Review

C’est à la frontière entre le monde du jeu vidéo et de la poésie que se situe Monochroma. Nowhere Studios, peu connu du grand public est à l’origine de cette exclusivité PC. Présenté lors de la G.D.C. 2014, il avait attiré toute notre attention dans sa version bêta. Voyons ensemble si ce soft prévu pour le 28 Mai prochain vaut son pesant d’or. Amateurs du genre, réticents, trouvez en ce test, votre chemin de lumière qui vous guidera dans les méandres obscurs de Monochroma…

Suis-moi petit frère…

A vous de veiller sur votre frère face à une terrible corporation!

Dans Monochroma, vous évoluerez dans un Etat contre-utopique des années 1950, peu après que deux frères aient été témoins d’un crime horrible commis par une malfaisante corporation industrielle. Vous incarnez l’aîné et devrez tout au long de l’histoire, veiller coûte que coûte sur votre cadet. Vous allez parcourir un monde hostile bourré d’obstacles plus dangereux les uns que les autres et votre frangin aura besoin de toute votre attention pour s’en sortir sans égratignures… Cette simplicité scénaristique permettra à tous les joueurs d’adhérer sans la moindre difficulté à cet univers si particulier.

L’une des grandes particularités de Monochroma c’est également l’absence totale de dialogues et de cinématiques. Le joueur apprend au fur et à mesure l’histoire qui lui est contée et cela pour le plus grand plaisir de son imagination. A noter que Nowhere Studios est un studio indépendant relativement peu connu du grand public, mais dont les membres reconnaissent avoir un faible certain pour le très connu : « Limbo ». C’est en retraçant les souvenirs d’enfance des développeurs, lors de leur arrivée dans le paysage urbain d’Istanbul, que le studio a décidé de créer ce monde industriel si particulier. On ressent bien le sentiment de torture psychologique qu’ont pu érpouver ces personnes durant le mouvement protestataire de « Gezi » en 2013 qui fut violemment réprimé. Le jeu bénéficie de fait d’un univers bien à lui, directement tiré de la réalité, ce qui lui donne une dimension réelle bluffante.

Limbo sort de ce jeu !

Un gameplay simple mais terriblement addictif

Monochroma est un jeu de plates-formes/réflexion à tendance casse-tête. Aux premiers abords, il est difficile de ne pas faire la comparaison avec « Limbo », le petit protégé du studio Playdead. Cependant, nombreuses sont les différences entre les deux softs… Le jeu est en 2D horizontale mais le level design tient compte de la physique qui gouverne les objets environnants ainsi que le personnage principal. Le succès de Monochroma réside surtout dans le gameplay qui est à la fois simple et profond permettant ainsi une immersion totale. Ainsi, c’est avec seulement dix touches de votre clavier que vous pourrez contrôler votre héros. La jouabilité est basique ce qui rend le jeu agréable et facile à prendre en main. Attention tout de même, à certains moments vous pourrez vous retrouver bloqué par le rebord d’un chariot ou par l’extrémité d’une passerelle ce qui peut vite devenir embêtant…

Le level design de Monochroma, qui a été créé dans un respect total des architectures industrielles des années 1950, est un atout majeur pour les développeurs. Plus vous avancez dans les niveaux, plus les environnements sont fait de mécaniques et d’obstacles urbains en tout genre. L’élément majeur du gameplay réside dans le lien qui unit les deux frères. Vous serez parfois forcé de poser votre petit frère, à un endroit bien précis, avant de pouvoir continuer pour surmonter un obstacle et revenir le chercher afin de l’accompagner vers la sortie. Il sera également nécessaire de temps à autres d’activer au préalable un mécanisme avant de vous lancer avec votre fardeau vers le niveau suivant.

Mais où sont passées les couleurs ?

Techniquement, Monochroma est une vraie oeuvre d'art

Les graphismes de Monochroma sont beaux, sans aucun doute. Le noir et blanc est une façon artistique de construire une œuvre graphique très jolie, certes. Mais là où les développeurs ont fait fort, c’est en incorporant une touche de rouge dans certains éléments du game design. C’est grâce à cette nuance que le jeu prend sa dimension artistique visuelle! L’animation dont fait preuve le soft est, quant à elle, tout bonnement parfaite : une fluidité déroutante, une constance à toutes épreuves et une précision à faire rougir les plus grands… Nowhere Studios nous fournit aujourd’hui un soft qui mêle amoureusement des graphismes époustouflants, dans un style directement tiré des dessins animés, ainsi qu’une animation fluide et délicate. Tout a été créé dans une parfaite symbiose et c’est là tout le charme de Monochroma.

