Review

Que tous les fans de la saga Final Fantasy se rassurent ! Afin de les faire patienter jusqu’à la sortie du très attendu FF XV, Square Enix nous apporte en Europe les versions PS4 et Xbox One de Final Fantasy Type-0, sous-titrées « HD ». Si ce nom vous semble familier, c’est parce qu’il s’agit d’un jeu sorti il y a de cela 4 ans sur la première console portable de Sony, la PSP, qui n’a hélas jamais foulé nos contrées. C’est donc avec grand plaisir que l’on accueille ce portage dans notre collection de tests N-Gamz ! 

Un monde en plein déclin

Ça ne rigole pas, dans la classe 0!

Final Fantasy Type 0 fait partie de la saga intitulée « Fabula Nova Crystallis » qui regroupe jusqu’à présent les trois opus de Final Fantasy XIII et bientôt Final Fantasy XV (ex « Versus XIII). En effet, tous ces jeux partagent une même mythologie, basée sur les cristaux. Pour le reste, chaque titre est très différent des autres et interprète librement ce background. Attardons-nous donc sur la vision issue de Final Fantasy Type-0, anciennement connu sous le nom de « Agito XIII ».

Le monde d’Orience vit dans la prospérité, divisé en quatre nations, chacune régie par un cristal magique ; le dragon azur pour Concordia, la tortue noire pour Lorican, le tigre blanc pour Milites et l’oiseau vermillon pour Rubrum. Ces quatre patries coexistent paisiblement, jusqu’à ce que l’Empire de Milites décide qu’il est grand temps d’agrandir son territoire, et entreprend donc d’envahir ses voisins. Il commence fort en annihilant Lorican d’un seul coup, ne laissant aucun survivant. Cet exploit fut capable grâce à l’intervention d’un L’Cie, un humain devenu une véritable machine de guerre aux pouvoirs impressionnants, et chargé de protéger à tout prix le cristal de sa région. Ils ne prennent en général pas part aux combats futiles des humains, mais lorsqu’ils agissent, les conséquences sont désastreuses … Concordia et Rubrum se voient donc obligés de s’allier contre l’offensive de Milites, et c’est là que vous entrez en jeu.

Final Fantasy Type-0 est sans doute l’un des titres les plus matures de la saga. Non seulement l’intrigue se révèle dramatique, mais d’un point de vue purement pragmatique, on peut voir régulièrement du sang et des morts par dizaines (même des Chocobos !). La guerre, c’est la guerre ; on ne fait pas semblant !

Et là, c’est le drame !

La démo de FF XV est offerte avec le jeu !

Vous l’aurez remarqué, le background politico-scénaristique est très développé et nécessite donc de nombreuses explications. Celles-ci vous seront délivrées par des cinématiques. Evidemment, les cinématiques, on adore ça ! A moins qu’elles ne soient pas très travaillées ou encore trop nombreuses … Et malheureusement, celles de Final Fantasy Type-0 remplissent ces deux piètres conditions ! Elles vous demanderont beaucoup de temps, surtout durant les premières heures, histoire de mettre l’intrigue en place. Leur utilité laisse parfois à désirer, et on aurait préféré un début de jeu comprenant un peu plus d’action et de liberté. De plus, c’est vraiment durant ces cut-scenes que l’on voit le plus, grincements de dents à l’appui, qu’il s’agit d’un jeu provenant d’une console portable. Les animations sont très légères et la modélisation laisse parfois franchement à désirer. Le titre est évidemment une version HD, et certains éléments, notamment les décors intérieurs, sont parfois splendides, mais cela ne suffit pas pour transformer un opus PSP en soft Next-Gen. Les mains des personnages sont souvent totalement cubiques et le lipsynchro (mouvement des lèvres en rythme avec le son) est effrayant tant il n’est pas adapté pour être vu sur grand écran. Bref, d’une utilité modérée et représentant un très faible intérêt artistique, les cinématiques de ce Final Fantasy sont vraiment un gros point noir du jeu.

Tant qu’on en est à parler technique, signalons que les graphismes de cet opus ont beaucoup trop tendance à piquer les yeux … Et c’est bien dommage lorsqu’on connait les capacités de la PlayStation 4 ou de la Xbox One. Même si certaines parties du titre ont très clairement été retravaillées et qu’une HD plus que satisfaisante nous est fournie par endroits, il reste encore trop d’éléments qui trahissent l’origine made in « console portable ». Des modélisations simplistes (mais tout à fait normales sur PSP) et des textures qui manquent vraiment de finesse peuvent gâcher l’aventure des plus pointilleux ou de ceux qui, tout simplement, se seraient attendus à une qualité graphique digne de la Next-Gen.

La classe des élites

Un gros travail pour la version HD, malheureusement pas suffisant

Dans FF Type-0 HD, vous allez vous retrouver aux commandes de la Classe Zéro d’Akademia, une académie formant les guerriers de demain. Cette classe, aussi appelée Agito, est la plus select et la plus puissante de toutes. Vous y retrouverez Kurasame, l’instructeur, et les quatorze élèves qui la constituent. Attention, on prend les présences ! Il y a donc Ace, qui utilise la magie des cartes ; Deuce, qui manie une flûte enchantée ; Trey, l’archer de la bande ; Cater et son pistolet magique ; Cinque, l’as de la masse ; Sice et sa faux impressionnante ; Seven, le sosie de Lightning qui manie un fouet plutôt classe ; Eight, petit boxeur coriace ; Nine, le rebelle à la lance ; Jack et son katana mortel ; Queen, l’épéiste de haut vol ; King, qui utilise deux pistolets à la fois ; Rem et ses dagues tranchantes ; et enfin Machina, qui manie deux épées. C’est bon, tout le monde est là ? Bien, passons donc à la suite du cours … heu du test, évidemment.

Les personnages jouables sont donc au nombre de 14. Pas mal alors que l’on déplorait de plus en plus le nombre décroissant des héros dans la saga (jusqu’à un seul dans Lightning Returns !). Chaque étudiant possède sa propre histoire, même si Rem et Machina, les deux personnages ayant rejoint l’Agito tardivement, semblent être les protagonistes principaux ; et chacun a une arme de prédilection. Pas question toutefois de choisir uniquement vos trois personnages préférés (les affrontements se jouant à l’aide de 3 combattants), il faudra faire attention à améliorer tous vos héros de façon constante, car l’un ou l’autre vous sera plus utile selon la situation. De fait, entraîner 14 personnes à la fois peut s’avérer un peu éreintant, et leur nombre peut vous empêcher de vous attacher à chacun d’entre eux. Toutefois, leur côté mystérieux et leur classe certaine ne manqueront pas de vous intriguer tout au long du jeu.

A l’attaque !

Çà bastonne avec un gameplay dynamique!

N’oublions pas qu’avec tout ça, votre but, c’est tout de même de sauver le monde. Rien que ça ! Il s’agirait dès lors de passer aux différentes phases de combat : Les rixes sont plutôt bien gérées, relativement dynamiques (surtout en mission) et d’une difficulté réglable. Vous pourrez vous battre de plusieurs façons. Tout d’abord, hors du jeu, vous pourrez effectuer des missions, très courtes, qui vous serviront uniquement à augmenter le niveau de vos personnages (on retrouve bien là le côté « partie rapide » lié au support portable). Ensuite, ingame, s’offrent à vous à nouveau plusieurs moyens d’effectuer des affrontements. Dans l’Académie, vous aurez ainsi accès à l’arène, qui vous proposera des simulations de combat, pratiques pour choisir le type de personnages qui vous convient le mieux selon la situation. Ensuite, sur la carte du monde d’Orience, vous pourrez tomber nez à nez avec des monstres, la plupart du temps faciles à battre et qui n’augmenteront votre expérience que de façon anecdotique. Attention toutefois, si vous cherchez à vous aventurer trop loin sur la map, des adversaires bien plus imposants, tels des bicornes, viendront vous rappeler que vous n’avez pas le niveau pour progresser sur leur territoire et vous mettront K.O. d’un seul revers de griffe.

Vous aurez aussi l’occasion d’affronter des ennemis lors de vos missions, de façon bien plus dynamique car vous les verrez arriver vers vous. A nouveau, la plupart ne vous poseront pas trop de souci ; leur force résidera dans leur nombre parfois très élevé. Vous croiserez cependant des opposants extrêmement puissants, à vous de voir si fuir ne s’avérera pas plus judicieux … Au besoin, les invocations seront présentes pour vous venir en aide. A noter que les « eidolons » phares de la série sont présentes, et ne demanderont « que » le sacrifice de votre personnage actif pour apparaître … Pas de panique, il vous en reste encore 13 !

Enfin, il existe dans FF Type-0 HD un type de combat plus tactique. Il se déroule sur la carte du monde, et non dans les villes, et votre mission sera de, petit à petit, reconquérir le Royaume de Rubrum, ville par ville. Ainsi, vous dirigerez vos troupes, choisissant vers quelles forces ennemies les diriger et quelle ville conquérir. Des conseils vous seront régulièrement donnés, donc ces missions peuvent, à nouveau, être rapidement comprises.

Retour sur les bancs de l’école

L'élevage de Chocobo fait son grand retour dans la saga!

Prenez le temps de découvrir l’Académie et ses décors souvent réussis, car vous y passerez beaucoup de temps! En effet, entre deux missions, vous aurez un certain délai de temps « libre », et chaque action conséquente consommera une certaine partie de ce temps. Par exemple, déclencher une courte cinématique vous coûtera 2h, alors que sortir d’Akademia pour affronter des monstres à l’extérieur vous coûtera 6h. Pas de panique, il y aura largement de quoi vous occuper ! Vous pouvez déjà visiter les différentes pièces, tel que l’arsenal où acheter vos armes ou encore l’écurie, où l’on retrouve enfin l’élevage de chocobo qui a tant plu auparavant ! Les autres endroits sont plus anecdotiques, mais vous permettent de croiser les élèves de l’Académie ; certains vous raconteront une petite histoire -souvent dénuée d’intérêt, il faut le dire- tandis que d’autres auront des requêtes à vous confier. Ces requêtes sont semblables à des quêtes annexes ; il faudra souvent rapporter à un élève une peau d’animal ou encore un extrait de plante, en échange d’un petit item. Ces missions sont très simples à remplir, et l’on se demande dès lors pourquoi on ne peut en accepter qu’une seule à la fois …

Avec toutes ces activités, la plupart destinées à booster vos personnages, le temps passera rapidement. Toutefois, si vous êtes pressés, vous pouvez vous rendre directement au QG et accéder à la mission, abandonnant ainsi vos heures de liberté. Prenez garde tout de même à ce que votre équipe ait un niveau assez élevé pour affronter les missions à venir.

Un mélange entre un excellent jeu et un portage indigne

Un portage qui nous laisse vraiment perplexe niveau technique

Au final, Final Fantasy Type-0 HD est un très bon jeu … de console portable. Tout au long de l’aventure, on ressent en permanence qu’il s’agit d’un titre pensé pour le support nomade, que ce soit dans les graphismes et les animations, ou encore dans le gameplay qui cible de courtes sessions de jeu avec des missions pouvant être rapidement interrompues ou mises en pause.

Si l’on doit avouer qu’il fut déplorable d’avoir du passer à côté de ce jeu à sa sortie sur PSP, notamment de part son scénario très mature et son gameplay réussi, on ne peut que se rendre à l’évidence aujourd’hui : Final Fantasy Type-0 n’est clairement pas à la hauteur d’un titre Next-Gen. Pourtant, il a décidé de se prendre comme tel en étant proposé au prix fort, le même que celui des blockbusters spécialement conçus pour ces nouveaux supports ! Certes, on comprend l’envie de Square Enix de sortir le soft sur les consoles Sony et Microsoft les plus populaires du moment mais au final, malgré le travail de remise à niveau graphique par moment parfois clairement visible, Final Fantasy Type-0 reste très clairement un titre destiné à une portable. La sensation de jouer sur la mauvaise console est omniprésente et, bien que certains s’y feront sans problème, cela gênera foncièrement d’autres joueurs. Dommage.

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 8/20

Le gros point faible du jeu, qui le décrédibilise grandement, ce sont bien évidemment les graphismes qui ne sont pas à la hauteur. Lorsque l’on compare la version PSP à la version PS4, il n’y a pas photo, tout a été refait, et parfois de façon admirable, certains décors sont très beaux. Toutefois, cela ne suffit vraiment pas, que ce soit au niveau des textures, du design ou de l’animation, tout le jeu reste très en deçà de ce qui se fait aujourd’hui. Comme quoi, on n’en a peut-être pas l’impression, mais la qualité graphique des softs est exponentielle depuis quelques années. C’est vraiment dommage pour  Final Fantasy Type-0 HD ;  un bon nombre de joueur risquent d’être refroidis ou de garder un souvenir mitigé du jeu à cause de ce fossé graphique.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario, bien que révélé au compte-goutte est vraiment travaillé. Bien que typique des consoles portables, le gameplay sait se montrer efficace et dynamique. Il existe quelques couacs, comme la caméra un peu trop vive, mais dans l’ensemble, le jeu est très bien équilibré et très agréable à jouer.

On regrette toutefois les cinématiques trop nombreuses et qui n’apportent rien, ou pas grand chose, au scénario, ce qui donne l’impression que celui-ci traîne en longueur.

Bande-Son: 17/20

La musique, composée par Takeharu Ishimoto, déjà présent sur Final Fantasy X par exemple, est clairement à la hauteur des autres titres de la saga. Allant de pair avec l’aventure de  Final Fantasy Type-0, on retrouve énormément de choeurs et de musiques épiques. Cette bande-son donne vraiment l’impression qu’on est en train de sauver le monde, et qu’il n’est pas question de déconner ! Les bruitages sont tout aussi réussis et le tout nous offre une belle aventure immersive.

Durée de vie: 15/20

D’une durée de vie un peu moindre que ses collègues, Final Fantasy Type-0 HD vous tiendra en haleine tout de même un long moment (une quarantaine d’heures). Avec une difficulté bien équilibrée, et que vous pourrez modifier à tout moment au besoin, c’est une aventure qui se joue au rythme que l’on souhaite et qui regorge d’activités annexes à la quête principale. De quoi occuper de longs trajets en train ou en- ah non, pardon, c’est vrai, ce n’est pas un jeu portable ! De quoi occuper vos soirées dans votre canapé, donc.

Note Globale N-Gamz.com: 12/20

La note finale n’est malheureusement pas très représentative de ce Final Fantasy Type-0 HD, et j’avoue que ça me fait un peu mal de lui mettre une quote si basse, alors que le fond du jeu est vraiment très bon. Malheureusement, Square Enix aura vu bien trop grand sur ce coup-ci, et le faible niveau graphique ne permet pas au soft de se hisser au même rang que ses petits camarades sur PS4 ou Xbox One. Petit bonus tout de même, il offre la démo de  Final Fantasy XV : Episode Duscae avec sa version Day One.



About the Author

Amy
Amy
Gamer girl et otaku dans l'âme, j'ai fait du fansub -aux postes de traductrice/checkeuse- pendant plusieurs années. A la fin de mon anime favori (R.I.P. Bleach), j'ai lentement décroché ; et depuis, j'ai erré sur le net ... Jusqu'à ce que je trouve N-Gamz ! Un site qui me permettrait de partager ma passion non plus de la japanim, mais des jeux vidéos avec un public ; parfait ! Je vais donc mettre tout mon petit coeur dans mes articles et tests, en espérant qu'ils vous plairont ! Random fact : je fais un délicieux brownie