Review

Les éditions Ki-Oon vont de surprises en surprises avec leurs licences, nous faisant souvent découvrir de petites perles dans des genres radicalement différents. Cette fois, c’est au tour de l’énigmatique Kasane, la Voleuse de Visage, issue du sombre imaginaire de Daruma Matsuura, de confirmer son essai sur le plan du seinen horrifique grâce à ce troisième volume tout bonnement… incroyable ! Devant ce mélange envoûtant de beauté et de désespoir aux allures de conte des temps anciens, trouverez-vous le courage de faire face aux apparences ?

Un volume qui clôt admirablement une première trilogie sombre et envoûtante

Un volume qui clôt admirablement une première trilogie sombre et envoûtante

A nouveau sujette à la maladie de la Belle au Bois Dormant, Nina se transforme en corps inerte que Kasane utilise pour lui voler son image. Après avoir réussi à obtenir le premier rôle dans « La Mouette », cette dernière continue d’évoluer dans le domaine du théâtre avec cette fois-ci le casting très important de Salomé en ligne de mire. A son réveil, Nina aperçoit devant elle une autre personne, une sorte de « Nina » métamorphosée qui ne lui ressemble plus. En effet Kasane, en plus de lui avoir emprunté son apparence, lui a également volé ses rêves et sa vie. Comment notre jolie héroïne va-t-elle réagir face à l’ombre qu’elle est devenue ?

Graphiquement, Daruma Matsuura reste dans un premier temps sur une ambiance sombre et gore issue des précédents tomes. Son trait est rapide et incisif, notamment lors des scènes d’action au théâtre. S’y ajoute un jeu d’encrage toujours aussi bien maîtrisé qui apporte de la force aux pages autant qu’au récit. Cependant, par la suite, le volume semble graphiquement plus clair sur le plan visuel, avec des trames moins ténébreuses. On note également un habile usage des bulles de dialogue et des descriptions, par lesquelles l’auteur parvient à mettre en évidence les visages en cachant justement le corps de ses personnages. En parlant de visage, celui de Kasane, totalement déformé, apparaît relativement peu dans ce troisième volet. La beauté aurait-elle enfin gagné ?

Si les ténèbres prédominent même dans les teintes choisies, une certaine humanité se dégage pourtant de ce Kasane

Si les ténèbres prédominent même dans les teintes choisies, une certaine humanité se dégage pourtant de ce Kasane

L’histoire de ce tome 3 envahit quant à elle le lecteur par sa noirceur dès la première page en nous offrant de façon assez paradoxale un conte aussi humain… qu’inhumain ! Kasane est-elle vraiment prête à tout pour réussir comme l’a fait sa défunte mère ? Il faut dire qu’elle prend goût à devenir la jolie Nina à qui tout réussit, mais va néanmoins modifier la façon d’être de la jeune fille au point de l’absorber dans sa propre image. Une apparence qui trompe bien entendu tout le monde, sauf la mère de Nina ! Un coup de pression pour Kasane qui pourrait bien être démasquée… mais sa cruauté naturelle devrait lui permettre de s’en sortir. C’est là que ce manga se montre assez déstabilisant, et foncièrement intéressant car on y voit une Kasane qui semble prête à tout… et qui pourtant porte une certaine attention envers les autres. Une sorte d’œuvre noire moralisatrice, en quelque sorte.

Avec ce troisième épisode de sa série phare, Daruma Matsuura sait comment charmer le lecteur et l’emmener dans un univers aussi terrifiant qu’envoûtant. Nous n’avons qu’une crainte pour la suite : ce tome refermant avec brio l’histoire qui lie notre voleuse de visage à la belle Nina, comment l’auteur va-t-il réussir à nous surprendre dans le prochain volume ?!

Note Globale N-Gamz: 5/5



About the Author

Yzabel
Yzabel
Je suis une passionnée de manga et de tout ce qui touche à la culture asiatique en général, mais surtout de tout ce qui est en rapport avec les Yokaï. Fan de lecture, je suis également cosplayeuse et dessinatrice à mes heures perdues.