Review

Strike Suit Infinity est un stand-alone du jeu Strike Suit Zero développé par Born Ready Games et disponible sur PC (en test sur N-Gamz, d’ailleurs). Le jeu se présente comme un Ace Combat-like spatial très sérieux qui demande une stratégie et une gestion des unités de renforts très particulières, le tout pour espérer être assez fort afin de détruire vos ennemis sans trop endommager votre propre appareil. Tout un programme.

C’est l’histoire de…euh, c’est quoi encore le scénar’ ?

Des vagues d'ennemis à dézinguer!

Pour ceux qui n’ont pas joué à Strike Suit Zero, autant dire que vous allez être surpris par le scénario de cet opus Infinity, puisqu’il n’y en a pas. Le soft se contente ni plus ni moins que de vous envoyer des vagues de vaisseaux ennemis de plus en plus puissantes, à l’infini, de façon à ce que vous fassiez le plus haut score possible durant les 18 rounds chronométrés que compte le titre. On ne sait donc rien sur nos adversaires, ni pourquoi on doit les détruire… frustrant alors qu’un simple écran texte fourni aurait suffi pour nous mettre dans le bain.

Un timing bien ficelé

Les fans de jeux d’aviation typés arcade devraient largement trouver leurs marques dans Strike Suit Infinity. Le gameplay ressemble à pas mal de softs du genre. Le vaisseau se contrôle ainsi très simplement avec un pad, bien que je vous conseille de personnaliser votre configuration. Les joysticks sont parfaits pour manier votre engin, les gâchettes sont utilisées pour la vitesse et les boutons pour l’armement selon votre envie. On ne peut plus aisé. Par contre, évitez le clavier, clairement mal adapté à ce type d’exercice aérien. Le plus du jeu ? La possibilité de transformer votre appareil en robot, façon Macross, ce qui change clairement la donne.

Le marauder, le vaisseau qui m'a mené à la victoire

Non équipé en armement léger, la raison d’être du Strike, votre vaisseau, est d’infliger de très lourds dégâts à vos adversaires. Ainsi, entre les petits aéronefs de combats et les énormes frégates, vous constaterez très vite une grosse différence de points de vie, mais également une façon d’appréhender la situation qui doit être adaptée. Je m’explique : les petits ennemis sont plus rentables à attaquer en mode vaisseau car ces derniers remplissent votre jauge de Flux, qui permet justement votre transformation en robot. Une fois que vous êtes transformé, la jauge de flux du mecha permet d’attaquer puissamment une cible verrouillée. Selon le Strike choisi (trois en tout), l’armement se différencie une fois transformé. Mention particulière au MARAUDER, mon préféré, qui dispose d’un canon très puissant octroyant une pléthore de dégâts à votre adversaire. A part ça, en temps normal, vous aurez le choix des armes avec de l’équipement commun aux trois Strike disponibles dans le jeu, en y ajoutant l’équipement que vous pourrez débloquer si vous détruisez les vaisseaux de transport ennemis.

Un vaste terrain de jeu

Lancé dans l’action, vous serez amené à livrer des batailles spatiales dans une zone qui vous semblera malheureusement très vide au début. Seuls les ennemis et les alliés rempliront l’aire de jeu dans un premier temps. Heureusement, au fur et à mesure que vous progresserez dans les niveaux, des météorites, installations spatiales et débris de vaisseaux apparaîtront pour donner plus de vie à votre environnement.  Niveau difficulté, elle est exponentielle au fil des missions et se révèle assez corsée. Autant les niveaux 5 ou 6 vous paraîtront relativement simples, autant une fois atteints les niveaux 10 et 11, par exemple, vous comprendrez vite que vous risquez de finir en débris.

Le choix des armes est stratégique pour survivre

En terme de modélisation, les différents vaisseaux sont très bien réalisés et détaillés, malgré parfois la grande distance entre vous et les plus petites unités. Le soft offre un design spatial pas forcément futuriste, puisque collant pas mal aux dessins modernes des appareils volants de notre époque. L’armement, en revanche, est principalement composé de lasers et de missiles surdéveloppés, seule preuve de l’évolution technologique humaine. En restant dans la sobriété, le jeu parvient à arborer un design sombre et simple. Contrairement à d’autres titres dans lesquels les graphismes sont blindés de couleurs fluos. L’animation ne ralentit jamais. Les bruitages sont crédibles, mais les musiques, elles, sont un peu plus anecdotiques.

