Review

Le hobbit Bilbo est emmené par le magicien Gandalf et une compagnie de treize nains dans une aventure qui les conduira vers la Montagne Solitaire, à la recherche du trésor que garde le dragon Smaug. Tel est le pitch de départ de ce Lego The Hobbit, inspiré bien plus par les films de Peter Jackson que par les romans de Tolkien, et qui reprend le concept déjà hautement éprouvé de monde ouvert, de construction à base de briques et d’humour. Mais la recette ne s’essoufflerait-elle pas?

File, file! A Gobelin-ville!

Bilbo va partir pour une grande aventure!

En moins d’une demi-année, TT Games nous sort, avec ce Lego The Hobbit, rien de moins que le troisième jeu à base de petites briques jaunes! Ainsi, après l’incroyable LEGO Marvel Heroes, qui avait annoncé du lourd en terme de personnages, d’open world et de fan service, la firme nous a sorti un LEGO La Grande Aventure basé sur un film d’animation à l’univers complètement original. Mais déjà à ce moment, on sentait que la sauce prenait un peu moins… A présent, place aux pérégrinations de Bilbo Sacquet, qui a non seulement pour mission de récupérer le trésor gardé farouchement par le Dragon Smaug, mais aussi et surtout de réconcilier les joueurs avec un gameplay qui a tendance à se répéter. Trop de LEGO tue le LEGO? Espérons que LEGO The Hobbit relèvera le défi de nous prouver le contraire…

Mon précieux ?

Après un sympathique LEGO Le Seigneur des Anneaux qui avait introduit un petit côté RPG et un système de craft très sympa dans la franchise LEGO, TT Games reprend l’univers de Tolkien avec cette fois-ci non l’histoire de Frodo, mais celle de Bilbo, son oncle. Mais si vous vous attendiez à découvrir en exclusivité la réelle fin de cette aventure… SURPRISE! En effet, le soft s’arrête pile poil là où le second film de Peter Jackson se termine (La Désolation de Smaug). Pour la Bataille des Cinq Armées (Alias « Histoire d’un Aller et Retour), il faudra dépenser espèces sonnantes et trébuchantes afin d’acquérir un DLC qui sera proposé en même temps que le long métrage, soit fin 2014. Déception donc.

On retrouve la même recette que dans toute la saga LEGO

Quoi qu’il en soit, malgré cette fin qui n’en est pas une, on retrouvera dans le jeu toutes les grandes scènes qui ont pu marquer les spectateurs durant les 2 films déjà sortis, comme le combat entre Thorin et Azog ou bien la rencontre entre Bilbo et Gollum. Certaines sont très fidèles à l’esprit du réalisateur, mais d’autres un peu bancales, comme la descente de la rivière du monde Sylvestre en tonneau, par exemple. Dommage car il s’agit d’une scène phare dans La Désolation de Smaug.

C’est en forgeant…

Niveau gameplay, TT Games a boosté, par rapport à Lego The Hobbit, son système de craft qui va dorénavant vous donner la possibilité de fabriquer à partir d’éléments que vous récupèrerez tout au long de votre aventure, des objets qui vous permettront de remplir les objectifs des quêtes annexes. Idéal si vous avez décidé de faire le jeu à 100% et de débloquer les 80 personnages, les briques et tout le « barda » habituel d’un soft LEGO, histoire de gonfler la durée de vie du titre qui est d’environ 8 à 10 heures. On va donc se retrouver à détruire encore plus que d’habitude tous les éléments du décor pour ramasser du bois, des cordes, des rubis, du minerai, etc…

Les combats permettent d'effectuer des attaques en duo

A part ça, et l’ajout d’une attaque Duo qui vous permettra d’infliger de lourds dégâts aux ennemis ou de vous débloquer face à des types d’obstacles donnés, il n’y a rien de neuf sous le soleil. On retrouve le monde ouvert, le mode deux joueurs en local et les énigmes à base de capacités propres à chaque personnage (tireur, mineur, magicien, …). On peut néanmoins noter l’ajout d’un choix d’armes durant les rixes qui apporte un brin de stratégie, même si la mort n’est jamais vraiment pénalisante dans un soft ou on ressuscite instantanément en perdant quelques petits dots de score. Hélas, sur un constat global, on note au final trop peu d’évolutions. La licence se repose sur ses acquis… et le côté déjà-vu et répétitif ne cesse de hanter le joueur adepte des jeux de TT Games.

