Review

Twin Mirror est un jeu d’aventure narratif réalisé et auto-édité par Dontnod, vendu 30€ sur PC, PlayStation 4 et Xbox One. Révélé en 2018 à la Gamescom, il devait au départ sortir en partenariat avec Bandai Namco sous format épisodique avant que les développeurs ne décident de prendre complètement la main et d’en faire un soft unique. Un pari risqué pour ce titre qui nous met dans la peau de Sam Higgs, un journaliste d’investigation revenant dans sa ville natale de Basswood pour y percer les sombres secrets entourant la mort de son meilleur ami ? Clairement oui, mais notre héros peut compter sur deux atouts clés pour attirer le joueur dans ses filets : un double bénéfique et moralisateur que lui seul peut voir, mais aussi et surtout son propre « Palais Mental », une forteresse psychologique dans laquelle Sam enferme aussi bien ses souvenirs que… ses peurs et horreurs les plus profondes ! Survivrez-vous à votre enquête dans le monde réel mais aussi… aux confins de votre âme ? La réponse dans notre vidéo-test !

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 16/20

Quand on a vu à quoi ressemblait Twin Mirror en 2018, on se dit que DontNod n’a clairement pas chômé avec l’Unreal Engine et qu’il commence à maîtriser rudement bien le moteur de jeu d’Epic ! En effet, le soft est assurément le plus beau titre du studio à ce jour, et si on retrouvera toujours ce côté un peu épuré, voire « cartoon », dans la modélisation des personnages, on ne peut que s’émerveiller devant le souci du détail de certains décors mais surtout le design artistique et la mise en scène tout bonnement bluffantes du Palais Mental, siège de toutes les folies des développeurs pour notre plus grand plaisir visuel. De plus, l’animation est fluide à chaque instant et la synchro labiale est relativement convaincante. Du bon boulot.

Gameplay/Scénario: 14/20

Le scénario est très intéressant à suivre et offre un chouette rebondissement final, tout comme il est très plaisant de découvrir la seconde personnalité de Sam et ses rapports conflictuels avec Basswood. Malheureusement, on a vraiment l’impression que sans éditeur majeur à ses côtés, Dontnod a du réduire la voilure de son projet et qu’il manque un arc narratif entier une fois le titre terminé, notamment en ce qui concerne l’enfance de Sam, mais pas que ça. Niveau gameplay, on a de l’aventure narrative pure souche, sans QTE pour dynamiser le tout, et surtout ultra dirigiste, alors que le concept nous faisait miroiter un vrai jeu d’enquête façon Sherlock Holmes, avec déductions en pagaille et, nous l’espérions, la possibilité de se tromper et de chambouler tout le récit. Hélas, ce n’est pas le cas et seuls les fans du studio y trouveront leur compte, d’autant que les choix scénaristiques impactant les événements se résument un peu trop à votre volonté, ou non, de suivre ce que vous dicte votre double. Il n’empêche qu’au final, l’aventure de ce cher Sam est intense, et ce n’est déjà pas si mal.

Bande-Son: 16/20

On aurait adoré avoir un vrai doublage français, mais il faudra se contenter de comédiens anglais plutôt bons et de sous-titres français bien sentis. Les bruitages, de leur côté, sont de bonne facture et les musiques se révèlent très réussies, notamment dans le côté anxiogène du Palais Mental.

Durée de vie: 11/20

Clairement, DontNod aurait du conserver le côté épisodique initial de son soft pour nous livrer une aventure plus longue et plus complexe. Ici, pour 30€, vous bouclerez le tout en 4 à 5 heures, ce qui s’avère vraiment peu malgré une éventuelle Replay Value liée à vos choix par rapport à votre double.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Twin Mirror partait avec un excellent concept et un personnage diablement charismatique en se concentrant sur le boulot d’investigation et ce cher misanthrope Sam Higgs, dont le Palais Mental et ses variantes infinies représentent véritablement le clou du spectacle de ce titre qui est, sans doute, le plus beau jeu Dontnod à ce jour. Malheureusement, on sent que le studio aurait dû être suivi financièrement par un gros éditeur et garder le format épisodique qui lui sied si bien, car notre aventure à Basswood manque d’une certaine profondeur, voire même d’un arc narratif complet une fois le jeu bouclé en 4 à 5 heures maximum. Trop court, même à ce prix, et frustrant quand on se dit que le titre aurait pu être un merveilleux jeu d’enquête à la Sherlock Holmes, avec la capacité de déduction de notre héros mais aussi et surtout… la possibilité de se tromper et que cela puisse influer sur le récit ! Hélas, toutes ces phases de recherches et de théories sont bien trop scriptées et au final seules les discussions importantes avec votre double semblent déterminer votre avenir. Bref, Twin Mirror est intense de bout en bout, c’est un fait, notamment grâce à des personnages attachants et une narration maîtrisée, mais il manque cruellement de contenu et d’une certaine envergure dans son gameplay pour devenir le soft qu’il aurait dû être. Dommage, mais les fans du studio y trouveront quand même leur compte.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!