Review

Milestone délaisse son coup de cœur pour la licence MotoGP dans un seul but : montrer qu’ils sont toujours les meilleurs pour la simu de rallye ! En effet, s’étant fraichement fait déposséder de la saga WRC au profit de petits frenchies aux dents longues, le développeur entend bien récupérer son trône en proposant un concurrent direct à WRC5. Et quoi de mieux pour ce faire que de s’adjuger les services du plus grand champion de rallye au monde ! Attachez vos ceintures, le test de Sebastien Loeb Rally Evo démarre sur les chapeaux de roue !

Saine rivalité ou vengeance personnelle ?

A vous les joies du rallye aux côtés du champion de la discipline!

A vous les joies du rallye aux côtés du champion de la discipline!

Milestone… Si vous êtes adepte des simus de rallye vidéoludiques, ce nom vous dit sûrement quelque chose. En effet, c’est à ce studio Milanais que l’on doit les anciens opus de WRC, plutôt appréciés des fans de sport automobile. Seulement voilà, ils se sont faits littéralement soufflé la licence au profit d’un développeur français, Kylotonn Games, qui s’est retrouvé en charge de WRC 5 (en test ici: http://n-gamz.com/video-game-review/wrc-5-test/). Rancunier, Milestone n’a pas demandé son reste et est parti, avec toutes ses lignes de code, programmer dans son coin un titre concurrent : Sebastien Loeb Rally Evo ! Un grand champion pour un grand jeu ?

Une carrière bien remplie

Sebastien Loeb Rally Evo vous propose d’emblée trois modes de jeu bien distincts. On débute bien sûr avec la sacro-sainte « Course Rapide » qui vous permettra de passer par plus de 120 tracés officiels ou non, à débloquer petit à petit en fonction de votre avancée dans le soft. Idem pour les spéciales et véhicules additionnels, histoire de vous motiver à battre le chrono !

Les sensations de conduite sont vraiment grisantes

Les sensations de conduite sont plutôt grisantes

Vient ensuite le mode « Carrière », clairement là où vous passerez le plus gros de votre temps. Il vous faudra créer votre propre pilote mais aussi votre écurie et ses couleurs avant de vous lancer sur les routes sinueuses du rallye. Vous commencerez bien entendu avec une « petite voiture » (la 205) avant d’obtenir un large éventail de possibilités parmi une bonne cinquantaine d’automobiles, allant des sixties à aujourd’hui, le tout vous permettant de concourir sur des ensembles d’épreuves variées (spéciales, éliminations, rally-cross, etc…). Immersion au rendez-vous !

Sinon, ça fait quoi d’être Sébastien Loeb ?

Enfin, place au dernier mode de jeu : le « Loeb Experience », dans lequel vous allez revivre les grands moments du champion Sébastien Loeb tout au long de sa carrière. Un parcours agrémenté de diverses vidéos de conseils donnés par le maître himself. De quoi parfaire votre style avec brio.

Les intérieurs manquent vraiment de détails

Les intérieurs manquent vraiment de détails

La prise en main du jeu, quant à elle, est loin d’être évidente au départ, le titre s’axant clairement du côté des simulations. Il vous faudra donc un certain temps d’adaptation afin de « ressentir » la conduite, toute en freinage maîtrisé et accélération brutale, pour finalement chopper le coup sur chacune des surfaces de route proposées, vous obligeant donc à modifier votre comportement en fonction. Terre, asphalte, terrain sec ou trempé, vous roulerez à travers 8 destinations au travers desquelles vous pourrez remarquer une réelle ressemblance avec les tracés d’origine, certains étant assez techniques pour vous donner pas mal de fil à retordre.

Niveau réglages, on constate avec plaisir que Milestone n’a pas lésiné sur les configurations possibles en vous laissant la gestion complète des paramètres sur votre véhicule, avec la possibilité d’essayer le tout sur un terrain d’essai de votre choix. Bien entendu, cette profusion de notions techniques risque de décontenancer les joueurs débutants qui se retrouveront vite perdus. Néanmoins, cela représente un réel plus pour les hardcore gamers fans de simus, qui pourront s’en donner à cœur joie dans le cambouis et les modifications de moteur !

A croire que les jeux de rallye sont graphiquement maudits !