Drôle de hobby-t !

Avec LEGO The Hobbit, TT Games tente de vous en mettre plein les yeux. On pourra reconnaître facilement les ennemis et les décors que l’on retrouve dans les deux films. Quelques ajouts visuels pour se repérer plus facilement entre background et éléments destructibles ont été faits, permettant une plus grande lisibilité générale. Néanmoins, on sent que le moteur 3D commence à prendre de l’âge, avec un aliasing prononcé et surtout un tearing vraiment gênant sur current-gen.

On sent que le moteur 3D commence à prendre de l’âge

La bande-son, elle, effectue un sans-faute magistral. Il faut dire que les musiques sont directement tirées de la B.O. des films! Les mélodies de l’univers de Bilbo le Hobbit sont donc tout bonnement magnifiques et les écouter en boucle ne vous dérangera absolument pas, loin de là, tant elles incitent au voyage. De plus, le doublage français est très plaisant, et correspond bien aux personnages. Une franche réussite à ce niveau.

Overdose de LEGO

Trois jeux LEGO en à peine 5 mois, voilà ce que TT Games nous propose suite à la sortie de ce LEGO The Hobbit. Si de réelles nouveautés étaient présentes, on aurait pu donner une note dythirambique à cet opus, mais à trop vouloir se précipiter au niveau des sorties, le développeur finit par faire n’importe quoi. Les joueurs risquent franchement de se lasser très vite d’un concept qui n’évolue que trop peu car n’ayant pas assez de temps pour se remettre en question. Il faudrait vraiment se recentrer un peu plus sur le gameplay, d’autant plus pour ce jeu qui aurait très bien pu sortir, finalisé et avec de gros changements, en fin d’année pour la sortie du dernier volet de la trilogie. Néanmoins, pris à part, le soft se révèle réellement plaisant et mérite que l’on s’y attarde.

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 14/20

TT Games nous propose des graphismes de qualité, c’est un fait, mais le moteur de jeu commence à s’essouffler, surtout sur PlayStation 3 avec un aliasing et surtout un tearing omniprésent qui gâchent un peu l’expérience de jeu.

Gameplay/Scénario: 14/20

Niveau scénario, LEGO the Hobbit reste très fidèle à l’œuvre de Tolkien (et encore plus à la vision de Jackson) et l’on y retrouve les moments phares des deux films. Dommage que la dernière partie fasse l’objet d’un DLC alors qu’il aurait été plus simple de sortir un jeu finalisé lors du dernier volet de la trilogie. Niveau gameplay, hormis des attaques duo et un système de craft un peu plus poussé, la licence fait un surplace total.

Bande-Son: 17/20

Le point fort du soft : Les musiques sont divines car tirées de la B.O. des longs métrages, et les doublages de très bonne qualité. Bien joué !

Durée de vie: 15/20

On commence à en avoir l’habitude, mais TT Games reste dans sa logique en proposant aux alentours de 8/10h de jeu et un peu plus si l’on décide d’obtenir les 100%. Néanmoins, cela reste en général au-dessus de ce que demandent la plupart des softs du même type.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

LEGO The Hobbit possède réellement trois défauts: un scénario qui se cantonne aux deux premiers films de la trilogie, un moteur 3D qui commence à faire son temps et surtout une stagnation quasi totale au niveau du gameplay pour qui est adepte de la saga. Il n’en demeure pas moins que le jeu nous propose un bon moment d’amusement, boosté si vous le partagez à 2, et une adaptation un poil humoristique des aventures de ce cher Bilbo Sacquet!



About the Author

Arkamis
Arkamis
J'ai appris à connaître les jeux vidéo très tôt, grâce a mes frères, avec la NES, la Master System, et j'en passe. J'y ai découvert un univers de rêve qui, 15 ans plus tard, me réserve toujours autant de surprises et de plaisir, que ce soit rétro ou current gen