Review

Batman Arkham Knight vient mettre un terme à la trilogie Arkham (sans compter le décevant Arkham Origins, qui n’avait pas été développé par Rocksteady). Cela peut paraître difficile à croire aujourd’hui, mais il fut un temps où les jeux de super-héros étaient loin d’être bons. C’était rare de trouver un titre bien pensé, fun à jouer et surtout fidèle au matériau d’origine: Les comics ! Avec son arrivée en 2009, Batman Arkham Asylum nous avait tous bluffés, se faisant une place parmi les adaptations les plus réussies du siècle. En 2011, Arkham City suivit, dépassant de loin tous les aspects de son prédécesseur, ce qui ne fut pas peu dire. Arkham Knight arrivera-t-il à être à la hauteur des espérances placées en lui ? Découvrons-le ensemble, en se jetant dans les abîmes de Gotham City… une dernière fois…

Gotham brûlera !

Batman revient pour la fin de la trilogie Arkham… et il est bien accompagné!

Une année après les événements d’Arkham City, et donc la mort du Joker, Batman est torturé par une lutte intérieure, alimentée par la culpabilité d’avoir eu un rôle dans le décès de ce dernier. Les habitants de Gotham se sentent enfin en sécurité, et une paix durable semble s’installer tout doucement… Mais bien-entendu, c’était sans compter sur le retour de L’Épouvantail, que l’on avait pas revu depuis Arkham Asylum ! Ce dernier, voulant se venger définitivement du Batman pour ce qui lui est arrivé à l’asile, réunit tous les super-villains de Gotham et échafaude un grand plan pour éliminer une bonne fois pour toutes le Chevalier Noir…

La nuit d’Halloween, aidé par une mystérieuse figure équipée et ressemblant à Batman, se faisant appeler Le Chevalier d’Arkham, L’Épouvantail menace tout Gotham City avec des bombes remplies de sa nouvelle toxine de la peur, plantées partout dans la ville, ce qui a pour conséquence une évacuation entière de la population. Les dernières âmes restées dans la cité sont maintenant des super-villains, des malfrats, la milice du Chevalier d’Arkham et les forces de l’ordre qui se retrouvent donc en sous-nombre. Batman arriver-t-il à surmonter cette dernière nuit de folie et sauver sa ville ? Rien n’est moins sûr, mais le Croisé à la Cape ne recule jamais devant un défi…

Comme avant, mais en mieux !

Une batmobile sympathique à manier… mais dont la présence semble un peu trop « forcée »

Côté gameplay, les bases de cet opus « Knight » restent les mêmes que les Arkham précédents. Un système de combat nerveux, des animations spectaculaires et une variété continue rythmeront votre aventure. Ce système sera agrémenté d’une tonne de nouveaux takedowns, techniques en duo (avec Nightwing, Robin ou même Catwoman) et gadgets que vous pourrez utiliser pour joyeusement briser les os des pauvres criminels de bas étage croisant votre route. Vous débloquerez le tout via un système d’amélioration du personnage, où vous gagnerez des points selon vos performances au combat. Le mode prédateur est bien-entendu également de la partie. Dans ce dernier, vous sentirez vraiment ce que c’est que d’être le Batman. Tapi dans les ombres, caché dans les conduits d’aération ou perché sur les gargouilles qui jonchent Gotham City, vous allez chasser vos proies en vous servant de leurs peurs. Ce mode est, selon moi, le plus fun à jouer car il s’agira ici de vous servir de votre cerveau plus que vos muscles, et c’est tout le concept du personnage de Batman.

L’Arkham Knight remplace allègrement le joker dans le rôle du grand méchant à abattre

Tout ceci est bien alléchant, me direz-vous, mais voilà, le clou du spectacle se trouve bel et bien dans le mode de déplacement de Batman. S’il était jouissif de se mouvoir de toit en toit dans Arkham City, et de planer à toute vitesse entre les bâtiments, ici, la carte de jeu est 5 fois plus grande que dans Arkham Origins. C’est là que la Batmobile entre en scène. Le bolide légendaire de Batman est enfin jouable, et c’est un véritable plaisir d’être au volant de ce monstre à quatre roues. Bien équilibrées, fun et accessibles, les commandes de la Batmobile sont terriblement ergonomiques et grâce à elles, la ville ne semble pas trop disproportionnée. En mode combat, la voiture de notre cher Batou devient un véritable Tank. Mitrailleuse, Canons, grenades EMP, bref, vous aurez à disposition tout un arsenal pour vous débarrasser des drones postés un peu partout dans Gotham City par le Chevalier D’Arkham. Cela dit, bien que très amusantes, les séquences de conduite sont un peu trop présentes en début de jeu, et même si cela se calme au milieu du mode histoire, on sent souvent que les développeurs voulaient absolument pousser le véhicule au devant de la scène, et parfois… c’est forcé.

Soyez Le Batman !

Techniquement, cet Arkham Knight est incroyable de noirceur!

