Review

Motion-Twin est une société de développement française fondée en 2001. Vous avez certainement du tomber dessus par hasard en voyant des liens vers des jeux comme La Brute, Miniville et Antivilles, des mini-games simples mais addictifs disponibles sur navigateur. Mais ces développeurs font également des jeux plus longs, tout aussi intéressants ludiquement comme culturellement tels que le fameux Studio Quizz ou Carapass (Qu’est ce que j’ai pu claquer mon argent dans le premier !). Le dernier en date s’appelle Mush, et nous prouve que l’équipe MT n’est pas à court d’imagination.

Nous perdrons uniquement lorsque le dernier mourra !

16 personnages pour une aventure spatiale empreinte de psychose!

La Terre et le système solaire SOL sont quasiment condamnés. Le Mush, un parasite, contrôle toutes les positions clefs pour assurer l’annihilation de la race humaine. Le Daedalus est le dernier vaisseau humain opérationnel. Comptant 16 membres d’équipage, vous devrez coopérer pour faire atterrir le vaisseau sur SOL, et sauver la galaxie.

Hélas, la tâche sera loin d’être facile puisque le Mush s’est infiltré dans votre vaisseau en prenant le contrôle mental d’un de vos équipiers, et sans que vous puissiez le voir au premier coup d’œil, il agira comme bon lui semble en sabotant toutes vos installations et vos recherches. Entre les Hunters, une race d’aliens qui veut vous détruire, l’oxygène qui est limité et l’essence du vaisseau, voilà qui ne vous arrange pas.

Tenir le coup, à tout prix !

Le gameplay est assez simple et intuitif. Deux jauges limitent vos mouvements et actions par cycle. La barre de mouvement descend d’un point à chaque changement de salle tandis que celle des actions vous permet de vous atteler à vos tâches selon les responsabilités que vous avez. Certaines actions comme ramasser ou poser un objet ne demandent pas de point. Par contre, réparer un moteur ou attaquer un vaisseau Hunter coûte beaucoup plus.

La communication est au coeur du jeu

D’autant plus que la réussite n’est pas garantie. Vous pouvez rater votre cible ou vous blesser, et pire, si vous vous salissez, vous ne pourrez plus interagir avec l’équipement de pointe, qui demande une propreté impeccable ! De quoi changer votre stratégie en un instant. Il est également important de gérer les cycles. Chaque cycle dure 3 heures. A la fin de l’un d’eux, des points d’action et de mouvement s’ajouteront à votre jauge, tandis que des points de moral, qui définissent votre état psychologique, vous seront octroyés ou retirés. Moins de points vous aurez, plus proche du suicide vous serez.

Niveau variété, 16 personnages sont disponibles et vous devrez en choisir un. Selon les compétences de votre avatar, vous serez par exemple amené à scanner une planète pour y trouver des ressources, piloter votre vaisseau pour échapper aux hunters, faire des recherches pour vous protéger ou même cuisiner pour votre équipe. Le vaisseau est extrêmement grand et vous devrez vous coordonner avec les autres joueurs pour rentabiliser au maximum vos points d’action et de mouvement. Beaucoup de facteurs entrent en compte pour faire avancer le vaisseau et si l’un d’eux est défaillant, cela peut mener prématurément à la fin de votre vie. Entraide obligatoire donc.

Un jeu loin d’être Mush

Le style graphique est particulier, mais pas dénué de charme

Bien que personnellement, je n’adhère pas aux artworks des protagonistes, force est de constater qu’ils ont le bon goût de nous donner une idée précise des traits physiques de ces personnages. Le jeu en revanche est constitué uniquement de sprites en 2D, avec un style certes pixellisé, mais très agréable à regarder grâce au souci du détail apporté par les graphistes. Le soft est très simple à prendre en main vu qu’il ne se joue qu’a la souris. Pour se déplacer, il suffira de cliquer sur une porte pour changer de pièce, et de cliquer sur un objet ou une installation pour accéder à ses fonctions. Tout est expliqué clairement et il est impossible de se perdre, pour peu qu’on garde la carte dans son inventaire. Les quelques références cachées un peu partout, que ce soit dans le jeu, sur le site Mush et ses news, ou même à l’intérieur du trailer nous poussent à sourire et à se sentir proche de l’univers mis en place par les développeurs.

Petit bémol : le système de communication avec les coéquipiers est un petit peu trop désordonné. Chaque nouveau message primaire (appelé topic) apparaîtra dans la boite de dialogue, mais le fait de pouvoir répondre à ces messages primaires fera apparaître juste en dessous des messages secondaires, ce qui rend la lecture entre les topics moins aisée. Pas facile pour retrouver un ordre donné par le commandant quand ça blablate beaucoup dans le vaisseau. Heureusement, dans chaque topic se trouve le bouton favori qui, vous l’aurez deviné, sert à copier ledit message dans l’onglet favori. Très pratique pour ne pas perdre de vue les phrases qui vous concernent. De même, les canaux privés sont aussi très utiles pour communiquer avec un ou plusieurs membres en particulier et partager vos suspicions en toute discrétion, car il ne faut pas l’oublier : le Mush se cache parmi vous !

Coopération et suspicion, le tout dans la même recette

Avec sa réalisation plus que correcte, ses idées de gameplay originales, sa bonne dose de stratégie et le côté suspicion apporté par le parasite, Mush est un très bon titre tactique, léger, et vicieux à la fois. Le jeu se paie le luxe de réinventer la coopération tout en forçant le joueur à surveiller ses camarades au moindre signe de trahison. Un régal qui n’est pas sans rappeler le The Thing, de Carpenter.

La bande-annonce

Réalisation: 14/20

Le jeu profite d’une jolie 2D pour peu que l’on soit fan de pixel art. C’est surtout le souci du détail et les nombreux clins d’oeils qui devraient plaire aux amateurs de huis clos spatial.

Gameplay/Scénario: 16/20

Un gameplay facile à maîtriser vu qu’il ne se joue qu’a la souris. Il suffit de cliquer et de lire pour comprendre comment fonctionne le jeu, le tutoriel étant très bien expliqué. Pour gérer le vaisseau selon votre personnage, plus ou moins de facteurs rentreront en compte, mais il faudra faire attention à ce qu’il se passe autour de vous pour réussir votre longue mission, chacune de vos actions se répercutant sur l’ensemble de l’équipage. Sans compter l’excellente idée du parasite qui va vous rendre parano envers tout un chacun ! Le scénario, quant à lui, dépendra de vous et de vos équipiers.

Bande-Son: XX/20

Pas de bande son, et ça n’aurait pas spécialement ajouté grand-chose d’en mettre une.

Durée de vie: 15/20

Le jeu propose un tas d’actions qui promettent des jours et des jours d’amusement, pour peu que vous parveniez à coopérer avec vos camarades. Si vous avez la chance de tomber sur une partie avec de bons joueurs, beaucoup d’événements auront lieu à bord du Daedalus, mais une présence régulière est exigée au fil des jours pour ne pas devenir inactif et causer des torts à votre équipe.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Mush est un très bon jeu de stratégie en coopération, tout en incluant dans son principe une sacrée dose de suspicion. Vous devrez faire très attention à vos gestes mais également à ceux de vos camarades. Le Daedalus est un vaisseau immense à gérer, et la communication avec vos équipiers est primordiale pour permettre au navire spatial de rentrer sur SOL et de sauver l’humanité. Vous aurez énormément de choses à faire et  les attaques et pénuries qui vous surprendront ne seront pas aisées à gérer. Un titre résolument addictif, bourré de clins d’oeils, et diablement efficace pour peu que chacun joue le jeu !

Remerciement:

– Myriam de VPCOM
– Motion Twin pour leur imagination qui m’épatera toujours.
– Phebus, joueur très actif, ayant su gérer le Daedalus d’une main de maître, le tout avec une grande sympathie en nous offrant une partie (très) mouvementée, ainsi que tous ceux qui y ont participé… sauf le joueur qui a incarné Terrence… il nous a démonté les douches ! D=



About the Author

Pliskin
Fan de Metal Gear Solid depuis le premier jour, je suis le premier a avoir réalisé des mods et des hacks sur la série. J'aime beaucoup cette saga, et encore plus le personnage d'Otacon qui renforce son esprit au fil des épisodes. En ce qui me concerne, je suis connu sous le nom de Pliskin Hunter (auparavant RushSnake), fondateur de l'équipe RedCode Interactive. J'aime beaucoup les jeux d'actions, d'aventure, avec un bon scénario. Je pense particulièrement à la trilogie S.T.A.L.K.E.R qui est juste magnifique. Sinon, je ne suis pas du tout axé cinéma et manga. Je suis un grand fan de MacGyver, Stargate et City Hunter. Hyperactif, j'ai du mal à regarder une série ou un film sans faire quelque chose d'autre à côté.