Review

Maid of Sker est un Survival Horror développé par Wales Interactive et vendu 25€ sur PC, PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch. L’originalité du soft vient en grande partie de deux aspects clés: son intrigue se base sur des mythes et récits horrifiques gallois dont le fameux « Maid of Sker » de R.D. Blackmore (1872, inspiré d’une histoire vraie) et… ses ennemis sont parfaitement aveugles mais vous repèrent au moindre son! Bref, l’infiltration sera de rigeur pour notre héros, Thomas Evan, qui va tenter de percer les mystères de l’hôtel de Sker où sa bien-aimée Elisabeth Williams a été enfermée par son propre paternel, gérant de l’établissement! Un récit qui émane du scénariste de SOMA et une ambiance visuelle réussie font-ils de ce jeu un incontournable du genre? La réponse dans notre vidéo-test!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 16/20

Le design artistique de Maid of Sker est, si l’on ne compte pas ses monstres peu effrayants, une vraie réussite. L’hôtel est digne du manoir Spencer de Resident Evil en termes d’ambiance, les effets de lumière sont très réussis, les particules de poussière flottent à foison et rappellent la désolation des lieux tandis que l’animation s’avère fluide comme il faut. Alors certes, on sourira face aux animations un peu rigides des adversaires et à quelques bugs de collision, mais Maid of Sker fait le job et nous emmène dès les premières secondes dans son univers gallois horrifique si atypique.

Gameplay/Scénario: 14/20

Le scénario est plutôt intéressant puisqu’il se base sur une histoire vraie, celle d’Elizabeth, enfermée par son père dans l’hôtel de Sker et qui enterait encore les lieux à l’heure actuelle. Le tout a été romancé en 1872 et c’est le scénariste de SOMA qui s’en est inspiré pour créer votre aventure. Un gage de qualité. Niveau gameplay, c’est vraiment très basique, quasi à la façon d’un Walking Simulator tant les interactions avec les décors sont minimes. Heureusement que l’hôtel est assez vaste et permet quelques jolis chemins de traverse, tandis que certaines énigmes s’avèrent bien recherchées. Par contre, on pestera vraiment contre ce qui était mis en avant par les développeurs pour vendre leur bébé, à savoir les séquences d’infiltration face à des ennemis aveugles mais très sensibles au son, et qui s’avère au final raté à cause d’une I.A. bien trop laxiste, ôtant tout sentiment d’angoisse (ajoutez à cela le design pas très effrayant des monstres et le stress retombe comme un soufflet).

Bande-Son: 18/20

Assurément le point fort de Maid of Sker: son incroyable sound design qui offre des bruits terrifiants et une excellente spatialisation du son. De quoi entendre arriver vos ennemis et vous préparer comme il se doit. Niveau doublage, les acteurs sont corrects mais on aurait vraiment aimé une version en full VF pour être encore un peu plus immergé. Enfin, les musiques typiques du folklore gallois sont envoûtantes à souhait. Du bon boulot!

Durée de vie: 15/20

Si l’aventure proposée par Maid of Sker s’avère un chouïa trop courte tant l’ambiance unique du soft nous happe, le titre a le bon goût de proposer plusieurs fins distinctes et d’être proposé à petit prix.

Note Globale N-Gamz.com: 15,5/20

Les premiers pas dans Maid of Sker sont une réussite. Une ambiance que n’aurait pas renié le manoir Spencer de Resident Evil, une réalisation graphique convaincante, une direction artistique empreinte de folklore horrifique gallois et une histoire qui nous happe dès les premières minutes: tout était réuni pour nous donner un monument du Survival Horror à la première personne. Malheureusement, l’I.A. des ennemis censée vous repérer uniquement au son est un peu à l’ouest et les jump scares se sentent à des kilomètres, sans parler du fait que le look des monstres ne fait pas peur pour un sou. Heureusement que le sound design est d’une efficacité redoutable pour vous garder dans cette atmosphère si particulière qui sauve un gameplay un peu trop simpliste, voire répétitif, et que le titre fait dans la replay value avec plusieurs fins distinctes et un scénario qui se dévore comme un bon film d’angoisse. Vu le prix, on vous conseille donc le soft malgré les écueils précités!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!