Review

S’il y a des jeux qui auront marqué cette année 2013, Killzone Shadow Fall en fait partie! Pas seulement parce qu’il est incroyablement beau, scénaristiquement intéressant et qu’il propose un multi jouissif… mais aussi parce qu’il est le digne ambassadeur de tous ces softs qui ont ouvert le bal des consoles de salon nouvelle génération. La série FPS phare de Sony, développée par Guerilla Games, et qui fêtera bientôt ses dix ans, a toujours su se porter garante d’un certain niveau d’excellence sur tous les supports PlayStation. On ne pouvait donc rêver meilleur titre pour la sortie de la PS4, et Sony l’a bien compris. Alors, réussite nextgen ou juste un très bon jeu de tir? Je vais m’empresser de vous répondre.

30 ans plus tard…

La guerre contre les Helghasts ne cessera jamais!

Pour celles et ceux qui auraient séché les cours de guerillas spatiales ces derniers temps, remettons-les dans le contexte historique de la saga Killzone. Nous sommes en pleine ère de colonisation interplanétaire. Les humains se sont approprié des dizaines de planètes, notamment pour leurs ressources. La plus célèbre : Vekta, aussi riche, luxuriante et abondante que notre bonne vieille Terre. Conscients du potentiel de leur nouvel habitat, les colons installés sur Vekta réclament leur indépendance, mais se font vite envoyer, manu militari, en exil sur l’une des lunes de la belle bleue : un astre rougeoyant où les conditions de vie et le climat désertique auraient dû les achever, Helghan. Mais le contraire s’est produit ! Ainsi, les exilés, forcés de s’adapter à ce milieu hostile, ont muté en êtres plus rapides, plus forts et nettement moins sensibles à la douleur. C’est ainsi qu’est né l’Empire Helghast, nourrissant une haine incommensurable envers l’Humanité toute entière, et plus particulièrement les nouveaux habitants de Vekta. Manque de pot…vous êtes dans le camp des humains.

Je vous passe les détails, mais après quelques guerres spatiales et un assaut final sur Helghan narré dans la trilogie Killzone sur PS2 et PS3 ainsi que dans les épisodes nomades, Shadow Fall nous expédie trente ans après la destruction de la planète mère des Helghasts, alors qu’ils sont contraints de vivre sur une Vekta divisée en deux par un mur gigantesque. D’un côté, leur empire réduit à peau de chagrin, et de l’autre, les Vektans et leur technologie démesurée, synonyme de bien-être, de richesse et d’opulence. Vous incarnez Lucas Kellan, un enfant expulsé lors d’une purge de Vektans résidant sur la moitié Helghane de sa planète, durant la nouvelle colonisation. Aujourd’hui, c’est un jeune homme fraîchement diplomé des Shadow Marshals, un groupe d’intervention tactique composé des meilleurs soldats et chargé de maintenir la paix entre les deux factions rivales. Plus facile à dire qu’à faire. Au cours d’une de vos missions d’infiltration, vous allez rencontrer Echo, une hybride qui vous amènera à poser un nouveau regard sur la situation… et à comprendre que le monde est loin d’être aussi simple autour de vous que la distinction bien/mal. Je vous laisse découvrir le reste, mais sachez que le scénario est loin d’être manichéen et de prendre le joueur de FPS pour un écervelé.

I robot, le retour de la revanche

OWL vous sera d'une aide précieuse durant l'aventure

Dans la périlleuse aventure qui vous attend, vous aurez un ami de taille en la « personne » d’un drone de combat : OWL, qui vous permettra en prime de vous mettre à l’aise avec le pavé tactile de la DualShock 4, la nouvelle manette de Sony. Vous pourrez ainsi, sur simple glissade de votre doigt, lui ordonner de s’attaquer à des ennemis à distance, de générer un bouclier, de vous soigner, de hacker les systèmes de défense ou encore de vous servir de tyrolienne (oui, vous avez bien lu !). Bref, un véritable robot à tout faire… reste à savoir s’il peut aussi se changer en toaster. Le maniement de votre soldat est, quant à lui, assez classique avec la possibilité de tirer, de zoomer, de courir, sauter ou se baisser, bref les adeptes du FPS ne seront pas dépaysés. Mention spéciale par contre pour le fait de ne pouvoir porter que deux armes, dont l’une obligatoirement vektane, et aux munitions assez limitées par endroits. Heureusement, la possibilité d’utiliser un tir alternatif radicalement différent pour quasiment chaque gun vous permettra de vous sortir de nombre de situations périlleuses.

Niveau level design, bien que le déroulement du titre soit parfois linéaire, il n’empêche que les missions sont variées (expédition spatiale, course-poursuite en hélico, explosion de trains kamikazes, …) et surtout chaque détail du niveau a son importance. Des filtres solaires ont explosé alors que vous êtes à bord d’un engin spatial? Vous verrez l’acier fondre devant vous et autant dire que vous n’aurez pas intérêt à mettre un pied dans la zone touchée au risque de finir comme la dinde de Noël! Par contre, libre à vous de détruire lesdits panneaux de protections situés pile au-dessus d’un Helghast ! Spectacle pyrotechnique garanti ! Si vous aimez vous la jouer « brutasse », vous pourrez foncer à travers tout au risque de croiser la faucheuse assez souvent, l’I.A. étant vraiment retorse et votre énergie descendant dangereusement vite. Mais si vous vous êtes toujours rêvé en James Bond, roi de l’infiltration et de la discrétion, sachez que chaque mission offre cette possibilité pour les plus réfléchis et observateurs d’entre vous. Un régal pour qui aime le meurtre silencieux.

