Review

Un manga sur l’armée de terre nipponne, il fallait oser… et Komikku l’a fait. Fort d’un catalogue aussi varié que bourré de petites pépites, l’éditeur a tenté de dénicher une oeuvre originale, qui ne serait sans doute jamais sortie sous nos latitudes sans son intervention. C’est ainsi que débarque Rising Sun, tome 1 et 2, en Occident, qui nous conte l’entrée dans les forces militaires du jeu Ikki Kai, une tête brûlée qui va apprendre ce que le mot « frère d’arme » veut dire.

Ikki Kai est prêt à tout pour intégrer les FDTJ!

Fils de Takahiro, un militaire que l’on suppose disparu au combat, le jeune Ikki Kai, étudiant nippon de 17 ans, n’arrive pas à s’intégrer dans la société japonaise telle qu’elle est. Toujours à la recherche du dépassement de soit afin de voir le monde d’une façon différente, notre tête brûlée s’exile régulièrement en forêt pour y courir jusqu’à perdre haleine. C’est là, dans cet océan de végétation, qu’il va faire la rencontre de Daté, un gradé de l’armée de terre nipponne surentraîné qui n’a aucun mal à impressionner le gamin par sa carrure, ses réflexes et sa force surhumaine. Galvanisé, notre héros semble avoir trouvé sa voie et intègre l’année suivante les forces de défense terrestre japonaises au sein d’un groupe de huit recrues et se voit affecter un binôme qu’il devra protéger de tout son coeur. C’est parti pour un récit plein de bons sentiments au coeur d’un milieu excessivement méconnu: celui de l’armée contemporaine, de ses règles, de ses injustices… et de sa bravoure!

Autant le dire de suite, techniquement parlant ces deux premiers tomes de Rising Sun sont difficiles à prendre en défaut. L’encrage est clair, le découpage sert largement le récit et le chara-design nous permet tout de suite d’identifier les caractères de chaque personnage. A ce niveau, pour les connaisseurs, Satoshi Fujiwara possède un style de dessin qui se rapproche pas mal de celui de Kei Sanbe (L’île de Hozuki, Le Berceau des Esprits), l’aspect boobs en moins. Les décors, notamment en forêt, sont travaillés et le peu d’action est bien mis en valeur par des trames savamment choisies.

Des personnages meurtris… pour un ado qui a tout à apprendre

« Le peu d’action? », me direz-vous… Et oui, c’est là le principal reproche que l’on peut faire à ces deux premiers tomes de Rising Sun. Si, pour le premier volume, on peut pardonner cela car il est supposé poser les bases du récit, le constat est plus amer pour le suivant où l’on se contente d’une cérémonie des fusils trop solennelle et d’une recherche de déserteur qui n’en est pas vraiment une. Le fait est que, pour le moment et en dépit de toutes les bonnes volontés de l’auteur, Rising Sun ressemble à une vraie encyclopédie de tout ce qu’il faut savoir sur les FDTJ (Forces de défense terrestre japonaises), avec des chiffres biens choisis, certes, et une vraie mine d’information sur l’ambiance et les formalités qui dépendent du statut de militaire (stage compris)… mais on ressort de la lecture de ces deux tomes en se demandant quand le récit va enfin décoller. Néanmoins, Satoshi Fujiwara parvient à nous tenir en haleine, notamment grâce à la psyché de l’instructeur du groupe d’Ikki Kai, le ranger Shinkai, véritable âme brisée par les horreurs des conflits et missions de sauvetage, qui a été littéralement broyé intérieurement par… Daté! De quoi augurer de sérieux cliffhangers psychologiques pour l’avenir!

Rising Sun est donc une licence pleine de promesse qui nous fait un peu peur niveau action, c’est un fait… mais les bases sont là et bien là, les personnages sont typés, charismatiques, et Shinkai possède une aura totalement magnétique qu’il devrait scotcher le lecteur si l’auteur en prend soin. Un schizophrène qui doit entraîner des jeunes n’ayant nulle part où aller risque de donner de sacrés résultats, d’autant que le groupe d’Ikki Kai est plus qu’hétéroclite avec de la kaïra, de l’intello, de la BBW, de la Geek et j’en passe. Bref, sortons de l’apprentissage et allons vers l’action, la vraie, pour découvrir une licence qui a toutes les cartes en main pour séduire… si elle écoute ses fans!

Note Globale N-Gamz: 3,5/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!