Review

Leo a beau ne pas être pingre, quand tout son argent disparaît mystérieusement et qu’une traînée d’or lui indique le chemin à suivre pour le récupérer entre les mains du voleur, il ne voit qu’une solution : partir à l’aventure pour poursuivre le vil Petit Poucet, récupérer ses espèces sonnantes et trébuchantes, et revenir pour le dîner ! Bienvenue dans Leo’s Fortune sur mobile, un jeu aussi beau que bon !

Il se gonfle !

Leo part à la recherche de son or perdu!

On va être franc, nous ne savons grand chose du Studio 1337 Game Design, les développeurs derrière ce Leo’s Fortune. Basé en Suède et fondé par l’ancien Game Designer de Battlefield 2 : Modern Combat et Battlefield 2142, le studio n’a à son actif que quatre jeux seulement depuis 2010, mais certains peuvent se targuer d’avoir obtenus quelques récompenses de prestige, notamment Dark Nebula (Google est votre ami sur ce coup).

Vous incarnez donc Leo, ancien ingénieur de génie aujourd’hui considéré comme fou, et qui se rend compte un beau matin que tout son or a disparu. Si le voleur semble avoir tout emporté, des pièces d’or marquent le chemin pour le retrouver et Leo devra partir à l’aventure pour récupérer sa fortune.

Un héros charismatique ? … euh… en fait…

A première vue, rien de bien singulier ne semble faire ressortir notre personnage sur le plan du charisme. Digne d’un blob poilu « with a mustach » et donc dépourvu de bras et de jambes, Leo arbore de petits yeux et un look « so british » qui semblent bien mal adaptés à une aventure au sein d’un monde regorgeant de dangers. Et pourtant… notre héros possède bien plus de qualités qu’on ne le pense pour ce jeu de réflexion/plateforme exclusif aux supports mobile (iOs et Android).

Un gameplay typé « Run & Jump » frénétique

Ainsi, d’entrée de jeu, un tutoriel très bien fait vous explique que le côté gauche de l’écran vous servira à déplacer votre personnage tandis que le droit aura pour vocation de manipuler ce dernier en le faisant gonfler, planer, sauter ou encore descendre en piqué. On vous le dit de suite, ces mécanismes seront exploités à fond tout au long du titre, que ce soit pour passer au-dessus de roues aux pointes acérées ou encore se bloquer dans un étroit tuyau pour activer une plate-forme. Comme indiqué dans le style de jeu, les niveaux sont parfois agrémentés de petit casse-têtes histoire de souffler un peu durant les phases de plateformes effrénées. Rien de bien difficile, on vous rassure.

Bien que Leo’s Fortune ne soit pas très riche en tableaux puisqu’il n’en compte que 19 pour l’aventure principale et 5 bonus qui se débloqueront avec des étoiles (on y vient juste après), vous aurez néanmoins accès à un mode Survie dans lequel il vous est interdit de perdre la moindre vie, le challenge servant à débloquer une récompense spéciale. Pour ma part, j’ai déjà eu du mal à ne pas mourir dans les premier niveaux … autant dire que vous allez devoir connaître par cœur chaque level! Les étoiles précitées, elles, sont au nombre de trois par stage. Une vous sera décernée si vous collectez toutes les pièces contenues dans le niveau, une autre si vous ne perdez pas de vie et la dernière si vous réussissez à terminer le stage en un temps donné. De quoi allonger un peu la durée de vie pour les plus compétiteurs d’entre vous.

C’est de toute beauté !

Techniquement, ce Leo’s Fortune est une vraie tuerie en 2D

Mais ce qui frappe le plus dans Leo’s Fortune, c’est sa qualité graphique. Il n’y a pas à dire, le titre de Studio 1337 Game Design est très beau et les différents panoramas qu’il offre, que ce soit en ville, dans la forêt, le désert, les montagnes, etc… sont tous extrêmement détaillés et jouissent d’une patte artistique incroyable. Le tout, mêlé aux effets de brouillard, de lumière, et d’ombre, rendent le jeu somptueux. C’est bien simple, de mémoire de gamer, je ne me rappelle pas avoir croisé un soft aussi beau sur plateforme mobile… et Leo’s Fortune se paie en plus le luxe de tourner sur la quasi majorité des appareils actuels !

Niveau ambiance sonore, la voix du narrateur vous met de suite dans le bain. Bénéficiant d’un doublage FR de hautre volée, elle vous envoûte dès le départ. Les musiques, elles, créent à merveille une ambiance où l’on aime se plonger, sans parler des petits bruits émis par notre héros quand il parvient à terminer une étape difficile et qui le rendent d’office attachant.

Le jeu de plateforme mobile au panthéon !

Leo’s Fortune est donc clairement une petite perle du jeu de plateforme nomade. Entre ses graphismes somptueux, ses mélodies collant à merveille aux niveaux et son gameplay simple mais efficace, il serait dommage clairement dommage de passer à côté du dernier bébé de 1337 (pour les intimes) !

La bande-annonce

Réalisation: 20/20

Leo’s Fortune n’est ni plus ni moins que l’un des plus beaux jeux de plateformes 2D sur mobile, proposant une qualité graphique tout simplement remarquable

Gameplay/Scénario: 15/20

Des combinaisons tactiles simples mais efficaces, des niveaux retors, une petite touche de casse-tête pour souffler un peu et un gameplay typé « jump & run » pour beaucoup de plaisir.

Bande-Son: 16/20

La voix du narrateur en français est excellente, les mélodies collent parfaitement au côté poétique et frénétique du soft, et les bruitages sont très bons… vous voulez quoi en plus ?!

Durée de vie: 12/20

Le point noir du jeu, indubitablement. En effet, bien que les niveaux de Leo’s Fortune soient longs, ils ne sont pas assez nombreux et vous aurez tôt fait de finir le soft en ligne droite. Néanmoins, récolter toutes les étoiles vous demandera beaucoup de dextérité, sans parler du mode survie.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Leo’s Fortune a tout d’un grand et il mérite vraiment que l’on pose nos pognes dessus. Doté d’une réalisation 2D qui force le respect, de mécaniques de jeux simples mais addictives et d’une bande-son travaillée, le titre de 1337 est une excellente surprise que l’on vous recommande chaudement !



About the Author

Arkamis
Arkamis

J’ai appris à connaître les jeux vidéo très tôt, grâce a mes frères, avec la NES, la Master System, et j’en passe. J’y ai découvert un univers de rêve qui, 15 ans plus tard, me réserve toujours autant de surprises et de plaisir, que ce soit rétro ou current gen