Plus on est de fous…

Le multi paramétrable vous permettra toutes les folies

Killzone Shadow Fall est doté d’un multijoueur dans lequel on retrouve tous les modes qui font la recette d’un bon multi: prise de territoire, deathmatch en équipe, capture de drapeau… le tout se déroulant sur une dizaine de maps plutôt sympathique à parcourir (de nouvelles maps arriveront sous forme de DLC gratuits au fur et à mesure, petite attention généreuse des développeurs). OWL, notre ami robotique, est lui aussi de la partie mais ses fonctions sont plus réduites et s’adaptent à votre classe de personnage. Des classes qui sont d’ailleurs au nombre de trois : éclaireur, assaut et soutien. Croyez-moi, une fois que vous aurez goûté aux joies du frag entre amis, vous verrez que les possibilités de parties offertes sont effrayantes ! Vous désirez créer une session en enlevant les trois-quarts des armes ? Faites donc ! La durée de vie du soft s’envole de fait littéralement grâce à ce multi de très bonne qualité et qui, Ôh bonheur, ne souffre d’aucun lag !

Wahouuuuuu!

Oui…c’est le premier mot qui vient à l’esprit en lançant la bête. La PlayStation 4 montre, avec ce Killzone, une partie de son potentiel, et l’impression de jouer à des cinématiques en temps réel est incroyable. Chaque goutte de pluie, chaque rayon de soleil traversant les arbres, chaque reflet sur votre arme démontre la qualité de la réalisation du soft. La petite nouvelle de Sony en a dans le système ! Ainsi, que l’on soit à bord d’un vaisseau à la dérive dans l’obscurité de l’espace ou en pleine forêt par grand soleil, c’est une claque visuelle que l’on prend en pleine figure. La profondeur de champ est juste immense, et l’on se sent parfois tout petit tant les décors sont gigantesques.

Profondeur de champ titanesque, jeux de lumière magnifiques… Bienvenue sur next-gen!

Niveau bande-son, si votre fidèle OWL ne vous tapera pas la causette, les dialogues entre protagonistes du soft sont de bonne qualité et le doublage français plutôt convaincant. Cependant, les discussions environnantes ne volent pas haut et sont un peu surjouées, même si elles permettent une meilleure immersion. On regrette qu’elles tournent en boucle la plupart du temps. Les bruitages sont efficaces et de bonne facture, quant à la musique, elle jouit de nappes sonores lancinantes, parfois même malsaines, et offre un cachet auditif bien plus sombre que dans les autres titres de la franchise pour un résultat saisissant. Bref, la qualité est vraiment présente dans tous les aspects de ce Killzone Shadow Fall.

La descendance est assurée.

S’il y a bien une chose à retenir du premier Killzone sur PlayStation 4, c’est sa technique, sa beauté graphique et sa réalisation en général qui nous font comprendre que la nouvelle génération de consoles de salon est bien là ! Si le soft possède une campagne relativement courte (mais bien plus longue que certains ténors du genre), les environnements variés, les excellentes idées de gameplay (OWL, la possibilité d’opter pour une approche furtive, …) et son multi bien fichu sont des atouts majeurs et font au final de ce Shadow Fall un très bon FPS, même en lui ôtant le côté «new gen ». A posséder assurément !

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 18/20

Le soft est à la hauteur des espérances : les graphismes sont excellents et les effets spéciaux travaillés, démontrant que le PS4 dispose de sacrées capacités. L’animation tourne à la perfection et le cachet artistique du soft n’est plus à démontrer, Guerilla Games ayant réussi, au fil du temps, à donner à sa saga un visuel qui se démarque largement des autres productions du genre.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario peut paraître complexe pour quelqu’un n’ayant pas terminé les opus précédents, mais force est de constater qu’il est très bon et se mettra en place rapidement. Pour ce qui est du gameplay, il aura tendance à pêcher de temps en temps car OWL (notre ami drone) n’en fera parfois qu’à sa tête et la difficulté pourra se montrera inégale sur certaines phases. Le level design, quant à lui, est clairement bien pensé et chaque détail aura son importance si vous voulez vous la jouer infiltration.

Bande-Son: 16/20

La bande-son de ce Shadow Fall est très bonne, les bruits ambiants sont réalistes, la musique oppressante à souhait, mais la VF joue parfois aux montagnes russes. On passe ainsi d’un très bon niveau pour les personnages principaux, à du très mal joué pour les protagonistes secondaires ou les civils, donnant presque une impression d’entendre un film de série Z pour peu que l’on s’attarde à écouter les discussions alentours.

Durée de vie: 15/20

Comptez une petite dizaine d’heures pour finir le soft, ce qui est plus important que la moyenne, mais reste toujours un peu court (il faut dire que le spectacle est tel qu’on voudrait qu’il dure plus longtemps). Pour ce qui est du multi, avant de réussir les 1500 challenges proposés… autant dire que vous pourrez y passer des nuits complètes en compagnie de vos amis !

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

Killzone Shadow Fall est magnifique, c’est un fait. Il nous montre ce que la nouvelle génération a dans le ventre côté technique, rien à redire à ce niveau. Une réalisation sans faute, des niveaux proposant des univers variés et des choix alternatifs quant aux chemins à emprunter, bref du très bon. Par contre, malgré un scénario intéressant, on a un peu de mal à s’attacher aux personnages. Cependant, on peut sans conteste affirmer que Guerrilla Games a mis la barre assez haute pour un des premiers softs de la PlayStation 4. Le défi est donc largement relevé et le titre fait d’ores et déjà partie des indispensables de la console!



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !