Review

Débarquant en ce début de mois de mai bien frisquet, le petit nouveau de NIS s’installe sur nos PS4 et Switch ! Nommé « Shôjo Jigoku no Doku Musume » dans les contrées du soleil levant, il se baptise rien que pour nous… Poison Control ! Un jeu de tir à la troisième personne ambiance action frénétique, presque RPG par moment, dans un univers pop ultra coloré… ça vous semble barré ? Et bien ça l’est ! Allez, on embarque pour un voyage survolté en enfer dans un test dont on a le secret !

Poisonnette, Lady magique et Lady chance

« Votre petite Poisonette vous demande… de nettoyer les enfers ! »

Le début de Poison Control est simple : vous venez de tomber dans un lieu étrange et vous avez perdu la mémoire ! Heureusement, une jeune fille bourrée d’énergie vous explique bien vite que vous êtes son âme sœur et qu’elle a besoin de vous pour purifier… les Enfers ! Un pitch de départ simpliste mais fun, pour une trame qui restera toujours sous cet égide tout au long de notre aventure ! En toute honnêteté, ça ne casse pas trois pattes à un canard mais ça fait clairement le job pour des pauses détentes déjantée, non ?

Les parties s’enchaînent et se calquent ainso sur un même modèle : on se lance dans un niveau corrompu par des mares de poison, dans lequel les ennemis « popent » à foison, et on fait ensuite le bilan avec notre Poisonnette toute mignonne une fois les abominations occises.

Développons d’ailleurs un peu ces phases. Dans la première, le soft va vous demander d’alterner entre deux gameplay : celui de l’âme-soeur qui à la charge d’éclater les monstres avec ses armes et celui de Poisonnette qui a la faculté de nettoyer le poison façon inkling de Splatoon.

« Un TPS totalement déjanté »

Plus on avance dans le soft plus on débloque de nouvelles armes qui nous offrent de nouvelles façons de latter du méchant diabolique : entre bombes, poison inflammable façon napalm et munitions venant à bout d’un certain type d’ennemis plus rapidement, il y a de quoi faire mais héals rien de bien vital pour votre progression ingame qui reste furieusement linéaire.

Enfin, vous allez aussi parfois vous retrouver à papoter avec la belle Poisonnette et vos réponses amélioreront vos stats dans tel ou tel domaine. Comprenez par là qu’il n’y a pas de mauvaise réponse mais que si vous voulez upgrader votre perso de façon intelligente, il va falloir rester sur une certaine ligne de conduite.

Ambiance pop ultra acidulée !

De la couleur en veux tu en voilà avec Poison Control ! De fait, si votre vie est morne, plonger tête baissée dans le dernier bébé de NIS est idéal pour vous prendre une baffe colorée ! Esthétiquement, le titre est assez joli et propose des animations percutantes, sans lags.

« Le titre regorge d’âmes en peine à… purifier ! »

Par contre, on regrettera la trop grande simplicité des modélisations et surtout le vide régnant dans le level design. On reconnait pourtant l’ambiance jeu japonais un poil perché et si le mélange fonctionne bien sur moi, cela ne sera pas forcément le cas pour tout le monde. Un titre à réserver à un public de connaisseurs assurément.

En termes de gameplay, la prise en main se fait hyper rapidement et facilement, et la Switch se prête bien à l’exercice pour le coup. A noter également que la navigation dans les divers menus est claire et limpide.

La bande-son, de son côté, se laisse écouter et propose des nappes musicales agréables pour la plupart, même si certaines peuvent se montrer irritantes. On est sur quelque chose de léger et sympathique sans tomber dans le mémorable.

Les bruitages, pour leur part, sont de plutôt bonne facture et donnent encore plus de punch à notre aventure empoisonnée et endiablée. Par contre un bémol sur la localisation puisque ça cause beaucoup mais qu’il n’existe pas de version française. Dommage.

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz.com: 14/20 pour les amoureux du genre, 11/20 pour les autres

Poison Control est un soft agréable parce qu’il déborde d’énergie et de couleurs ! Pour ce qui est de son développement scénaristique et de l’environnement dans lequel on évolue, c’est plutôt léger et assez cliché si l’on arpente de temps à autre ce type de softs. On retrouve toutes les bases du genre mais si la détente est de la partie, on ne se sent pas réellement happé par cet univers. On aime s’y déchaîner, le temps d’une partie rapide car le côté répétitif se fait vite sentir si l’on joue trop longtemps. Bref, les adeptes accrocheront car la qualité est présente et la checklist des impératifs est remplie mais pour un joueur lambda je ne suis pas convaincue que l’aventure soit recommandable, ou alors en découverte lors de promos intéressantes. A réserver donc à un public de connaisseurs qui aimera se perdre dans l’univers charmeur et sous acide de Poisonnette et son âme-sœur.



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéo depuis sa plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et de science-fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie, tout en voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferai tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !