Review

Qui n’a jamais rêvé de conquérir l’espace ? De découvrir de nouvelles espèces ? D’avoir la chance de développer d’après ses propres choix, une nouvelle race ? Une nouvelle civilisation ? Sid Meier’s Civilization : Beyond Earth est là pour vous offrir ces possibilités, ces choix qui feront de vous un grand homme, ou un dictateur ne souhaitant qu’une chose; raser toutes les autres formes de vie!

Retour vers le futur !

La colonisation d'une exo-planète sera le mot d'ordre de ce Civilization

La série des Civilization n’est plus à présenter… quoique. Pour ceux n’ayant pas révisé leurs leçons, je m’en vais vous conter l’épopée de cette saga ayant débuté en 1991. Conçu par « Monsieur » Sid Meier, Civilization était un jeu de stratégie au tour par tour développé à la base sous langage DOS. Le portage s’est ensuite fait sur Amiga 500 et Atari ST et a connu un retentissant succès. Bon ok, je vous épargne le reste de l’histoire mais autant dire que pas mal d’autres opus ont suivi, jusqu’à voir débarquer sur nos PC ce Beyond Earth ! Sorti le 24 Octobre dernier, le soft a été développé par Firaxis Games (XCOM : Enemy Unknown, c’est eux !) et édité par 2K. Bien entendu, on ne change pas une recette qui marche et on reste toujours dans un titre de stratégie au tour par tour de genre 4X (allez hop, mistress Lady Disturbed va vous donner de nouvelles notions de culture gaming : les quatre principes d’un jeu 4X sont l’eXploration, l’eXpansion, l’eXploitation et… l’eXtermination!).

Si, techniquement, Beyond Earth est basé sur Civilization V, il téléporte néanmoins son action vers le futur. En effet, notre bonne vieille planète Terre commence à devenir invivable et des vaisseaux colonisateurs partent donc pour l’immensité spatiale avec, à leur bord, d’éminents personnages : politiciens, scientifiques, économistes mais aussi des citoyens lambda choisis au hasard, afin de coloniser des exoplanètes.

Bases et changements

A vous de choisir la "doctrine" qui correspond le plus à vos attentes

On retrouve dans Beyond Earth le principe du système au tour par tour. Vous devrez gérer vos diverses forces (ouvrières ou militaires), la construction de vos colonies, mais devrez aussi choisir les découvertes scientifiques que vous souhaitez développer. Vos décisions auront des répercussions sur le développement de vos villes. En effet, vous aurez le choix entre trois affinités ou « doctrines » : « pureté » vous apportera ainsi le mode de vie terrestre sur la planète que vous colonisez, « harmonie » fera en sorte que vos colons s’adapteront à leur nouvel habitat sans le dénaturer, et enfin « suprématie » vous fera dominer la planète par votre force militaire.

Bien entendu, vos choix se répercuteront sur vos relations avec les représentants des autres factions, mais aussi sur l’évolution de vos unités qui se fera au fur et à mesure de leur montée en expérience. Comparé à l’opus antérieur, un autre niveau de jeu s’offre à vous puisque vous aurez la possibilité d’envoyer des satellites artificiels qui, une fois lancés, vous octroieront divers bonus. Enfin, vous pourrez infiltrer des espions dans les colonies de vos adversaires afin de mener des opérations secrètes comme siphonner leur énergie ou voler des unités de sciences etc…, le tout afin de construire vos propres unités nécessaires pour faire tourner vos colonies et étendre votre nouvel univers.

La diplomatie est une composante essentielle du gameplay

Le principe du gameplay reste le même que dans les précédents opus, ce qui permettra aux joueurs habitués à la licence de prendre le jeu en mains en moins de dix secondes. Quant aux petits nouveaux, un didacticiel très complet proposant au choix un guidage tout au long du soft ou juste pour les éléments principaux répond présent. Le mode multi-joueurs, quant à lui, donne un peu plus de challenge aux parties, sans parler de la gestion de vos relations avec les chefs des autres colonies : droit de passage, échanges commerciaux, déclaration de guerre ou alliances en tous genre… La ruse sera de rigueur !