La réalisation du jeu est très loin du rendu Next-Gen des ténors du genre

La réalisation du jeu est très loin du rendu Next-Gen des ténors du genre

Coté réalisation, si on avait reproché au WRC 5 de Kylotonn Games d’être un peu limite à ce niveau, le constat est également en demi-teinte pour ce Sebastien Loeb Rally Evo. On se trouve donc, de fait, devant un jeu plutôt moyen visuellement. Il manque pas mal de finitions dans les intérieurs des véhicules plutôt vides, les décors des courses un peu trop pixellisés dans leurs textures et statiques dans leurs animations (et on ne vous parle même pas du public) ou encore les effets de lumière qui auraient dû être ébouriffants alors que là, ils sont seulement sympathiques. On est peut-être difficile, mais Forza et Project Cars sont passés par là et nous ont montré ce que la Next-Gen avait dans le ventre. On termine avec la gestion des dégâts, plutôt correcte après une sortie de route, le titre vous offrant néanmoins la possibilité de remonter légèrement le temps histoire d’éviter la catastrophe.

Le jeu dispose enfin d’une bande-son plutôt acceptable, même si les bruits de moteur de certains véhicules ne se montrent pas toujours très conformes à la réalité. La voix du copilote, par contre, a le bon goût de sortir directement de la DualShock 4 histoire de nous aider au maximum et de nous immerger réellement dans la course.

Mieux que la concurrence ?

Sebastien Loeb Rally Evo a recueilli des avis très mitigés de la part de la presse spécialisée, et il en est de même au sein de la rédac. Personnellement, je n’ai pas autant accroché à ce titre qu’à WRC5, mais le dernier-né de Milestone supplante quand même l’outsider français sur le plan de la durée de vie et du gameplay un poil plus travaillé, c’est un fait. D’un autre côté et à aspect technique identique, le Champion du Monde perd quelques points en durée de vie pour qui ne serait pas fan de Sebastien Loeb et ferait l’impasse sur son mode « Experience ». A vous de voir donc, en fonction de votre attachement à celui qui reste le plus grand compétiteur de rallye de tous les temps !

La bande-annonce

Réalisation: 13/20

Sebastien Loeb Rally Evo ne jouit clairement pas d’une magnifique qualité graphique. Forza et Project Cars sont passés par là et les intérieurs des véhicules, les décors ainsi que leurs textures sont loin d’avoir bénéficié du soin nécessaire. Les consoles Next-Gen en ont bien plus que ça dans le ventre ! Fort heureusement, le tout est fluide, c’est déjà ça.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le jeu vous inonde littéralement avec une tripotée de voitures, de configurations mécaniques et de courses différentes vous permettant de faire vos propres choix durant un mode carrière plutôt immersif et complet, tandis que les sensations de conduite sont vraiment bonnes, le soft étant clairement axé simu. Tant pis pour les newbies !

Bande-Son: 10/20

La voix du copilote est claire et concise, se payant même le luxe de sortir de votre DualShock 4 pour plus d’immersion, mais les bruits des moteurs ne sonnent pas tous comme il faut, loin de là. Le reste de la B.O. ne vous scotchera pas à l’écran, même durant les menus. Dommage.

Durée de vie: 15/20

Sebastien Loeb Rally Evo propose pas mal de contenu, avec son mode carrière et ses nombreuses courses simples en solo ou en ligne. De plus, si vous êtes fan du pilote, le mode Loeb Experience se révèle vraiment jouissif.

Note Globale N-Gamz.com: 14/20

Sebastien Loeb Rally Evo n’est pas le jeu de rallye ultime que nous attendions ni celui qui devait enterrer le sympathique WRC5. Avec son moteur 3D loin d’être Next-Gen et sa bande-son plutôt banale, le titre s’en sort néanmoins par son aspect « simulation » très prononcé, ses bonnes sensations de conduite et sa grande durée de vie… pour peu que vous soyez un fan inconditionnel du Champion des Pilotes !



About the Author

Arkamis
Arkamis
J'ai appris à connaître les jeux vidéo très tôt, grâce a mes frères, avec la NES, la Master System, et j'en passe. J'y ai découvert un univers de rêve qui, 15 ans plus tard, me réserve toujours autant de surprises et de plaisir, que ce soit rétro ou current gen