Review

Cinq, oui cinq, c’est aujourd’hui le nombre de films de la célèbre saga Pirates des Caraïbes. Pas mal pour une licence tirée d’une attraction de Disneyland, non? Alors certes, bien que beaucoup s’accordent à dire que le quatrième opus de la franchise fut médiocre, Disney a voulu retenter le coup et sortir son oeuvre des flots avec ce cinquième volet sobrement baptisé: « La Vengeance de Salazar ». Invité par la compagnie à voir le long métrage en avant-première, je peux d’ores et déjà vous dire une chose: les Pirates des Caraïbes sont bel et bien de retour, et on adore ça!

« Un nouveau binôme de héros, sans oublier l’inénarrable Jack Sparrow! »

Henry Turner, le fils de Will, n’a que dix ans lorsqu’il promet à son père de briser la malédiction qui le retient prisonnier à bord du Hollandais Volant, et pour ce faire il sait qu’il va devoir trouver le Trident de Poséidon, seul artefact capable de contrer les sorts maléfiques. Bien des années ont passé depuis, et notre homme a maintenant l’âge de naviguer par delà les mers. Vous vous en doutez: il se met aussitôt à la recherche du célèbre Capitaine Jack Sparrow afin d’obtenir son aide pour le salut de son père. Accompagné de Carinna, une érudite que tout le monde prend pour une sorcière à cause de ses connaissances scientifiques, notre petit groupe va se mettre en quête de l’arme de légende… mais c’est oublier que le Capitaine Sparrow a bien des ennemis! Alors quand Salazar, un ancien capitaine mort et maudit par la faute de notre héros apprend que ce dernier est sur la trace du Trident, il va tout faire pour lui mettre des bâtons dans les roues et prendre le contrôle des mers. Bien entendu, le maître actuel, alias le Capitaine Barbossa, ne va pas laisser tout ce petit monde mettre la main sur une arme magique légendaire sans… se joindre à la fête! Et c’est parti pour une aventure haute en couleur comme on les aime!

« Des batailles navales dantesques et des effets spéciaux maîtrisés »

Visuellement, on sent dès les premières secondes que le film a bénéficié d’un gros budget, d’un sacré souci du détail et qu’il compte vraiment pour Disney. Cela commence d’entrée de jeu avec le fameux château de la compagnie, relooké pour l’occasion et arborant un drapeau à l’effigie du Jolly Roger. Idéal pour se plonger dans l’ambiance unique de Pirates des Caraïbes dès le début, notamment au travers d’une musique entièrement digne de la trilogie originelle et d’effets spéciaux qui en imposent. Devant nos yeux défilent ainsi bateaux fantômes lugubres, batailles navales titanesques, mers déchaînées et îles paradisiaques sans que l’on ne puisse percevoir ce qui est vrai de ce qui n’est que numérique, le tout orchestré par le duo de réalisateurs Joachim Ronning et Espen Sandberg.

D’ailleurs, en parlant des joutes navales, elles s’avèrent absolument spectaculaires, réparant de fait l’une des grosses omissions du décrié quatrième volet. Par contre, si on appréciera les explosions en tous sens, il y en a peut-être une légère surenchère, à tel point que j’ai parfois cru me retrouver devant un film de Michael Bay. On peut comprendre que la poudre à canon fasse des dégâts, mais à ce point… Bon ok, on pinaille, mais vous nous aimez pour ça aussi. Enfin, pour en terminer avec la magie graphique, mention spéciale au Silent Mary, le bateau du capitaine Salazar, qui gagne la palme de vaisseau le plus spectral de toute la franchise, loin devant le Hollandais Volant. Un navire qui vous fera indubitablement peur, tout comme les maquillages superbement travaillés.

« Le film nous donne l’occasion d’admirer Jack Sparrow… jeune! »

En ce qui concerne l’histoire, elle est portée par un jeu d’acteur au top, avec un Javier Bardem (Salazar) tout simplement fabuleux dans son rôle de « vrai » grand méchant… Parce que bon, le Barbe Noire du 4ème opus était plutôt doux, ne nous mentons pas. Brenton Thwaites (Henry Turner) et Kaya Scodelario (Carinna Smyth) font souffler un vent de fraîcheur dans le casting de la saga, sans parler du caméo de Paul McCartney, assez drôle et plutôt bien joué.

Malheureusement, c’est le Capitaine Jack Sparrow qui jette un petit bémol dans ce tableau idyllique car… il a pris de l’âge! C’est étrange, mais il fait bien plus saoul qu’à l’époque des premiers films et n’a plus vraiment ce côté un peu fou qui nous plaisait tant. Rassurez-vous, les fans retrouveront avec plaisir certaines de ses mimiques, mais on se demande si Disney ne voudrait pas, lentement, faire passer la jeune génération au premier plan pour une nouvelle saga… sans Johnny Depp. On termine ce tableau plus que positif par la bande-son du long métrage qui retrouve avec brio les notes et l’ambiance si particulières de la trilogie (allez, on oublie le 4 définitivement). Les musiques sont vives, puissantes et prenantes. Un bon retour aux sources opéré par Geoff Zanelli!

« Un Javier Bardem magistral dans son rôle de VRAI grand méchant »

Vous l’aurez compris, ce Pirates des Caraïbes 5 se remet bien droit dans les rails de cette saga tant appréciée, avec plus de scènes de batailles navales et moins de passages terrestres, des effets spéciaux dont seul Disney a le secret, des affrontements et cascades épiques à souhait et un maquillage absolument bluffant, magnifié par de superbes acteurs qui donnent une vraie identité aux personnages. Un reproche à formuler? Oui, une histoire un peu trop grandiloquente, voire même inutilement complexe par endroits, engendrant des longueurs dont on se serait bien passé, mais rien qui ne fasse regretter le spectacle ou ne génère un réel ennui.

Reprenant allègrement les codes qui avaient rendu la première trilogie inoubliable, cette « Vengeance de Salazar » m’a fait retrouver l’esprit de cette licence que l’on croyait perdue dans les Abysses du quatrième épisode. Je vous encourage donc plus que vivement à vous rendre dans vos salles obscures dès le 23 Mai prochain pour découvrir ces nouvelles aventures de Jack Sparrow qui relancent avec talent la franchise, en espérant en vivre de nombreuses autres aussi réussies.

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

MaximeChapeau
MaximeChapeau

Dévoreur de livres, de séries ou de films, j’adore partager ma passion avec le plus grand nombre. C’est donc forcément une joie pour moi de partager mes critiques cinéma avec vous ! Je suis un amateur de films d’action, de science-fiction et de fantastique, avec une grosse préférence pour la saga Hunger Games dont je suis extrêmement fan depuis que j’ai pu la découvrir en livres comme sur grand écran. Plus personnellement, je suis étudiant et grand adepte des arts du cirque, en particulier le jonglage. Gamer depuis mon plus jeune âge, j’aime les jeux rétros et tous ceux qui permettent d’avoir une bonne dose de fun entre amis! Pour l’histoire de mon pseudo, elle est très simple: j’adore les chapeaux, tout simplement! J’espère que vous apprécierez de lire mes critiques autant que le plaisir que j’éprouve à vous les rédiger!