Vers l’infini et…

Au final, Strike Suit Infinity est un jeu très fun, mais sur lequel il faut prévoir ENORMEMENT de temps pour un shoot/scorer, puisque faire les 18 rounds vous demandera entre 5 à 8 heures. Surtout que la difficulté augmente de plus en plus. A vous de gérer convenablement vos renforts : pas assez d’aide et vous vous ferez écraser, mais trop d’alliés en jeux et vous en aurez moins pour le round suivant. Si vous êtes fans de combats spatiaux et de scoring, avec du temps, des ennemis à tuer par centaine et une réalisation sobre mais efficace, ce jeu est définitivement pour vous ! Et cerise sur le gâteau, j’ai obtenu la première place d’une compétition inter-journalistique organisée par les développeurs !

La bande-annonce

Réalisation: 14/20 

Le level design n’est pas ce qui se fait de mieux, c’est un fait, puisque le vide intersidéral n’est pas vraiment un coin rempli d’une multitude de choses. Par contre, l’animation ne saccade jamais et la modélisation des vaisseaux, de même que les effets de lumière, sont on ne peut plus convaincants.

Gameplay/Scénario: 15/20 

Le gameplay est vraiment agréable, équilibré et classique. Les novices peuvent prendre aisément le soft en main, mais seul un pro pourra le maîtriser. Les principes du flux et de la transformation en robot, de même que la gestion stratégique des renforts apportent un sacré plus. Seul bémol : aucun scénario propre à ce Strike Suit Infinity. S’il est expliqué dans le Zero, rien n’est dit dans celui-ci… On se bat sans savoir pourquoi. Super…

Bande-Son: 15/20 

Les effets sonores sont de très bonne facture, donnant vie à l’armement de notre vaisseau. Même si les batailles spatiales sont censées être silencieuses, la musique en revanche est un peu plus passe-partout. Personnellement, je l’ai baissée pour écouter autre chose, même si elle n’est pas spécialement insupportable, juste un peu répétitive.

Durée de vie: 20/20 

Pour terminer les 18 rounds, il va vous falloir beaucoup de temps. Plus vous avancerez, plus ces derniers seront longs et fastidieux. Et si vous souhaitez faire péter les scores, il vous faudra tous les enchaîner en une seule fois. En sachant que le 18ème round se répète, autant dire que vous allez en avoir pour votre argent !

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

Strike Suit Infinity est un très bon jeu de combat spatial, à la maniabilité et à la réalisation très agréables. Il s’agit définitivement d’une très bonne surprise pour moi, alors que je ne suis pourtant pas fan du genre. Les batailles sont enivrantes, compliquées, la tension est palpable, et le tout est extrêmement gratifiant une fois l’affrontement terminé. J’attends un nouvel opus avec impatience tant les développeurs ont de quoi proposer une bonne part d’innovation pour rendre le tout encore plus addictif.



About the Author

Pliskin

Fan de Metal Gear Solid depuis le premier jour, je suis le premier a avoir réalisé des mods et des hacks sur la série. J’aime beaucoup cette saga, et encore plus le personnage d’Otacon qui renforce son esprit au fil des épisodes. En ce qui me concerne, je suis connu sous le nom de Pliskin Hunter (auparavant RushSnake), fondateur de l’équipe RedCode Interactive. J’aime beaucoup les jeux d’actions, d’aventure, avec un bon scénario. Je pense particulièrement à la trilogie S.T.A.L.K.E.R qui est juste magnifique. Sinon, je ne suis pas du tout axé cinéma et manga. Je suis un grand fan de MacGyver, Stargate et City Hunter. Hyperactif, j’ai du mal à regarder une série ou un film sans faire quelque chose d’autre à côté.