Review

 

Les petites briques jaunes reviennent une nouvelle fois sous la bannière de TT Games, histoire de promouvoir leur tout premier film d’animation sorti récemment en salles. Si l’excellence du dernier titre estampillé LEGO en date (Marvel Heroes) n’est plus à démontrer, la recette peut-elle marcher avec une licence qui ne propose que peu de fan service hormis un Batman plus comico-sarcastique que jamais?

Everything is Awesome !

Non, non, vous n’êtes pas dans LEGO: Batman!

Le grand méchant Lord Business s’est emparé du Kragle, un artefact surpuissant qui lui permet de modeler à volonté les figurines et briques LEGO ensemble et donc, semer le chaos sur Briqueburg ainsi que sur l’univers tout entier. Emmet, jeune ouvrier ordinaire, est reconnu par Vitruvius le sage comme étant le « Spécial », le Maître Constructeur qui parviendra à sauver le monde. Avec l’aide de Cool-Tag, une jeune fille agile et courageuse, il devra s’acquitter de la lourde tâche qui lui incombe dorénavant. Si seulement il n’était pas abonné aux… catastrophes!

Développé par TT Games, alias Traveller’s Tales, déjà responsable des jeux issus de la franchise LEGO depuis plus de cinq ans, LEGO: La Grande Aventure, Le Jeu Vidéo, est le successeur d’une longue lignée de softs labellisés par les plus grands noms comme Le Seigneur des Anneaux, DC Comics, Marvel, Star Wars et j’en passe. Après City Undercover qui était sa première licence totalement originale, la firme basée à Knutsford (non, ce n’est pas une blague) s’attèle cette fois au défi de l’adaptation vidéoludique d’un long métrage lui aussi totalement original. Idée lumineuse?

Où est mon pantalon ?

Le mode construction est l’une des seules innovations du jeu

Dès les premiers instants manette en main, on retrouve bien sur la magie qui opère depuis quelques années déjà dans l’univers vidéoludique des productions LEGO : aires de jeu assez grandes, humour garanti à chaque instant, nombre de personnages toujours aussi impressionnant, aucun doute, vous allez retrouver rapidement vos marques! Aux commandes d’Emmet (pas pour longtemps, car vous pourrez changer de protagoniste très vite dans l’aventure), un jeune ouvrier qui va se retrouvé affublé de la pièce de résistance histoire de sauver le monde, vous allez devoir user de vos propres compétences, réparties en groupes suivant les catégories d’avatars à votre disposition (marteau piqueur, maître constructeur, agilité,…) et vous aurez des actions uniques à réaliser au cours des niveaux. Comme dans les précédents opus me direz-vous. Idem pour le système de switch entre héros, avec un binôme que vous pourrez modeler à loisir.

On perd l’entrain qui nous habitait en lançant le disque

En progressant dans le jeu, vous découvrirez quelques nouveautés fortes sympathiques qui font le charme du soft. Tout d’abord le fait que le titre s’inspire du film sorti au même moment. Exit les univers propres à Indiana Jones, Thor et autre Luke Skywalker, place à des dizaines de têtes totalement inconnues. Autre ajout: des phases de constructions, un peu comme dans la réalité lorsque vous vous munissez de votre mode d’emploi LEGO et fabriquez votre jouet en assemblant les briques. Efficace et bien calibré, d’autant que si vous traînez à trouver LA pièce manquante, vous perdrez des dots jaunes indispensables pour atteindre les 100% de chaque niveau. Des séquences de danse ou en scrolling vertical tenteront également d’atténuer la monotonie qui étreint trop rapidement le joueur. Car bien que le début du soft reste fort sympathique, les niveaux se ressemblent un peu trop et au final, on perd l’entrain qui nous habitait en lançant le disque.

J’adore cette chanson !

Graphiquement parlant, le style est un copié-collé des autres jeux LEGO

Graphiquement parlant, on ne change pas une recette qui a fait ses preuves et TT Games reste systématiquement dans le même style. Malheureusement, la caméra est quelque peu défaillante et l’on regrette les effets de profondeur mal calibrés et la focale pas toujours optimale, ce qui n’aide pas forcément à se mouvoir correctement. Un problème encore plus visible en mode 2 joueurs qui, s’il reste vraiment sympa, aura vite fait de perdre les gamers dans les coins de l’écran, ce qui leur coûtera de nombreuses pièces en cas de chutes.

La musique principale, elle, est bien rythmée et plus qu’entraînante. Je me suis même retrouvé à bouger en rythme avec les protagonistes, c’est dire! Le reste des pistes sonores est plus anecdotique hélas. Les bruitages, eux, font dans le correct, sans plus, mais les voix en français ont été conservées et sont de bonne facture, l’humour faisant toujours mouche!

Le fan service… obligatoire pour un jeu LEGO?

Sorti finalement seulement quelques mois après LEGO Marvel, ce LEGO: La Grande Aventure reste trop basique dans son gameplay, même si quelques nouveautés comme la construction sont au rendez-vous. Encore une fois, vous allez passer votre temps à récupérer des pièces, créer des items et utiliser des compétences propres à chaque personnage pour finir les niveaux. La recette commence à dater et sans le fan service propre aux jeux LEGO sous licence, la sauce a de plus en plus de mal à prendre. Gageons que le prochain soft annoncé par TT Games, LEGO The Hobbit, saura à nouveau parler au coeur des fans et, qui sait, nous offrir d’incroyables nouveautés!

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 14/20

TT Games reste cramponné sur ses acquis avec des graphismes qui tendent à s’essouffler au fur et à mesure, notamment sur les anciennes générations de console. Espérons que la next-gen puisse redonner un élan de fraicheur à la réalisation avec des jeux calibrés pour elle.

Gameplay/Scénario: 14/20

Malgré quelques nouveautés très sympathiques comme la construction en temps limité, le gameplay reste à l’identique des précédentes productions. C’est du déjà vu, du déjà joué, en moins inspiré même si quelques scènes cassent la monotonie du soft et si l’humour vous fera décocher quelques sourires.

Bande-Son: 12/20

Les doublages sont de bonne facture, sans plus, et la musique principale est entraînante. Dommage que le reste de la bande-son soit un peu plus quelconque.

Durée de vie: 14/20

8 petites heures et le scénario est fini. Rajoutez presque la même chose pour les énigmes et l’utilisation des compétences dans les niveaux et vous aurez un soft qui demandera au final environ 15h pour être bouclé à 100%. TT Games nous a habitué à mieux…

Note Globale N-Gamz.com: 14/20

LEGO: La Grande Aventure, Le Jeu Vidéo est dans la droite lignée des autres productions LEGO, le fan service en moins. Cela n’en fait pas un mauvais jeu, surtout pour les habitués du gameplay spécifique des productions TT Games, mais on a clairement mieux en optant pour l’opus Marvel Heroes. Fans du film, par contre, vous trouverez votre bonheur.



About the Author

Arkamis
Arkamis

J’ai appris à connaître les jeux vidéo très tôt, grâce a mes frères, avec la NES, la Master System, et j’en passe. J’y ai découvert un univers de rêve qui, 15 ans plus tard, me réserve toujours autant de surprises et de plaisir, que ce soit rétro ou current gen