Review

Odin Sphere… le nom vous parle ? Mais si cherchez bien, cela remonte certes. Conte mythique mettant en scène la belle Gwendolyn, jeune valkyrie de son état, ce titre sorti sur PlayStation 2 en 2008 avait su séduire toute la planète vidéoludique par son gameplay maîtrisé et sa superbe plastique 2D. Qu’en est-il aujourd’hui avec cette version PS4 ? Embarquez avec nous pour un voyage spatio-temporel et vous le découvrirez !

Il était une fois…

Incarnez la redoutable Gwendolyn dans ce superbe remake HD!

Incarnez la redoutable Gwendolyn dans ce superbe remake HD!

Vanillaware, studio japonais à qui l’on doit Grimgrimoire ou encore Muramasa, débarque sur Next-Gen avec un remake HD d’Odin Sphere exclusif à la PlayStation 4. Ce soft, au scénario inspiré de la tétralogie de l’anneau du Nibelung de Wagner, est donc de retour sur la dernière console de Sony pour le plaisir des amoureux de l’œuvre originelle, mais pas que.

Dans ce Odin Sphere « Leifthrasir », vous débutez votre aventure aux commandes d’une petite fille avec pour seul choix d’aller câliner un chat dénommé Socrate ou, plus intéressant, de consulter un gros livre posé négligemment sur le sol. Cet ouvrage vous raconte les aventures de Gwendolyn, jeune guerrière venant de perdre sa sœur et cherchant à gagner l’attention de son père qui n’est autre qu’Odin. Une guerre ravage les royaumes, à vous d’aider le vôtre ! Diverses quêtes vous attendent avec leur lot de combats, de monstres, de personnages croisés en route (et qu’il vous sera parfois possible d’incarner) et surtout de boss redoutables.

Coups de tatanes et alchimie !

Un gameplay typé action qui se marie à la perfection au côté RPG de l'alchimie

Un gameplay typé action qui se marie à la perfection au côté RPG de l’alchimie

Odin Sphere se présente donc comme un titre d’action/exploration en 2D faisant la part belle à deux mécaniques de jeu : les combats et l’alchimie. Commençons par la baston : vous vous baladez de zone en zone en tatanant tout ce qui bouge ! Les combos sont présents afin de varier les plaisirs et votre arme vous permet aussi de balancer de jolis sorts histoire de faire des ravages parmi les rangs ennemis. Les affrontements se montrent ultra dynamique et fluides, nous faisant spammer méchamment les touches de la manette pour monter le compteur de coups dans le but d’augmenter encore et encore son score… et l’expérience qui va avec!

Le soft aurait pu en rester là, à savoir allier magie et frappes classiques, mais à force de récupérer des ingrédients à droite à gauche, vous aurez la possibilité de créer des fioles, ces dernières pouvant contenir des soins tout comme des sorts permettant d’empoisser, brûler, geler (des choses sympas quoi) vos adversaires. On se prend très vite au jeu de la création, croyez-moi ! Les maps, quant à elles, sont divisées en différentes zones : balade simple, combat acharné, espaces de repos offrant gîte, couvert et vendeur, et enfin… les boss !

Phozons et cueillette

Vous pourrez invoquer des cuistots pour vous préparer de bons petits plats

Vous pourrez invoquer des cuistots pour vous préparer de bons petits plats

Chaque ennemi tué dans cet Odin Sphere Leifthrasir permet d’acquérir ce qui pourrait s’apparenter à son âme, sous forme de cristal rose. Appelées phozons, mieux vaut cumuler ces dernières car elles serviront à développer l’arbre de compétences de la jeune Gwendolyn et des autres personnages jouables (mais on ne spoilera rien pour ceux qui n’ont jamais eu la chance de jouer au titre).. Il ne suffira cependant pas d’obtenir cette fameuse monnaie pour développer vos capacités en matière de tatanage intensif puisque certains boss, zones spéciales et autres coffres cachés vous permettront de découvrir de nouvelles skills bien utiles pour la suite de l’aventure. Etant donné que c’est un plaisir de se promener en tuant tout ce qui bouge, autant dire qu’on lie sacrément l’utile à l’agréable !

Comme si l’alchimie ne suffisait pas, le jeu vous propose de faire pousser vos propres ressources en utilisant des phozons pour les faire mûrir. De plus, les zones de repos offrent la possibilité de quémander un cuisinier qui vous préparera des plats avec les ingrédients que vous posséderez dans votre inventaire. A emporter ou sur place (on pourrait se croire chez McDo), ces bons petits repas réalisés avec amour vous redonneront de la vie mais aussi de l’expérience.

