Review

Dans le monde du jeu vidéo, il est parfois difficile de se faire une place, mais une fois qu’on a réussi, il faut rentabiliser la franchise et la faire durer le plus longtemps possible. A ce petit jeu, Koei Tecmo est l’un des maîtres incontestés, comme nous le prouve ce Romance of the Three Kingdoms numéro… 13! Jeu de gestion/stratégie sorti en juillet dernier sur PlayStation 4, le titre se veut être un hommage pour les 30 ans de la saga. Une longévité synonyme de qualité?

Histoire de Chine

Des personnages historiques au design très travaillé pour un scénario historique passionnant

Des personnages historiques au design très travaillé pour un scénario historique passionnant

Si vous n’avez jamais entendu parler de la franchise Romance of the Three Kingdoms, laissez-nous vous situer son contexte. C’est une saga Historique (avec un grand H) qui est en réalité l’adaptation du récit « Histoire des Trois Royaumes » de Luo Guanzhong, écrit au 14ème siècle. Ces écrits faisant partie des quatre livres extraordinaires de la littérature chinoise, autant vous dire qu’on s’attaque à du lourd ! En voici l’histoire.

Au cours du deuxième siècle, la dynastie des Han s’effondre, et l’unité de la Chine avec elle. C’est alors que trois hommes, Cao Cao, Liu Bei et Sun Quan, vont tenter de calmer les conflits qui ont éclaté de toutes parts. Chacun de leur côté, ils parviennent à occuper de plus en plus de territoire mais finissent par refuser de s’associer, tous étant avides de pouvoirs. C’est dans ce climat chaotique que va se dérouler l’action de Romance of the Three Kingdoms, le tout au travers de divers modes de jeux dont les deux plus importants sont « Héros » et « Principal ».

La clé de la victoire: gérer votre armée!

La clé de la victoire: gérer votre armée!

Le premier cité est une vraie petite perle : il s’agit d’un tutoriel sous forme de campagne. En effet, comme la plupart des jeux de stratégie, Romance of the Three Kingdoms peut être plutôt complexe à aborder tant il est riche. Cette campagne-tuto est donc parfaite pour prendre le jeu en main et en aborder tous les aspects, excessivement nombreux et parfois ardus à comprendre. On se souvient d’ailleurs qu’il y a encore quelques années, les titres de cet acabit étaient accompagnés d’un manuel d’une bonne centaine de pages. On apprécie donc d’autant plus l’apprentissage immersif et digeste du dernier-né de Koei Tecmo.

Le mode « Principal », quant à lui, vous offre une liberté totale ; le seul objectif que vous ayez est simple: l’unification de la Chine. A vous de choisir votre camp ainsi que votre façon de procéder.

« Une bataille est gagnée avant même d’avoir commencé » 

La bataille sera serrée pour prendre la tête de la Chine

La bataille sera serrée pour prendre la tête de la Chine. Dommage que le moteur 3D soit un peu bancal

Prêts à vous jeter à corps perdu dans la bataille ? Eh bien, refrénez vos ardeurs, ça ne sera pas pour tout de suite. Les premières heures de jeu seront principalement consacrée à sa prise en main, qui peut sembler complexe, surtout si vous êtes novice du genre.

Il faut à nouveau souligner ici le réalisme extrême de la situation : vous remettez en scène une guerre, une vraie guerre. Il n’y a donc pas que des batailles et des affrontements avec vos ennemis ; la majorité de la guerre, c’est justement tout le reste. Il vous faudra gérer votre armée, veiller à ce que son moral soit élevé ; négocier avec d’autres officiers s’avérera également important, il vous faudra les convaincre, ou les déstabiliser, ou encore les séduire, … Ce qui est certain, c’est que ce Romance of the Three Kingdoms XIII a tenu à aborder le conflit de façon terre à terre et l’on peut dire que c’est réussi. Même si c’est cette pléthore d’aspects différents d’une même bataille qui a tendance à étouffer un peu le joueur, on peut souligner cette optique qui semble, selon nous, très juste.

Le mode duel vous permet de vous battre au corps à corps

Le mode duel vous permet de vous battre au corps à corps!

On vous rassure, les phases de combat sont tout de même présentes, bien que le plus gros du travail ait dû être réalisé avant. En effet, le résultat d’une bataille est souvent facile à prédire lorsque l’on regarde les statistiques de chaque camp. Il est même possible de complètement passer ces rixes et de demander à l’IA de générer les résultats, afin de ne pas perdre de temps.

