Review

Si le fait de diviser le nouveau HITMAN en épisodes a justement « divisé » les fans de l’Agent 47, nous avons pu constater une légère amélioration de ce soft sorti « pas fini », notamment au travers de Sapienza, le second volet, qui avait le mérite de nous offrir une zone de jeu intéressante, vaste et bourrée de choses à faire. Hélas, les gros soucis de gameplay présents depuis le départ continuaient à plomber l’expérience de jeu (confer notre test complet du premier opus à cette adresse: http://n-gamz.com/video-game-review/hitman-notre-test-complet/). Est-ce que le troisième segment, intitulé Marrakech, nous fera enfin oublier les errances du dernier bébé d’Io-Interactive au point de nous le rendre enfin désirable ? Rien n’est moins sûr !

Un seul agent pour sauver… un pays tout entier!

A vous d'empêcher un coup d'état dans ce HITMAN toujours aussi peuplé

A vous d’empêcher un coup d’état dans ce HITMAN toujours aussi peuplé

Un gros entrepreneur fait appel à l’Agence pour régler un problème qui pourrait lui faire perdre beaucoup d’argent. En effet, un ancien banquier privé du nom de Claus Stranberg a réussi à détourner plusieurs milliards de dollars émanant de comptes épargne de citoyens. Arrêté à Marrakech et en passe d’être jugé, il est libéré lors de son transport par un groupe lourdement armé aux ordres de Reza Zaydan, le général des armées du pays. Notre homme parvient à se réfugier dans le consulat suédois (sa nationalité) tandis que son « sauveur » opère depuis une école abandonnée de la ville, son objectif étant clair : démontrer la faiblesse des autorités et s’adjoindre l’aide financière de Claus dans son coup d’état, au nom de «  la sécurité nationale ». Le souci, c’est que l’annonce de la protection du banquier dans l’ambassade suédoise crée de vifs mouvements de foule devant cette dernière. Votre mission est simple : paralyser les forces rebelles de Zaydan et empêcher les émeutes de prendre plus d’ampleur. Le destin de toute la nation est entre vos mains, Agent 47 !

Dans ce troisième épisode de HITMAN, nous voilà débarqués au Maroc, à Marrakech plus précisément, sur une carte aussi vaste et peuplée que celle de Sapienza. On y trouve des points d’intérêts variés comme un bar à chicha, diverses boutiques, un grand marché, l’école désaffectée et le consulat. Par contre, bien que le lieu propose une belle superficie, les marges de manœuvres en son sein sont beaucoup plus réduites que pour Sapienza, notamment à cause du nombre conséquent de patrouilles militaires dotées d’une I.A. toujours aussi bancale. Autant dire que pour réussir votre mission, il faudra vous la jouer infiltration et compter sur tous les éléments de gameplay que le jeu vous propose avec les opportunités ou les déguisements.

Encore et toujours les mêmes erreurs

On apprécie les possibilités de déguisement... mais l'I.A. et la technique gâchent tout!

De belles possibilités de déguisements… mais l’I.A. et la technique gâchent tout!

Hélas, si on apprécie vraiment la map, le titre souffre encore et toujours de ses défauts originels, avec des morts absurdes lorsque vos ennemis s’amusent à tirer à travers les murs, ou des temps de chargement terriblement horripilants, sans parler d’une réalisation en dent de scie.

Bref, si Sapienza avait au moins le mérite d’améliorer la recette de base avec une carte plus vaste et comportant plus d’opportunités de meurtres, cet épisode 3 n’apporte strictement rien de neuf… pire, il fait régresser le tout avec des cibles plus faciles à atteindre et une certaine linéarité due aux patrouilles nous bloquant l’accès à certaines zones. Vous l’aurez compris, la première « trilogie » de ce HITMAN est loin de nous laisser un souvenir impérissable… et la suite a intérêt à remanier complètement sa copie!

La bande-annonce

Le tableau de note étant sensiblement le même que pour l’épisode 1, nous vous renvoyons à notre test complet de ce dernier, dont l’adresse est dans l’en-tête

Note Globale N-Gamz.com: 12/20

Si l’ambiance de cet épisode 3 est plutôt réussie et nous donne franchement envie de découvrir une Marrakech tout aussi vaste, mais plus sombre que Sapienza, on regrette la linéarité de l’ensemble et sa relative facilité. Étrangement, la ville est plus cloisonnée qu’il n’y paraît au premier abord, et l’I.A. des patrouilles ennemies aura tôt fait de vous frustrer dans votre progression, sans parler d’une technique en dent de scie et de temps de chargement insupportables. Encore une fois, Io-Interactive rate le coche et doit vraiment revoir toute sa copie pour la seconde trilogie d’épisodes !



About the Author

Chizuna
Chizuna
Passionnée de jeux vidéo depuis l'âge de mes 7 ans, j'ai commencé à jouer à des survival horror tel que Resident Evil mais je suis avant tout une grande passionnée de RPG, surtout les Final Fantasy et plus particulièrement le VII et le X. Depuis peu, je me suis mise à jouer à des FPS. Pour les mangas, j'aime beaucoup les seinens, particulièrement ceux axés sur le thriller (Doubt, Judge et Consuctor), J'aime aussi le shonen avec une petite préférence pour Arata. Je vais très souvent au cinéma, au minimum deux fois par mois et mes genres de prédilection sont le fantastique, l'horreur, l'action et les films de guerre.