Remake sauce 2016 

Graphiquement, Odin Sphere est tout bonnement splendide!

Graphiquement, Odin Sphere est tout bonnement splendide!

Le mot remake a souvent deux effets… Tout d’abord, on se réjouit de revoir un des titres que l’on a adoré étant plus jeune (ou moins vieux). Ensuite, quand on découvre l’œuvre finale, on se rend compte que l’on s’attendait à bien mieux que ce que l’on peut voir sur l’écran. Dans Odin Sphere Leifthrasir, on déroge à la règle ! Dès le menu, la réalisation superbe nous saute à la figure. Le jeu était déjà magnifique sur PlayStation 2, mais sur PS4 il nous replonge dans son ambiance de conte coloré avec des graphismes dignes de la génération de console actuelle. En plus de laisser cette impression qui donne forcément le sourire, le soft livre de la qualité sans bugs, sans lags, bref un grand perfect pour le retour de Vanillaware !

La bande-son, quant à elle, propose des doublages japonais ou anglais avec sous-titres français. Peu-importe votre choix, vous aurez accès à une voxographie de grande et belle facture. Les musiques qui vous tiendront compagnie sont également à la hauteur de la réalisation : kawaii et toutes en douceur par moments, puis bigrement épiques à d’autres. Les bruitages, enfin, bien que peu variés, jouissent d’une excellente finition.

Odin, ta fille… elle dépote !

Odin Sphere Leifthrasir c’est « LE » remake, celui dont on rêve innocemment quand on voit le soft annoncé et que l’on a enfin dans les mains, dans le lecteur et au bout de la manette. Alors pour les fanas de la version PS2, je n’ai qu’un seul et unique conseil : FONCEZ ! Quant aux petits nouveaux, aux curieux… et bien foncez aussi ! Ce titre vous garantit des dizaines d’heures de plaisir vidéoludique et de ravissement visuel. On ne remerciera jamais assez Vanillaware de nous avoir gratifié de leur bébé version HD. Il ne reste plus qu’à se poser une question existentielle fondamentale : à quand un Grimgrimoire sur PlayStation 4 ?

La Bande-Annonce

Le gameplay par Lady Disturbed

Réalisation: 17/20

Oui, ok, on n’est pas sur la 3D d’un The Witcher, mais il n’empêche que l’on a ici un soft à la réalisation 2D somptueuse, aux graphismes soignés et accrochant l’œil immédiatement. Les couleurs sont superbes, les ambiances créées par les différents mondes dans lesquels on évolue sont toutes plaisantes à parcourir, et le ravissement visuel est permanent. En clair, on a là du lourd dans le genre !

Gameplay/Scénario: 18/20

Le scénario, bien qu’enfantin au départ, se révèle hyper intéressant. La construction des personnages est tellement bien fichue que l’on s’y attache rapidement et malgré le côté ultra addictif des combats, on prend plaisir à faire une pause afin d’en savoir plus sur notre héroïne principale et son entourage. Le gameplay, quant à lui, se montre très intuitif, sans prise de tête, nous permettant de foncer tête baissée tout en faisant saigner la manette sous une avalanche de combos visuellement aguicheurs. On vous rassure, malgré le bourrinage intensif précité, l’alchimie et les compétences de la jeune valkyrie apportent une dimension bien plus complexe et aboutie aux affrontements, pour un mix extrêmement chronophage.

Bande-Son: 16/20

A la hauteur du reste de la réalisation ! Des voix convaincantes et rarement surjouées en japonais comme en anglais, des musiques envoûtantes, des bruitages de la même veine et des textes en français. Le combo gagnant !

Durée de vie: 15/20

Tout dépendra de votre façon de prendre votre temps (ou pas), de refaire les niveaux pour obtenir le fameux « S » de fin de combat dans toutes les zones, de recommencer le titre juste pour le plaisir… En moyenne comptez entre 30 et 40h de jeu pour en faire le tour, sans tout dégoter.

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

Odin Sphere était déjà un titre magique et poétique sur PS2. Sur PlayStation 4, on retrouve cette alchimie dès la première minute de jeu, avec une réalisation de haute volée qui n’a pas à rougir des autres titres 2D sur Next-Gen. Addictif à souhait, ce « Leifthrasir » est au final un excellent remake… d’un excellent jeu ! Foncez l’acheter les yeux fermés et filez aider Gwendolyn dans sa quête !



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !