Review

Après un premier épisode sur PlayStation 3 inspiré de Dynasty Warriors et carrément raté, Namco Bandai remet la franchise des Chevaliers du Zodiaque, alias Saint Seiya, sur le devant de la scène avec cette fois un pur jeu de baston qui prend pour modèle l’excellente série Ultimate Ninja Storm. On s’attendait à un titre culte, seulement voilà : CyberConnect 2 n’est pas aux commandes. Et ça se sent ! La malédiction des adaptations vidéoludiques bâclées de ce manga culte prendra-t-elle fin avec ce « Brave Soldiers » ? Pas si sûr…

Le Video-Test par Neoanderson

Réalisation: 13/20

Le soft offre un cell-shading travaillé et agréable malgré l’absence de détails sur les armures. Les arènes, par contre, ne brillent pas par leur modélisation. L’animation ne souffre d’aucun temps mort et les effets spéciaux lors des attaques sont sympathiques, mais bien moins impressionnants qu’un Naruto UNS.

Gameplay/Scénario: 11/20

Niveau scénario, Brave Soldiers propose de rejouer l’intégralité des combats des trois arcs du manga (on oublie Asgard, propre à la série télé). Le tout est conté via des écrans fixes bien loin des cuts-scenes cultes en 3D d’un Naruto UNS. Niveau gameplay, le titre souffle le chaud et le froid, avec un maniement inspiré du ninja de Konoha (la cosmo-énergie remplaçant le chakra, l’éveil se renommant 7ème sens, mais on garde le rush, et les combos à base de pression simultanée sur la touche d’énergie et une attaque) mais l’équilibrage est totalement foireux et votre coup ultime bien trop long à charger et lent à déclencher. Le soft incorpore des défis optionnels pour chaque combat, mais ils sont bien trop faciles. Enfin, être obligé de rejouer au moins deux fois chaque rixe devient très vite lassant. Bonne noté néanmoins pour les personnages pouvant être upgradés en les équipant d’orbes à acheter, ce qui donne un petit côté RPG assez sympa.

Bande-Son: 17/20

La bande-son est soignée même si on ne retrouve pas les thèmes connus de la saga. Le fait d’avoir conservé les voix japonaises est une excellente idée d’autant que les doubleurs sont à fond dans leur rôle. Un bonheur auditif !

Durée de vie: 15/20

Ce Saint Seiya dispose d’une pléthore d’éléments à débloquer, du modèle de perso à l’illustration en passant par des orbes à acquérir. Le mode story devrait vous prendre pas mal de temps (mais s’avérera super répétitif) et vous pourrez toujours vous rabattre par la suite sur le Versus (Survie/Tournoi/Entraînement) ou encore le combat en ligne, qui lague un peu hélas. Bref, il y a de quoi faire, sans parler de la quasi soixantaine de personnages à débloquer (même si beaucoup sont des versions alternatives de personnages principaux).

Note Globale N-Gamz.com: 13/20

La première approche que j’avais pu faire de ce Saint Seiya lors de Japan Expo 2013 m’avait enthousiasmé, mais en voyant le produit fini, je ne peux qu’être désolé d’un potentiel ainsi gâché par un équilibrage alambiqué, des combats répétitifs et un scénario mal mis en scène. Reste un jeu de combat honnête, mais bien loin d’un Naruto Ultimate Ninja Storm dont il s’inspire pourtant grandement ! Bref, pour les fans uniquement.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!