Review

Projet passé totalement inaperçu durant son développement, l’énigmatique Stories : The Path of Destinies aurait pourtant dû nous attirer d’entrée de jeu. En effet, son studio de développement, baptisé Spearhead Games, a été fondé par Simon Darveau, le Directeur Design d’Assassin’s Creed III, secondé par Malik Boukhira, game designer pour… Assassin’s Creed II, sans doute le meilleur opus de la saga ! Du coup, on s’attendait à un jeu d’action-infiltration en Open World, non ? Et bien il n’en est rien puisque ce « Stories » nous offre un Action-RPG façon « Livre dont vous êtes le héros », avec une paire de choix induisant de nombreuses fins mais aussi de nombreuses morts… pour de nombreuses heures de plaisir ?

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 15/20

Si on déplorera l’utilisation massive de copiés-collés en termes de level design pour certaines structures (les mêmes escaliers en colimaçon pour jouer sur la perspective, notamment), on sera par contre enchanté par la foultitude de petits détails visuels offerts par ce Stories qui tourne quand même sous Unreal Engine 4. Couleurs chatoyantes et effets de lumières aguicheurs sont monnaies courantes en Boréas, pour le plus grand plaisir des yeux. Dommage, par contre, que des lags plutôt étranges s’invitent à la fête sur console, sans incidence réelle sur le gameplay puisque n’apparaissant jamais durant les phases de combat dont la vitesse « supra-luminique » vers la cinquième partie est terriblement impressionnante !

Gameplay/Scénario: 15,5/20

Rien à redire sur l’histoire de ce Stories, qui offre cinq choix cruciaux à chaque partie, pour pas moins de 24 fins différentes sur une narration vraiment plaisante à écouter et dotée de personnages plutôt charismatiques. Le gameplay des phases action-rpg, quant à lui, propose des combats où les contres rapides sont la clé de la réussite pour un feeling vraiment inspiré d’Assassin’s Creed, version boostée aux amphétamines ! On apprécie les pouvoirs upgradables du héros comme le rush ou le grappin, lesquels le feront littéralement virevolter d’un ennemi à l’autre en une fraction de seconde pour une incroyable sensation de puissance passés quelques « new game + ». Les quatre épées, par contre, ne servent vraiment qu’à ouvrir des portes de couleur correspondantes et leur utilisation en rixe ne fait pas vraiment de différence malgré leur pouvoir propre (sauf le heal, extrêmement salvateur). Heureusement qu’un ingénieux système de gemmes à équiper vient améliorer un peu l’aspect RPG de l’ensemble sans jamais le rendre vraiment complexe. Idéal pour s’initier au genre, même si la relative linéarité de l’ensemble et le manque cruel d’objets à utiliser pourront rebuter les férus de l’Action-RPG.

Bande-Son: 17/20

Les compositions musicales de Stories sont clairement typées « Fantasy féérique », avec quelques thèmes anxiogènes, certes, mais une prédominance pour les envolées lyriques et épiques du plus bel effet. Nul doute que vous voyagerez déjà en Boréas rien qu’en fermant les yeux et en écoutant les mélodies du soft. Niveau bruitages, tout colle parfaitement à l’action mais c’est surtout sur le doublage que le jeu mérite amplement ses lettres de noblesse. En effet, oubliez les voix propres à vos personnages, il n’y en a pas ! Tout le boulot est fait par un seul et unique narrateur, à l’humour décapant et au timbre de voix toujours en accord avec la scène jouée. On a tout bonnement l’impression d’assister à la lecture d’un livre dont vous êtes le héros ou mieux, ce sentiment d’être au coin d’une table, avec des potes, en train d’écouter un GM nous livrer les récits d’un jeu de rôle papier!

Durée de vie: 12/20

Comptez 24 heures pour boucler le soft à 100% puisqu’il compte 24 fins possibles, chacune prenant environ une heure de temps de jeu pour y arriver. Le souci, c’est que si vous la jouez intelligemment, vous pourrez dégoter les quatre vérités en quatre heures, et trouver par déduction le bon chemin vers la vraie conclusion de l’histoire durant votre cinquième parcours… soit seulement 5 petites heures. De plus, même si l’optimisation des pouvoirs de Reynardo pour en faire une vraie machine de guerre jouissive à contrôler, ainsi que le level up des monstres à chaque reset du livre permet de garder l’intérêt du joueur durant sur cinq parties d’affilées… une fois toutes vos stats montées à bloc, le titre se montre plutôt répétitif. On doute donc que vous vous amusiez à le terminer… 24 fois !

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Malgré sa faible durée de vie si vous ne visez que la vraie conclusion du soft et des lags plutôt incompréhensibles sur le plan technique, Stories : The Path of Destinies est plus qu’une bonne surprise indé sur PC et PlayStation 4. Dotée d’une réalisation pétaradante de couleurs et de détails ainsi que d’un système de jeu très intéressant faisant la part belle aux embranchements scénaristiques, la production de Spearhead Games parvient sans soucis à nous emmener dans son univers enchanteur pour à peine 15 Euros, le tout diablement bien raconté par un narrateur chevronné… et très drôle !



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!