Review

Les vagues d’ennemis à trucider, c’est votre passion ? Incarner les guerriers les plus puissants du Japon, votre fantasme inavoué ? Alors n’attendez plus, le nouveau Musou de la team Omega Force est arrivé sur PS4 et sous son petit nom « Samurai Warriors – Spirit of Sanada » se cache peut-être le jeu de vos rêves! Place au test!

Héritage familial

« Trahisons et guerre des clans au programme de ce Musou en pleine ère Sengoku »

Omega Force, studio japonais, a pris pour habitude de nous envoyer en Chine avec sa licence Dynasty Warriors qui, depuis 1997, ravit les fans du genre Musou sur fond historique. Pourtant, les devs aiment parfois s’aérer l’esprit et sortir de ce carcan pour nous proposer d’autres récits au sein d’empires différents, et notamment celui du Soleil Levant. C’est justement le cas de ce Samurai Warriors: Spirit of Sanada qui nous plonge dans l’ère Sengoku, au sein du clan… Sanada (logique!). A la tête de ce dernier, le brave Masayuki que l’on verra évoluer, prendre de l’âge et gagner en expérience pour enfin transmettre son lourd héritage et sa tâche de dirigeant à son fils: Yukimura. Entre alliances, trahisons et respect des valeurs fondamentales des samouraïs, le jeu va vous immerger dans un conflit historique titanesque, sans le joyeux happy end hollywoodien… et c’est tant mieux!

Ça va tataner sec !

« Le gameplay parlera directement aux fans de la saga »

Les mécaniques de Samurai Warriors restent les mêmes que celles de la saga principale (Dynasty): on se prépare en checkant son équipement, on apprête sa monture et on file raser les armées ennemies en faisant monter les combos et les KO toujours plus haut dans un beat’em all où le sentiment de puissance est terriblement présent. Par ce biais, on fait progresser nos niveau de rage et de Musou afin de lancer des attaques toujours plus meurtrières et efficaces. Bien qu’il y ait un objectif principal, chaque champ de bataille comprendra un tas d’objectifs secondaires mais aussi… de conditions de défaites!

Si les bases du gameplay ne révolutionnent pas le genre, ce que l’on aime surtout avec les licences de Koei Tecmo, c’est la montagne de personnages jouables que l’on a sous la main, et ce Samurai Warriors ne déroge pas à la règle en offrant autant de maniabilités que de protagonistes différents, à savoir 61. En effet, le roster comprend tous les héros de Samurai Warriors 4 et ses extensions en y ajoutant 3 petits nouveaux: Masayuki Sanada, Chacha et Sasuke. On accroche sur le design de certains, on se prend d’affection pour d’autres tout au long d’un scénario travaillé et qui tente de ne mettre personne de côté, tout en nous donnant envie de maîtriser chacun de nos chouchous.

Entre exploration et évolution

« De nombreuses activités annexes et un QG qui ne cessera de croître »

Certes les champs de batailles ou « multi-stages » sont nombreux et n’attendent que le joueur pour assouvir sa soif de combat, mais à côté de cela le titre bénéficie d’un aspect « loisir » au travers de ces nombreuses phases d’exploration. Durant ces dernières, le gamer pourra, pendant un laps de temps donné, récolter des ingrédients en tout genre, récupérer des matériaux et se faire la main avec de nouveaux héros. Chaque carte d’exploration comprend des objectifs : l’exploration complète, la récolte de divers items, le massacre d’un certain type d’ennemi…

Les ingrédients et matériaux ne sont d’ailleurs pas là juste pour faire joli puisque vous disposerez de votre petit domaine, lequel va croître avec votre influence, dans lequel vous trouverez un forgeron pour l’amélioration de vos armes, des vendeurs pour fabriquer des remèdes et des potions, un salon de thé, une ferme où planter vos graines ou encore un spot de pêche (ben oui: moi, la pêche, ça me détend après avoir massacré plus de 1500 gars sur ma journée… pas vous?). Autre aspect sympathique à gérer : vos relations avec les divers personnages, par le biais de cadeaux.

