Review

Se renouveler dans le genre totalement overbooké des films d’horreur est un exercice d’une difficulté extrême tant on a l’impression que tout a déjà été tenté, montré, réalisé par le biais de récits parfois totalement improbables et de mises en scènes diversifiées au possibles, la dernière en date étant celle, un peu imbuvable par moments, du found footage façon Projet Blair Witch. Pourtant, John Krasinski, déjà à l’oeuvre sur « The Hollars », a décidé de tenter ce pari un peu fou avec un concept simple: le film d’horreur… silencieux! Alors, ce « Sans un Bruit » s’impose-t-il comme une nouvelle référence ou plutôt comme un essai manqué?

« Des monstres tuent quiconque émet… le moindre bruit! »

Contre toute attente, d’étranges créatures sont apparues sur notre planète, chassant tout ce qui fait le moindre bruit pour l’écharper vif. Au bout de quelques semaines, elles ont réduit le monde à néant. Seuls survivent quelques rares rescapés, condamnés à ne pas émettre le moindre son. La famille Abbott en fait partie, mais avec une mère sur le point d’accoucher et une fille atteinte de surdité, tout peu très vite dégénérer… Et c’est malheureusement ce qui va arriver dans le « Sans un Bruit » de John Krasinski.

Malgré un décor plutôt simplissime quoique relativement réaliste (magasin vide, voiture à l’abandon etc…), l’histoire parvient à nous immerger dans son univers et même… à nous stresser. Pourtant, c’était loin d’être gagné d’avance tant le récit semble cousu de fil blanc. Niveau effets spéciaux, on doit bien avouer que les créatures sont plutôt bien réalisées même si elles n’échappent pas aux poncifs du genre démon/alien basique avec de grands bras, un visage hideux, une faculté sensorielle exacerbée et une rapidité accrue. Les séquences choc, de leur côté, sont correctes mais tout sent un peu le réchauffé. Pas de quoi s’extasier donc, ni faire sortir ce long métrage du type « série B » dans lequel ses visuels et son action semblent l’avoir placé.

« Un jeu d’acteur convaincant et quelques moments bien stressants… mais une histoire trop prévisible »

Par contre, là où « Sans un Bruit » marque des points, c’est indubitablement dans son jeu d’acteur vraiment convaincant. Celui-ci s’avère très juste et parvient sans soucis à nous faire passer les émotions en temps voulu, que ce soit pour le couple Abott, interprété par le vrai couple à la ville John Krasinski – Emily Blunt, autant que pour sa progéniture.

Il est d’ailleurs important de noter que Millicent Simmonds (Regan Abbott), qui incarne la jeune fille sourde… est vraiment sourde en fait! C’est une décision voulue par le réalisateur en personne pour plus de véracité, et du coup on en arrive à ressentir vraiment ce qui se passe pour une personne malentendante dans un monde où le moindre bruit peut conduire à la mort! La musique, de son côté, est plutôt discrète mais fait le job et nous offre une ambiance parfois très stressante. Dommage donc qu’un tel degré d’interprétation scénique soit gâché par un scénario dont la fin se devine assez vite.

Au final, ce « Sans un Bruit » est un film d’horreur relativement bon. On stresse pas mal, on vit avec les tripes les aventures mortelles de la tribu Abott et le concept est vraiment intéressant et bien amené, surtout avec une famille qui va avoir un enfant (qui va donc pleurer) et une jeune fille sourde qui n’entend pas les bruits qu’elle fait. On aurait juste voulu un peu plus de retournements inattendus mais personnellement, j’ai passé un bon moment et je ne peux que vous conseiller de le regarder pour passer une agréable soirée, sans vous attendre néanmoins au long métrage plein de frissons qui redéfinira le genre.

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 3,5/5



About the Author

MaximeChapeau
MaximeChapeau
Dévoreur de livres, de séries ou de films, j'adore partager ma passion avec le plus grand nombre. C'est donc forcément une joie pour moi de partager mes critiques cinéma avec vous ! Je suis un amateur de films d'action, de science-fiction et de fantastique, avec une grosse préférence pour la saga Hunger Games dont je suis extrêmement fan depuis que j'ai pu la découvrir en livres comme sur grand écran. Plus personnellement, je suis étudiant et grand adepte des arts du cirque, en particulier le jonglage. Gamer depuis mon plus jeune âge, j'aime les jeux rétros et tous ceux qui permettent d'avoir une bonne dose de fun entre amis! Pour l'histoire de mon pseudo, elle est très simple: j'adore les chapeaux, tout simplement! J'espère que vous apprécierez de lire mes critiques autant que le plaisir que j'éprouve à vous les rédiger!