Review

J’avoue, je ne connaissais pas du tout le film d’horreur The Boy de William Brent Bell sorti en 2016, alors que j’avais pourtant adoré sa précédente oeuvre, Devil Inside. Cela ne m’a cependant pas empêché de me rendre à la vision presse de sa suite, The Boy 2: La Malédiction de Brahms, à l’UGC de Brouckère, cordialement invité que j’étais par Day One et The Searchers. J’ai donc rattrapé mon retard sur ce qui est désormais une « saga » horrifique avant de découvrir ce second opus dont le trailer m’avait plutôt filé une frousse bleue. Au fait, je vous ai dit que j’avais une sainte horreur des… poupées démoniaques?

« Jude s’est fait un nouvel ami… »

Liza (Katie Holmes) et son fils Jude (Christopher Convery) voient leur vie bouleversée quand ils sont victimes, à leur domicile, d’un cambriolage qui laisse la mère de famille entre la vie et la mort. Choqués au point que l’enfant en perde l’usage de la parole et que sa génitrice fasse d’horribles cauchemars chaque nuit, nos « héros » décident de partir à la campagne avec le mari de Liza et père de Jude, absent le jour du drame (faudrait pas l’oublier non plus…). Le but? Se ressourcer dans un charmant petit cottage jouxtant un immense manoir à l’abandon. Bucolique, non?

C’est là que Jude trouve, à moitié enterré dans les bois, une poupée de petit garçon à taille réelle. Il la prénomme Brahms et semble entretenir avec elle, au fil du temps, une relation de plus en plus intime. Si Liza et son mari voient au départ l’arrivée de Brahms d’un très bon oeil puisque leur fils retrouve petit à petit la parole en « conversant » avec la poupée, ils vont vite constater que le comportement de Jude change de plus en plus radicalement, tendant vers une violence exacerbée dès que l’on ne suit pas les « règles » édictées par son protégé…

« Katie Holmes est parfaite en mère brisée aux portes de la folie »

Dire que l’on attendait beaucoup de cette suite au vu de l’excellente ambiance instaurée par le premier The Boy est un euphémisme, d’autant qu’on retrouve au casting Katie Holmes, qui est clairement inattaquable sur sa prestation de mère perturbée ayant frôlé la mort et ne pouvant jamais compter sur son mari, toujours prompt à rejeter sur elle l’état de mutisme de leur fils. C’est d’ailleurs l’un des bémols du film car si cette chère Katie est très convaincante, on retrouve chez son époux le cliché habituel du genre: un gars qui se voile la face quand les événements paranormaux commencent à avoir lieu, cherchant tout un tas de réponses logiques au lieu de croire sa tendre moitié. Idem pour Jude (Christopher Convery), un peu trop lisse dans son lent passage vers la folie.

Sur le plan de la réalisation, par contre, le design artistique du long métrage est très réussi, avec de nombreux plans de caméra aptes à suggérer l’angoisse et une très bonne gestion du clair/obscur. On regrettera juste que le Cottage anglais ait quand même sacrément moins de « gueule » pour les Jump Scare que le manoir des Hellshire, ce dernier ne servant hélas qu’au final du film.

« L’un des rares Jump Scare du film qui fonctionne. Dommage… »

De même, si la mise en scène est efficace au possible et que The Boy 2 ne souffre d’aucun temps mort, ses coups de frousse tombent une fois sur deux à l’eau car ils sont trop prévisibles. La poupée, au final, suggère bien plus qu’elle n’agit, à l’image d’une Annabelle, mais sans la peur viscérale qui va avec.

Il n’empêche que le film de William Brent Bell nous offre quelques surprises sympathiques et une fin plutôt intéressante, qui devrait augurer du meilleur pour un éventuel troisième opus s’annonçant bien plus psychologique que les deux autres volets! Bref, The Boy 2 est un bon élève dans le genre horrifique, appliquant à la lettre certaines ficelles du style, mais il aurait pu être bien plus avec un peu d’application sur la psyché de tous ses personnages (hormis Katie Holmes) et sur capacité à instaurer une peur durable tout au long du récit.

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 3,5/5



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!