Des inégalités qui font mal…

« Visuellement, le titre souffle le chaud et le froid, avec même quelques lags incompréhensibles »

SW – SoS marche toujours sur le fil du rasoir question technique. Un coup, on est saisi par la réalisation esthétique vraiment poussée et qui nous change un peu du perpétuel côté « en retard » de la licence, et à d’autres moment… on déchante entre les gros lags (même s’ils restent rares) et les textures d’une autre « dynastie ». Il n’empêche que de manière générale, le soft reste beau, agréable à l’œil et très fluide. Les cinématiques sont joliment travaillées mais nos protagonistes ont autant d’expressions faciales que n’en possède un bulot. Dommage car leurs histoires et leurs personnalités sont généralement intéressantes à suivre, mais leur visage figé leur enlève toute profondeur.

Les doublages, en japonais sous-titré anglais, sont excellents et nous immergent pleinement dans le soft et dans le caractère des combattants, rattrapant presque le fameux manque d’identité cité à l’instant. Les intonations sont toujours justes et rentrent à merveille dans la personnalité de tel ou tel héros. La musique en ville, bien que répétitive, reste agréable et enjouée tandis que celle des champs de batailles se révèle dynamique, rythmée et toujours bien dosée de façon à ne pas passer à côté de nos objectifs oraux importants concernant notre avancée ou celle des ennemis.

Mon royaume, ma bataille

Samurai Warriors – Spirit of Sanada est un Musou ultra complet, proposant une pléthore d’activités idéales pour ne pas lasser. La fluidité et le dynamisme du gameplay, qui pourtant à fait ses preuves depuis dix ans, parvient à se renouveler par petites touches pour nous faire retomber au coeur des rixes endiablées du genre. Dommage donc que l’esthétique soit toujours un poil en retard sur la concurrence. On aimerait vraiment se prendre THE claque graphique par Omega Force. Qui sait… peut-être qu’avec le très attendu Dynasty Warriors 9 et son premier Open World, la série atteindra-t-elle la quintessence du combat de masse!

La bande-annonce

Réalisation: 14/20

Toujours entre deux eaux niveau technique. Une fois graphiquement dans l’ère du temps pendant un moment, puis à la traîne la minute d’après. Quelques lags sont présents et donnent envie de hurler tant la fluidité est primordiale sur ce genre de soft, mais ils restent suffisamment rares pour ne pas nuire à l’expérience de jeu. De manière générale, rassurez-vous: le soft reste agréable à l’œil.

Gameplay/Scénario: 17/20

Un scénario riche, bardé de rebondissements et possédant des protagonistes plutôt attachants. Comme quoi, on peut massacrer des vagues d’ennemis tout en ayant une histoire qui tient la route. Le gameplay reste dans la lignée des titres de Koei: on retrouve très vite ses habitudes et toutes les nouveautés sont un ajout réel aussi bien quantitatif que qualitatif.

Bande-Son: 16/20

Une voxographie puissante et de qualité, des bruitages convaincants et une ambiance musicale toujours bien dosée et entraînante. Cependant le niveau d’anglais demandé pourrait être rédhibitoire pour certains joueurs.

Durée de vie: 15/20

Comme pour tout soft de ce genre, cela se compte en une multitude de dizaines d’heures de jeu sachant que si l’on adhère, on n’hésitera pas à se relancer tête baissé dans le soft même une fois la campagne achevée histoire de récupérer tous les héros et les maximiser jusqu’à plus soif.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Samurai Warriors – Spirit of Sanada est un excellent opus, au scénario imposant, au contexte historique plutôt travaillé et au gameplay fort de plusieurs années d’expérience sur lequels se greffent des nouveautés qui rafraîchissent le tout. On regrettera seulement que la réalisation graphique soit toujours un chouïa en retard sur son temps. Koei Tecmo nous offre, avec ce titre, une jolie façon de patienter jusqu’à l’arrivée de Warriors All Stars ou encore du très attendu… Dynasty Warriors 9!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !