Review

Une fois n’est pas coutume, The Hungry Horde est un jeu de zombies pas tout à fait comme les autres. Ici, nulle besoin de traquer les morts-vivants, bien au contraire. Vous faites partie de la horde des gentils-revenants-mangeurs-de-cerveaux, et vous devez recruter de nouveaux alliés parmi les humains. Bourré d’humour et diablement addictif, The Hungry Horde compte bien s’installer pour des parties pleines de fun sur votre Playstation Vita. Aurait-on trouvé une nouvelle pépite chez les indépendants ?

Un jeu où vous êtes les méchants

Incarner une horde de zombies… ça, s’est fait!

Les indépendants recèlent parfois quelques pépites qu’ils nous livrent en toute discrétion malgré la qualité indéniable de certains jeux. Si la sortie de The Hungry Horde est passée quasiment inaperçue, malgré sa présence sur le PS+ du mois de novembre, elle aurait certainement du recevoir un accueil bien plus chaleureux. Développé par Nosebleed Interactive, un petit studio du nord-est de l’Angleterre qui n’existait pas il y a deux ans de cela, le petit jeu de la horde de zombies affamés a d’abord été gagnant du concours Playstation Mobile Pionneers, ce qui lui a permis d’être créé.

Distribué par Sony en version dématérialisée uniquement, via son PSN, ce titre déployé pour Playstation Vita sait séduire par son innovation et par son gameplay très addictif. D’habitude, dans les survival-horror, vous devez lutter contre les méchants en organisant votre survie. Ici, c’est tout l’inverse. De toute façon, vous êtes déjà morts, puisque vous êtes une horde de zombies. Votre objectif principal sera d’augmenter votre armée de morts-vivants afin de mieux détruire l’humanité. Dans une course contre la montre insensée, vous devez vous organiser pour fuir la zone militarisée, où on essaye de vous éliminer à la bombe atomique.

Et bon appétit bien sûr

Il est possible de scinder votre horde en deux pour multiplier vos dégâts

Mêlant habilement action et réflexion, The Hungry Horde brille par son originalité. Vous n’êtes pas maître d’un seul personnage mais d’une horde complète de morts-vivants affamés que vous contrôlez de haut. Si vous commencez par ne dominer que deux zombies, vous allez vous empresser d’aller mordre dans la chair. Profitez d’une maraude pour faire quelques repérages et causer des dégâts. Dès que possible, vous devez poursuivre les humains et les piéger pour les contaminer. Ainsi vous augmentez vos effectifs. Pour améliorer vos compétences, rien de mieux que de s’emparer de quelques cerveaux qui traînent dans le coin. Chaque cerveau de couleur remplira des fioles de capacités qui, une fois pleines, vous permettront d’utiliser grappin, bouclier, charge et étourdissement. Mais attention, votre temps est compté, et il faut faire vite, mais n’hésitez pas à réaliser les meilleurs scores possibles, vous pourrez ainsi défier vos amis sur le leaderbord.

Le hic, c’est que très vite, vous allez attirer l’attention. C’est sûr qu’une lignée de zombies qui dansent la chenille dans les rues, ça ne passe pas inaperçu. Et là, les militaires voudront votre peau et tenteront de vous éradiquer à l’arme de destruction massive après vous avoir enfermé en zone de quarantaine. A vous de vous organiser pour rester morts-vivants. Et il vaut mieux éviter la fin de partie, car les temps de chargement peuvent parfois être très longs. Votre horde est divisible en deux, pour structurer votre périple. Parfois, vous devrez aider vos zombies en détruisant un cadenas ou une voiture en utilisant l’écran tactile de la Vita, et le pavé tactile arrière ne sera pas en reste puisqu’il vous servira aussi à vous dépêtrer d’horribles situations. Votre équipe, elle, doit éliminer les survivants et surmonter les obstacles. Ensemble, il vous faudra vaincre les défenses humaines et attaquer les gardes armés. Ne perdez pas de vue votre objectif, vous devez grignoter l’humanité toute entière !

Quelques pauses amusantes

Un album de stickers qui va réveiller en vous votre collectionnite aigüe

Le jeu est également composé de petits plus. Bourré de mini-jeux cachés dans des paquets-cadeaux, vous vous amuserez à les débusquer. Sur le thème des morts-vivants, chaque « jeu dans le jeu » est complètement indépendant de la mission principale. Pauses bien agréables dans votre survie de tous les instants, ils vous permettront de débloquer de nombreuses fonctionnalités. D’ailleurs, seuls certains mini-jeux vous permettront d’incarner un humain, bel et bien vivant, dont celui qui joue lui-même à un jeu d’arcade dans lequel un humain dégomme des zombies. Plus démoniaque, vous pourrez également incarner un zombie abandonné sur une île déserte, proie principale d’une équipe militaire bien décidée à vous balancer toutes leurs munitions atomiques, par les voies terrestres ou aériennes, pendant que vous devez ramasser des noix de coco.

Et pour les plus collectionneurs, vous pourrez glaner ça et là des images à recueillir dans un album (les nostalgiques des images Panini seront ravis). C’est dans ce classeur accessible depuis l’interface du menu que vous pourrez contempler fièrement les portraits de tous les petits zombies que vous aurez glanés au fil de votre jeu. Les plus compétiteurs seront également ravis d’avoir à compléter 43 trophées dont cinq cachés et, assez rare pour un jeu indépendant pour mériter d’être souligné, un trophée platine.