Vous l’aurez compris, Batman Arkham Knight est un jeu visuellement puissant. La ville de Gotham, bien qu’énorme en taille, est détaillée à outrance. Vous ne trouverez pas deux ruelles se ressemblant, même de loin. Il n’y a aucun effet de « pop-in » comme on le pourrait voir dans un quelconque GTA. Cette prouesse technique ne fait qu’approfondir l’immersion et nous évite de voir la ville de Gotham se construire petit à petit sous nos yeux. Chaque rue, chaque bâtiment et chaque monument sont totalement uniques. Le ton très sombre des comics et de la série animée sont bien-entendu conservés, étant donné que les développeurs se sont sans aucun doute inspirés de ces derniers pour modeler la métropole gothique. Il en va de même pour les modèles des personnages, qui sont impressionnants, mais pas seulement grâce au nombre de polygones qui les constituent. En effet, le design des différents protagonistes est très intéressant. On découvrira ainsi un Batman avec un costume tout beau, tout neuf, mais également le retour des ennemis légendaires de la chauve-souris, dont certains ont droit à leur propre mode histoire en DLC, d’une vingtaine de minutes pour chaque. Pour l’instant, le DLC Red Hood et Harley Quinn sont disponibles et un troisième DLC mettant en scène Batgirl arrivera bientôt.

Toute cette ambiance serait sûrement gâchée si le sentiment de se prendre pour un Batman à part entière n’était pas bien exploré et utilisé. Ici, vous avez les commandes. VOUS êtes Batman et vous allez le ressentir à chaque seconde de jeu. Vous ressentirez toute la puissance physique mais aussi la finesse intellectuelle de Batman, le tout durant un scénario renversant et déstabilisant ! Le jeu est donc un énorme paquet cadeau nous livrant une ambiance véritable et fidèle à l’univers DC, littéralement rempli de clins d’oeil que les connaisseurs les plus aguerris reconnaîtront. Ajoutez à cela une ribambelle de missions annexes et vous obtenez un cocktail des plus complets !

Une trilogie d’anthologie…

Arkham Knight arbore le mot « fin » avec brio grâce à ce dernier opus de la saga Batman. Rocksteady nous revient plus fort que jamais, et nous offre un chef-d’œuvre qui sera longtemps pris en modèle pour toutes les adaptations de comics ultérieures. Maintenant que le chapitre du Chevalier Noir est clos, pensez-vous que le développeur puisse s’attaquer à d’autres personnages DC ? Après tout, cela fait des décennies que nous n’avons pas eu un jeu Superman digne de ce nom… En tout cas, chez N-gamz, on croise les doigts pour que ça arrive !

La bande-annonce

Réalisation: 19/20

Un des points les plus forts de ce soft, la réalisation est vraiment au top. On sent que chez RockSteady, on est fan de DC ! Les graphismes sont travaillés à l’extrême et l’animation fluide à chaque instant, sans parler de la patte artistique juste « dark » comme il faut. Le soin apporté aux détails est vraiment impressionnant, tout simplement.

Gameplay/Scénario: 18/20

Un gameplay fluide et défoulant, des combats nerveux, des parties de chasse stratégiques… vous l’aurez deviné, la jouabilité d’Arkham Knight conjugue le gameplay à l’ancienne tout en apportant son lot de nouveautés ! On ajoute à ceci une brochette de costumes téléchargeables gratuitement et trouvables au sein du jeu, chose non négligeable de nos jours ! Enfin, l’histoire principale est grandiose, et même si certaines révélations sont un poil décevantes, le tout reste épique et digne d’un scénario de Paul Dini !

Bande-Son: 16/20

Totalement orchestrale, la bande-son de ce nouveau Batman est certes une très bonne addition à l’ambiance générale, cela dit elle est loin d’être la plus mémorable de la série. Avec quelques clins d’oeil au thème d’Arkham City, la bande-son passe aussi inaperçue que Batman dans les ombres…

Durée de vie: 19/20

Avec une trame principale très longue, comportant des missions variées, le jeu vous proposera un mode New Game +, ainsi qu’une tonne de missions bonus, de missions en réalité augmentée et des défis multiples. Un pur joyau pour les joueurs en chasse de trophées !

Note Globale N-Gamz.com: 19/20

Indiscutablement l’expérience ultime pour les fans de la chauve-souris ! Incroyablement proche du matériau d’origine, le jeu semble être tout droit sorti des pages d’un comics ! Cela dit, les fans de la dernière heure, qui connaissent peut-être mieux la trilogie de Christopher Nolan, y trouveront aussi leur plaisir. Un soft à ne rater sous aucun prétexte !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Snakethoot
Snakethoot
Je baigne dans la culture vidéoludique depuis ma plus tendre enfance, elle m'a façonné, elle m'a donné le goût pour les passions qui m'animent aujourd'hui. J'accorde la plus grande importance à chaque détail, aussi infime soit-il, pour être certain de saisir tout l'arôme que l'expérience d'un jeu-vidéo peut m'amener (Appelez-moi le romantique virtuel...). Cosplayeur à mes heures perdues, mon dévolu se jette aussi sur le septième art, les comics et la musique. Les passions comme les avis sont faits pour se partager et se discuter, ne soyez pas timides!