Un voyage à travers la Chine

Graphiquement parlant, les styles sont aussi variés que l’aventure est riche ; c’est-à-dire parfois un peu trop pour les yeux ! Les décors se veulent simples, sans trop d’éléments, mais restent très beaux et épurés ; ils rendent justice aux magnifiques paysages chinois. On retrouve également des images fixes, souvent très détaillées, et d’un design proche du réalisme. Le character design, par exemple, nous présente de nombreux protagonistes, tous différents et respectant l’époque d’origine. En fait, le seul souci vient réellement du moteur 3D, un peu cheap par moments, notamment sur la modélisation des unités lors des grosses batailles armées. On est sur PS4 bon sang!

Niveau bande-son, on nage en pleine musique traditionnelle chinoise, pour notre plus grand plaisir. Les doublages anglais sont de qualité, et les bruitages ne souffrent d’aucune fausse note.

De la stratégie sur consoles… pour les fans du genre seulement

Qualifié de soft de « grande stratégie », Romance of the Three Kingdoms XIII sur PlayStation 4 jouit donc des qualités d’un STR complexe, mais souffre également de ses faiblesses, notamment un moteur 3D pas vraiment d’actualité et un côté un peu hermétique pour qui ne voudra pas se plonger dans l’énorme tutoriel qui vous attend. Bref, si ce type de jeu vous séduit et que vous n’avez pas peur de passer quelques heures rébarbatives en début de partie, n’hésitez pas et tentez ce petit bijou de stratégie, riche à souhait. Pour les autres, il est certain que le dernier-né de cette saga phare de Koei Tecmo ne vous introduira pas au genre en douceur…

La bande-annonce

Réalisation: 14/20

Doté d’un contenu très riche, Romance of the Three Kingdoms XIII est également très varié d’un point de vue graphique. Les styles visuels sont souvent différents et, inévitablement, certains sont parfois d’une qualité un peu moindre. Si certaines scènes sont très détaillées et proches de rendre justice aux magnifiques paysages chinois, on peut regretter d’autres passages très statiques ou moins travaillés, ainsi qu’une modélisation des unités en combat pas vraiment Next-Gen.

Gameplay/Scénario: 14/20

Là où les fans de récits historiques trouveront une source importante d’informations, la quantité astronomique de données concernant ce siècle de conflits pourrait très bien rebuter les joueurs moins adeptes de la lecture. En effet, la densité de l’Histoire, et donc du scénario du jeu, est assez élevée et peut être indigeste. De même, la prise en main du soft peut elle aussi déconcerter par sa complexité apparente. Il faudra de toute façon s’accrocher, mais une fois maîtrisé, le gameplay se montre riche et passionnant !

Bande-Son: 15/20

On s’y attendait, la bande-son de cet opus est très largement inspirée des mélodies et chants traditionnels chinois. Souvent épique, avec des petits airs de musique de RPG, et parfois solennelle, la musique habille parfaitement le soft, et, si l’on fermait les yeux, on pourrait presque s’y croire. On regrette un petit manque de diversité cependant, le folklore chinois a sûrement bien plus à offrir !

Durée de vie: 18/20

On l’aura deviné, la richesse de Romance of the Three Kingdoms XIII sous-entend une durée de vie assez impressionnante. Effectivement, si vous accrochez au jeu, il vous promet de très longues heures de conquêtes, surtout grâce au mode principal qui vous permet une liberté totale et donc une infinité de scenarii différents pour réussir à unifier la Chine.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Trop complexe pour une majorité de gamers, Romance of the Three Kingdoms XIII n’en possède pas moins des qualités non négligeable pour un jeu de stratégie très profond qui se réservera aux joueurs acharnés et forcément fans du genre. Après plusieurs longues heures de prise en main, le titre se laissera enfin dompter par ces derniers et révélera alors un potentiel stratégique qu’il fait plaisir de voir sur nos consoles.



About the Author

Amy
Amy
Gamer girl et otaku dans l'âme, j'ai fait du fansub -aux postes de traductrice/checkeuse- pendant plusieurs années. A la fin de mon anime favori (R.I.P. Bleach), j'ai lentement décroché ; et depuis, j'ai erré sur le net ... Jusqu'à ce que je trouve N-Gamz ! Un site qui me permettrait de partager ma passion non plus de la japanim, mais des jeux vidéos avec un public ; parfait ! Je vais donc mettre tout mon petit coeur dans mes articles et tests, en espérant qu'ils vous plairont ! Random fact : je fais un délicieux brownie