Technicités de la bête

Graphiquement fidèle à la série, la qualité visuelle est clairement présente dans ce Beyond Earth. On regrettera les temps de chargement assez longs au lancement d’une partie… ainsi que la disparition des merveilles. Elles sont toujours présentes en jeu, après avoir débloqué la recherche nécessaire à leur construction, mais elles n’apparaissent plus physiquement sur votre carte afin de l’embellir. Désormais, c’est votre ville qui évolue graphiquement selon l’affinité vers laquelle vous tendez. A noter que peu de lags en jeu sont à déclarer, ce qui est une bonne chose. Les textures, elles, sont très jolies, et le niveau de détail des terrains est assez poussé, ce qui permet de calculer proprement vos actions afin de vous étendre le plus rapidement et le plus intelligemment possible sur l’exoplanète.

Techniquement, le soft jouit d'une bonne réalisation pour un 4K

La bande-son, elle, est plutôt jolie mais reste en retrait tandis que les bruitages des diverses actions sont bien exécutés et permettent une immersion dans le soft quasi complète. La réflexion étant de mise dans ce genre de jeu, on apprécie la discrétion des musiques d’ambiance.

Alors ? Décollage imminent ?

La série des Civilization perdure depuis 23 ans désormais et règne en maître sur le genre. Cependant, on regrette qu’il n’y ait pas plus d’innovations entre Beyond Earth et le cinquième opus. Heureusement, le côté chronophage du soft nous fait vite oublier ce détail. On veut régner en maître sur cette nouvelle planète qui nous est offerte, voire sur la galaxie toute entière ! Mais serez-vous un sage… ou un tyran ?

La bande-annonce

Réalisation: 16/20

Graphiquement beau et fluide, Beyond Earth offre en plus un level design bien amené grâce aux factions qui partent à la découverte de ces nouvelles planètes. Par contre, il est dommage de devoir se coltiner des temps de chargement réellement longs au lancement d’une partie.

Gameplay/Scénario: 17/20

Le scénario est assez basique d’un point de vue science-fiction brute : la Terre est devenue pourrie à cause de nos conneries, à nous de ne pas refaire les mêmes erreurs sur des exoplanètes à coloniser. Le gameplay, quant à lui, est toujours aussi bien pensé : les divers choix se répercutant sur « l’humanité » de votre colonie étant une option très intéressante qui nous change du classique 4X.

Bande-Son: 15/20

Discrète mais présente quand il le faut, la bande-son est bien réalisée, fait ce qu’on lui demande même si on pourra regretter par instants sa trop grande discrétion.

Durée de vie: 18/20

Une partie peut se finir en 10 heures comme vous pouvez la faire durer… autant de temps que vous le désirez ! Le nombre de parties possible, de types de victoire, de quêtes, de cartes est tellement gigantesque que la durée de vie est impossible à estimer. Qui plus est, vous avez affaire à un soft des plus chronophage, et vous ne vous rendrez pas compte que vous venez de passer la journée entière à essayer de coloniser une exoplanète.

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

La qualité de la licence des Sid Meier’s Civilization est omniprésente, et ce Beyond Earth offre ce qu’on attendait de lui : la possibilité de s’envoyer stratégiquement en l’air, loin dans l’espace, et de coloniser l’univers connu et inconnu. Le fait de se poser des questions sur la façon dont on veut voir notre espèce évoluer est intéressant et les répercussions qui en découlent encore plus, puisque cela va jusqu’à influencer vos relations avec les autres grands de ce monde que vous cherchez à rebâtir. On regrettera juste qu’il n’y ait pas plus d’innovations par rapport à l’opus antérieur. Mais le soft reste sur la lancée de ses aînés et prône donc la qualité.


pub
pub



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !