Review

Sorti l’année dernière sur Oculus Rift et HTC Vive via Steam, Fated – The Silent Oath s’affichait alors fièrement à une vingtaine d’Euros pour une aventure narrative d’1h30. Un peu cher diront certains, aussi c’est avec plaisir que nous retrouvons ce récit tiré des mythologies nordiques sur PlayStation VR cette fois, pour moitié prix! De quoi franchir le pas et vivre un Ragnarök comme si vous y étiez? On aurait aimé, mais le soft des canadiens de Frima Games souffle aussi bien le chaud… qu’un froid glacial! Explications dans notre vidéo-test!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 12/20

L’immersion en début de jeu est très bonne, avec des modèles de personnages un peu cartoon qui collent à merveille avec l’ambiance dure des contrées nordiques. On apprécie également les paysages au loin, vraiment réussis, et certains passages mythologiques où la direction artistique peut presque nous envoûter (Yggdrasil). Et puis, il y a tout le reste: des animations de personnages très robotiques, des textures proches vraiment moches, un flou constant au loin, des bugs de collision à foison et un cruel manque d’interaction physique avec le décor. Quand on voit tourner Robinson – The Journey avec ses feuilles de la végétation s’écartant sur votre passage, il y a un monde de différence. Heureusement, le motion sickness est totalement absent grâce à pas mal d’options de paramétrages et, quand il a ses fulgurances de génie au niveau de la mise en scène (la fuite en chariot dans les montagnes face à un géant est… grisante!), Fated – The Silent Oath peut se révéler vraiment saisissant et prometteur pour la suite, une fois le récit pleinement lancé dans un second opus.

Gameplay/Scénario: 11/20

Le scénario a tout de la destinée épique, avec cette divinité qui vous ressuscite, cette jeune enfant à protéger et ce Ragnarök opposant Dieux et Géants qui s’annonce à l’horizon. On se dit que l’on va vivre des moments intenses, et c’est parfois le cas, le tout baigné dans une bonne dose de mystère et de fantastique qui nous pousse à toujours continuer. Et puis il y a la fin! Abrupte, unique, sans explications, et horriblement frustrante car elle vous révèle que le jeu n’est qu’un prologue d’un titre bien plus gros… sans savoir si ce dernier verra le jour! Niveau gameplay, on adore l’idée de répondre aux gens en hochant de la tête ainsi que les séquences d’énigmes bien pensées mais trop rares, de même que la course-poursuite en chariot, tout bonnement épique. Hélas, 85% du temps, vous allez vous trainer (c’est le mot) dans des couloirs qui donnent une fausse impression de grandeur, avec une interaction frôlant le zéro absolu sur votre environnement. Aventure TROP narrative…

Bande-Son: 17/20

Incontestablement la partie la plus réussie du titre, la bande-son de Fated est épique à souhait, les mélodies faisant dans le peplum nordique et contribuant pour beaucoup au côté tantôt épique, tantôt empreint de détresse humaine du jeu de Frima Games. Les doubleurs français sont convaincants et l’absence de sous-titres aide à l’immersion. Enfin, les bruits environnementaux sont crédibles et tranche parfois radicalement avec le vide des décors, notamment en forêt. Et puis, la façon dont les râles véhéments du géant tapis dans la brume vous glacent le sang est juste incroyable!

Durée de vie: 10/20

Une heure trente maximum pour terminer ce Fated, c’est peu, très peu, même si le prix de 9,99€ pourrait faire passer la pilule. Ajoutez à cela une fin horripilante (si on peut appeler ça une fin) sans certitude de voir un autre épisode apparaître, ainsi qu’une replay value inexistante, et vous comprendrez que l’on a du mal à se défaire de cet arrière-goût de frustration une fois le titre plié.

Note Globale N-Gamz.com: 12,5/20

Fated – The Silent Oath nous avait aguichés avec ses trailers qui nous promettaient un voyage épique en plein Ragnarok, et le début ainsi que quelques séquences nous montrent clairement le potentiel narratif de cette oeuvre atypique grâce à l’apport de la réalité virtuelle. Hélas, l’odyssée est trop courte et la fin trop frustrante pour nous satisfaire. Alors oui, le jeu n’est vendu qu’à 9,99€, ce qui équivaut à une place de ciné pour un long métrage et correspond au temps passé sur son PlayStation VR. Il n’empêche, contrairement à un bon film, le soft de Frima Games souffre de gros soucis de rythme et de réalisation, ainsi que d’une interaction trop minime avec l’environnement. Une aventure TROP narrative à notre goût, qui procurera quand même quelques émotions intenses lors de ses fulgurances visuelles et scénaristiques. En espérant clairement que le vrai jeu débarque vite… très vite!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!