Review

Prépublié dans le magazine japonais Comic Blade en 2015, « L’Enfant et le Maudit », de son titre orignal Totsuki no shoujo, est un conte fantastique imaginé par Nagabe. Ce titre made in Komikku vient directement se placer en petit frère face à deux autres ténors du genre de la même maison d’édition : « The Ancient Magus Bride » et « Somali et l’Esprit de la Forêt » dont les protagonistes principaux se ressemblent énormément. Alors, encore une nouvelle œuvre inoubliable en vue ?

« Le Professeur veille sur Sheeva. Mais qui est-il? »

L’Enfant et le Maudit nous conte l’histoire de deux pays : celui de l’Intérieur, créé par le Dieu de la Lumière et peuplé d’Humains, et celui de l’extérieur, fondé par le Dieu des Ténèbres, terre des Maudits. Dans un lieu éloigné de tous, Sheeva, une jeune fille abandonnée, vit avec l’un de ces Maudits qu’elle nomme « Professeur ». Elle croit dur comme fer qu’elle se trouve dans le Pays Intérieur et pourtant, un jour qu’elle part à la recherche de sa famille, elle va se retrouver nez à nez avec des chevaliers humains qui la prennent pour un être maléfique venant de l’Extérieur. Tout se chamboule dans sa tête : fait-elle vraiment partie du Pays Intérieur ? Et pourquoi cette créature maudite la protège comme si elle était sa fille ? Un vrai conte fantastique va alors se dessiner devant nos yeux.

« Komikku a décidément beaucoup de flair pour dénicher le type de série qui nous fait voyager comme jamais »

Graphiquement, le lecteur lambda peut immédiatement imaginer l’ambiance de ce manga en regardant sa superbe couverture. Un partage entre le noir et le blanc décrivant à merveille les deux personnages, les deux pays et surtout les pages de ce livre aux visuels minimalistes et sans fioritures au niveau du détail, qui trouve sa force dans les regards et les jeux d’ombre et de lumière. A ce titre, Nagabe a su trouver une histoire sombre et attirante qui se marie à merveille avec son trait pour un rendu qui n’aurait jamais pu coller s’il avait été réalisé par un autre mangaka. On reste, de fait, ébloui par l’enchaînement des cases qui se fait tout en douceur, même si l’on se doute que la technique pure pourrait perturber certains lecteurs. On vous rassure, une fois dans l’histoire, on  est vite pris au piège !

« Un graphisme épuré et contrasté à l’extrême pour un vrai plaisir visuel »

Alors certes, on pourrait se dire : « Encore une histoire dans la lignée de The Ancien Magus Bride (Yamazaki Koré) » ou « Tiens, une autre version de Somali et l’Esprit de la Forêt (Gureishi Yako) »… mais pas du tout en fait! Bien entendu, on retrouve comme protagonistes principaux une petite fille et un «  monstre » qui lui sert de tuteur, mais les récits sont totalement différents, chaque œuvre apportant avec elle une leçon de vie et de morale particulière.

De fait, dans « L’Enfant et le Maudit », l’auteur se centre vraiment sur l’opposition des deux mondes et aime à brouiller les pistes sur l’appartenance de Sheeva, laissant beaucoup de questions sans réponses à la fin du volume. Pourquoi le Professeur tient-il tant à protéger la jeune fille et pourquoi notre duo semble-t-il si isolé de tous ?

Une histoire bien plus énigmatique que les deux mangas précités donc, qui nous tient en haleine en attisant notre curiosité comme jamais, notamment par une fin de premier tome nous promettant bien des surprises pour le second volet. De plus, le titre de Nagabe se démarque amplement des autres par son graphisme si particulier totalement rattaché au monde du conte sombre et épuré. Un régal à regarder autant qu’à lire!

Vous l’aurez compris, Komikku a décidément beaucoup de flair pour dénicher le type de série qui nous fait voyager comme jamais, aussi bien visuellement que par son récit mystérieux et envoûtant à souhait, et « L’Enfant et le Maudit » fait partie de ces titres que l’on vous recommande d’urgence !

Note Globale N-Gamz: 5/5



About the Author

Yzabel
Yzabel
Je suis une passionnée de manga et de tout ce qui touche à la culture asiatique en général, mais surtout de tout ce qui est en rapport avec les Yokaï. Fan de lecture, je suis également cosplayeuse et dessinatrice à mes heures perdues.