Et attention, la cerise sur le gâteau, c’est la bande-son ! Le studio de développement signe ici une marque de fabrique bien particulière en innovant tout simplement. Ne cherchez pas à trouver dans ce jeu une musique constante liée à un thème ou à un univers. Vous serez portés par les effets sonores habilement dosés et gérés afin de rendre encore plus réelle l’ambiance générale. Parfois, durant une action précise, vous aurez une petite musique tantôt douce, tantôt pesante qui éveillera en vous un sentiment bien particulier… Un vrai travail sur l’émotion, assurément.

Si simple et pourtant si prenant !

Vous l’aurez compris, avec Monochroma, vous n’avez pas d’alternative : soit il vous plaît, soit vous le détestez! Ce jeu bien particulier ne vous laissera pas de marbre c’est une certitude ! Son originalité, sa personnalité et son univers font de lui une véritable pépite d’or. Comment ne pas s’identifier à l’un des deux personnages ou même aux deux ? Ce qui fait le charme d’un titre de ce genre, c’est la parfaite cohésion entre simplicité et profondeur. Encore une fois, un studio peu connu sort du lot pour venir faire de l’ombre aux plus grands. Il n’y a aucun doute, ce jeu de plates-formes/réflexion séduira les plus durs et enchantera les plus naïfs. Attention, une fois que vous commencez, vous ne savez pas jusqu’où cela peut vous mener…

La bande-annonce

Réalisation: 18/20

La réalisation poétique mélange avec une habileté déconcertante simplicité et intensité. La gestion du noir et blanc est parfaitement dosée ce qui crée une ambiance à part. On peut clairement ressentir les sentiments que les développeurs ont souhaités nous transmettre. L’environnement industriel des années 1950 est une franche réussite ! La maîtrise de ce studio indépendant en terme de réalisation est largement à la hauteur de certains studios plus connus.

Gameplay/Scénario: 17/20

Un scénario simple mais réaliste doublé d’un gameplay basique et intuitif, voilà qui nous offre une expérience de jeu hors du commun. Réussir à harmoniser ces deux critères s’avère souvent devenir un véritable casse-tête. Mais Nowhere Studios nous prouve qu’ils n’ont pas froid aux yeux et qu’ils maîtrisent parfaitement leur sujet. Malgré les quelques défauts techniques lors des phases de rapidité notamment, Monochroma jouit d’un gameplay agréable et d’un scénario auquel il est facile de s’identifier.

Bande-Son: 16/20

La bande-son est énormément basée sur les effets sonores, avec quelques bribes de passages musicaux, qui collent toujours parfaitement à une action précise du personnage principal, ou de l’environnement dans lequel il se trouve. La stratégie des développeurs de ne pas mettre une musique d’ambiance constante tout au long des niveaux est très judicieuse. L’univers industriel et urbain en ressort encore plus réaliste ! Le choix de mettre en avant les effets sonores des environnements mais aussi des actions du joueur nous permet de bénéficier d’une immersion totale.

Durée de vie: 14/20

Certes, un jeu de cette catégorie ne doit pas avoir une durée de vie trop excessive, au risque de lasser les joueurs, cependant les fans inconditionnés apprécieraient de voir leur expérience de jeu rallongée. Il est donc évident qu’une fois immergé dans l’univers de Monochroma, le temps passe… très vite ! Six heures dans ce monde noir et blanc, c’est rapide et c’est vraiment dommage car on en redemande !

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Monochroma est aux jeux de plates-formes/réflexion, ce que la Tour Eiffel est à Paris. Vous l’aurez compris, pas besoin d’être un studio de renommée mondiale pour créer un véritable petit chef d’œuvre artistique. Si vous êtes adeptes des jeux qui nécessitent un peu de réflexion et qui ont une identité bien à eux, Monochroma est fait pour vous. C’est avec des softs de ce niveau qu’on peut contempler l’art de la programmation vidéo ludique dans toute sa splendeur ! C’est un plaisir pour nos yeux, nos mains et nos oreilles. Les graphismes, la jouabilité et la musique forment ensemble un tout majestueux donnant à Monochroma un statut de jeu œuvre d’art dont les développeurs de Nowhere Studios peuvent être fiers !



About the Author

Snake Patrick
Snake-Patrick, joueur de 25 ans, videomaker depuis une dizaine d'années pour le plaisir. C'est en 2012 que je décide de me lancer sur la toile en ouvrant ma chaîne YouTube afin de partager ma passion avec les internautes à travers des tests de nouveautés. Je suis un adepte du monde vidéoludique dans toute sa splendeur. J’aime tous les genres de jeux même si je reconnais avoir un faible certain pour les F.P.S. et les jeux d'action/aventure. Ma licence préférée est et restera à jamais : « Metal Gear Solid » d'où la présence du Snake dans mon pseudo. J’ai depuis toujours un esprit critique ce qui me permet de tester de la façon la plus objective les jeux vidéo qui passent entre mes mains