Addictif et attachant

Techniquement, The Hungry Horde est reconnaissable entre mille, tout comme ses mini-jeux

Si graphiquement le jeu n’a rien d’extraordinaire, la simplicité des chara-designs rend les petits zombies très attachants. Un poil Minecraft sur les bords, les petits bonshommes, aussi bien les vivants que les morts-vivants, exhibent fièrement leurs têtes carrées. Quand l’humain est contaminé, il passe automatiquement à une couleur verdâtre signe de l’infection, et hop, un de plus dans les rangs. Bien pratique, ce vert pétant vous permettra de repérer facilement vos petits personnages dans les cavernes les plus sombres. Quand le vert s’assombrit, c’est que votre mort-vivant commence à battre de l’aile. Attention, car vous pourrez évidemment perdre un peu du groupe si vous faites un faux pas.

Terriblement addictif, cette folle course contre la mort ne serait rien sans la musique bien stressante qui accompagne l’aventure. Simple, elle rappelle néanmoins facilement que vous êtes dans une équipe de zombies par ses tonalités « film d’angoisse », mais accentue surtout sa vitesse quand le chronomètre accélère, histoire de faire battre votre cœur à la chamade quand vous voyez le compte à rebours s’afficher à l’écran pour vous signaler la fin du temps réglementaire : plus que quelques secondes pour laisser vos petits bonshommes faire leur marché de chair fraîche. Vite ! Vite ! Les militaires veulent vous éradiquer.

Un indie-game réussi ?

Bien loin des blockbusters du moment au design qui en met plein la vue et aux fonctionnalités poussées par des capacités de consoles de jeux révolutionnaires, The Hungry Horde tire quand même largement son épingle du lot. Bien adapté sur la Vita, ce titre plus qu’original brille par son audace et son côté addictif. S’il saura amuser petits et grands, les nombreux mini-jeux dans le jeu rajouteront des heures de plaisir sans se lasser. Et pour une fois que vous devez incarner les méchants et détruire l’humanité, pourquoi se priver ?

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 15/20

Évidemment, face aux blockbusters qui sortent aujourd’hui sur les consoles next-gen, un petit jeu indépendant qui débarque en exclusivité sur Vita a du mal à rivaliser sur les graphismes. En revanche, le chara-design est excellent, rappelant un peu Minecraft, chaque humain et chaque zombie exhibe fièrement sa grosse tête carrée et votre horde de mangeurs d’homme brillera d’un vert pétant quand ils seront en pleine forme et s’assombriront peu à peu quand ils seront mal en point.

Gameplay/Scénario: 16/20

Super original, The Hungry Horde vous met à la tête d’une horde de zombies qui doivent manger des humains pour augmenter leurs rangs. Votre objectif : détruire l’humanité et éviter d’être éradiqués par les militaires prêts à tout pour réduire votre peuple à néant. En piste ! Grignotez des humains et nourrissez-vous de cerveaux pour développer vos compétences ! Et en plus, de nombreux mini-jeux accessibles via des paquets-cadeaux trouvés sur votre chemin vous permettront de débloquer de nouvelles fonctionnalités.

Bande-Son: 14/20

Ici, pas de tracas concernant les doublages. Vos zombies ne parlent pas, ils agissent, vite et bien, sous vos commandes. Le jeu se contente de vous dévoiler des astuces de jeu sur les temps de chargement, le tout traduit en français, ce qui se fait assez rare dans les jeux indépendants. La musique de son côté, si elle n’a rien d’exceptionnelle, vous permettra de vous mettre dans l’ambiance angoissante de la course contre la montre puisqu’elle s’accélérera à l’apparition du décompte final, histoire de vous mettre un peu plus la pression.

Durée de vie: 18/20

Si le système de jeu est plutôt simple, vous ne verrez pas la fin arriver de si tôt. Il y a toujours des humains à manger sur Terre. Et si vous vous lassez de bouloter de la chair fraîche, vous pouvez toujours lancer un mini-jeu. Les « jeux dans le jeu » sont nombreux et se débloquent de manière rigolote puisqu’il s’agit de mettre la main dessus pendant vos maraudes en les trouvant dans des paquets cadeaux. Si en plus vous comptez remplir votre album de collection d’images de zombies, c’est plusieurs dizaines d’heures qu’il vous faudra pour atteindre tous vos objectifs. Ceci est néanmoins réservé aux plus compétiteurs car le gameplay un peu répétitif pourra en agacer certains.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Enfin un jeu où vous êtes le méchant. Mieux, les méchants ! Car c’est une horde complète de zombies que vous incarnez et vous devez organiser votre survie en agrandissant votre escouade toujours un peu plus. Mangez des hommes ! Boulotez des cerveaux ! Faites des dégâts dans l’environnement ! Donnez-vous à cœur joie à faire tout l’inverse de ce qu’on vous demande de faire habituellement dans les jeux. C’est un bonheur. Bourré d’humour et diablement addictif, The Hungry Horde vous fera passer des heures accroché à votre Vita.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

CerberusXV3
CerberusXV3
Un smartphone greffé dans la main gauche, une manette dans la droite, polyvalente, rebelle, débrouillarde, un poil geeky, tatouée, piercée, pas fataliste mais réaliste, n’aime pas les préjugés, addict au café et à la junk-food, bref : comme tout le monde, mais en pire.