sur le Gamepad pendant que le joueur pourra librement décider laquelle utiliser. Un confort de jeu optimal, donc.

En plus de l’inventaire, la « mablette » sert aussi à gérer la carte, les bouteilles, et plus intéressant aussi, la visée avec l’arc ou le boomerang. En effet, le gamer pourra choisir d’utiliser ces deux objets soit de manière classique, avec le stick et les gâchettes, soit via les fonctions gyroscopique de la tablette. Au début on a un peu de mal à s’y faire, mais le système devient très vite indispensable, et cela rajoute énormément à la sensation d’immersion procurée par cette version.

Des défauts corrigés

Nintendo a écouté le retour des joueurs

Troisième fonctionnalité spécifique à la Wii U : si vous disposez d’une connexion internet, vous pourrez à tout moment utiliser le miiverse pour jeter une bouteille à la mer et espérer avoir une réponse en cas de soucis. Très pratique lorsque vous êtes coincé, la bouteille pourra aussi contenir des captures d’écran et même des dessins faits par vos petites mains ! En étant connecté vous pourrez aussi recevoir des bouteilles et aidez les autres utilisateurs qui peuvent être bloqués à leur tour. Et si vous avez peur du spoil, une case révélation est disponible si vous craignez d’en dévoiler un peu trop aux gens. Le système est très bien pensé et surtout, met vraiment en avant la communauté du miiverse.

Bon, outre ces améliorations, parlons un peu des défauts de base de Zelda Wind Waker, l’opus d’origine. En effet, même si le jeu est assez court par le nombre réduit de donjons, les principales activités du titre se dérouleront en mer, lors des quêtes secondaires. Quêtes qui, sur la version GameCube, devenaient très vite insupportables à cause du temps de trajet en bateau. On mettait parfois plusieurs minutes pour aller d’une île à une autre et honnêtement, passé un certain délai, on ne regardait même plus l’écran tant les ennemis étaient peu nombreux. Désormais, terminé de poireauter des heures devant sa télé pendant que le petit navire avance lentement ! Une nouvelle voile fait son apparition et permet d’aller deux fois plus vite que la voile classique ! Outre ce changement, la seconde partie du jeu, qui consistait à une pêche géante en mer, a été modifié pour être simplifié et surtout, devenir moins longue et ennuyeuse. Nintendo a su écouter les retours des joueurs à ce niveau.

Une HD… Oui, mais une HD de qualité !

Le lifting HD est somptueux

Graphiquement, autant le dire d’emblée, le jeu est juste… bluffant ! Les couleurs sont vives, les textures détaillées, et les effets de lumière vraiment magnifiques. Même si le jeu d’origine a très bien vieilli plus de dix ans après sa sortie, cet opus en version HD est totalement sublime. On apprécie toujours autant le côté cartoon, les expressions de Link, et surtout les détails techniques comme les ombres, les flammes, etc… Bref, le jeu offre visuellement une claque monstrueuse et le travail accompli par Nintendo force le respect.

Côté bande son, la musique reste toujours aussi épique ! Les bruitages n’ont également rien à envier à l’excellence des pistes sonores : que ce soient les cris de Link en plein combat, les bruits des planches qui grincent lorsque notre petit nain vert court sur un plancher, les cordes qui se tendent quand il tire dessus, tout a été pensé pour faire en sorte que le jeu nous plonge dans une immersion totale. L’expérience est d’ailleurs poussée à son paroxysme lorsqu’on y joue sur le Gamepad avec un casque audio de bonne qualité.

Un vent de fraîcheur sur Wii U ?

Pour tous les fans de la série, cette version HD est une véritable renaissance de ce qu’ils ont pu voir sur Gamecube. Le jeu est une perle, tout simplement ! Et pour tous ceux qui ne connaissent pas encore The Legend of Zelda: Wind Waker, et bien voilà une occasion à ne surtout pas rater ! Probablement l’un des Zelda les plus critiqués à sa sortie, mais aussi celui qui reste le plus en mémoire. On regrettera juste le prix, qui peut rebuter ceux qui ont déjà arpenté dans tous les sens l’opus d’origine.

La bande-annonce

Réalisation: 19/20

Sublime. C’est le premier mot qui vient à l’esprit lorsqu’on voit l’écran d’accueil du titre. La qualité est là, le jeu est beau, fluide, les animations sont toujours aussi propres. Bref, ce remake HD est vraiment à la hauteur.

Gameplay/Scénario: 17/20

Côté scénario on ne va pas se mentir : le fait que Link parte en mer et se retrouve à sauver le monde pour une raison X ou Y n’est pas vraiment étonnant, mais au final le résultat passe très bien. On ajoute à ça un gameplay proche de la perfection et qui utilise habilement les fonctionnalités du gamepad, et hop, le tour est joué.

Bande-Son: 17/20

Que ce soient les musiques qui restent en tête ou les bruitages qui sont toujours aussi soignés, on sent que la B.O. de ce titre reste probablement l’une des plus belles créations de la série.

Durée de vie: 18/20

Même si le jeu perd un peu en longueur avec les divers ajustements opérés, on ne regrette rien, au contraire, étant donné que les phases en mer et la seconde partie du jeu étaient parfois lourdingues. De fait, on apprécie la volonté de Nintendo d’avoir voulu diminuer notre calvaire. Au final, avec les quêtes secondaires, la durée de vie est plus que bonne.

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Que vous soyez fans de la première heure ou que vous découvriez cet opus, vous n’avez aucune raison de ne pas craquer pour ce The Legend of Zelda: Wind Waker HD qui fait honneur à son support. Un épisode très controversé à sa sortie, mais qui est sans doute l’un des plus poétiques jamais imaginé par Nintendo. Et comme en plus la qualité du portage HD est tout bonnement incroyable, pourquoi se priver ?

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Eneara
Eneara
Eneara, collectionneur et passionné de jeux vidéo depuis pas mal d'années. Amateur de cinéma, de lecture et de jeux de plateau, je suis aussi très attiré par tout ce qui touche au retrogaming. J'aime les jeux à scénario, l'action, et parfois me faire peur devant un bon petit jeu bien flippant. Facebook: Aurélien Eneara Ulsas