Review

Inspiré de « Chinese Hero: Tales of the Blood Sword », GunBlade Saga est un mmorpg free-to-play totalement gratuit et optimisé pour des configurations standard. De quoi jouer sans se ruiner, d’autant plus que sus de sa gratuité, le soft est aussi très complet et bénéficie de mises à jour de contenus régulière. Mais face à une concurrence féroce dans ce milieu si lucratif, est-ce que le titre possède les qualités nécessaires pour qu’on y apporte son attention ? 

Hua, une destinée empreinte de vengeance

Trois clans pour deux types de fighting styles: que la vengeance commence!

Dans une Chine des années trente, la population est soumise au pouvoir autoritaire des administrateurs. Incarnant un avatar qui vous représentera, vous croiserez la route de Hua, un jeune guerrier, à plusieurs reprises. La famille de ce dernier ayant été cruellement assassinée par la mafia, il ne vit désormais plus que pour se venger. Hélas, il en sait déjà bien trop sur les sombres desseins des triades et se voit contraint de fuir son pays pour se retrouver à Chinatown, dans la ville de Chicago, U.S.A.

Votre but est désormais simple : suivre Hua afin de lui venir en aide alors que de terribles batailles entre les différentes organisations mafieuses font rage et affectent toute la population. Tout un programme qui nous offre un mmorpg classique avec pouvoirs, quêtes et points de compétence à répartir au gré des niveaux d’expériences acquis.

Quel camp sera le vôtre dans cette guerre des gangs ?

Le contenu du jeu est très complet. Ainsi, dès le départ, vous avez le choix entre trois équipes : Le Clan des Arts Martiaux Chinois, celui des Dragons Noirs, et le Clan du Portail des Enfers. Chacune de ces équipes vous propose deux styles de combats, comme le gunfight, la magie, le sabre court, … Résultat : vous pourrez opter pour 6 genres de personnages différents. Chaque clan vous offrant un scénario particulier, vous allez avoir de quoi faire, c’est moi qui vous le dis !

Quand on trucide du monstre dans un mix qui évoque du RPG et de l’Arcade, y’a pas à dire, ça déboîte!

En termes de personnalisation d’avatar, vous aurez le choix entre plusieurs visages, coupes de cheveux et vêtements prédéfinis. Malheureusement, le nombre de différenciation est mince, quoique suffisant pour que vous en trouviez au moins un à votre goût histoire de démarrer l’aventure avec un perso qui vous plaît visuellement. Allez, on se lance enfin !

Ce qui frappe dès qu’on amorce une partie dans Gunblade Saga, c’est la qualité de sa composition sonore. Ainsi, la musique s’adapte à toutes les situations et à chaque type de lieu de façon magistrale. En un mot : elle est parfaite et  je n’ai rien à lui reprocher. Elle est calquée dans un style manga prononcé et très sincèrement, quand on trucide du monstre dans un mix qui évoque du RPG et de l’Arcade, y’a pas à dire, ça déboîte! Et quand on sait qu’il y a 600 quêtes disponibles, autant dire que ce monde ouvert est très grand et très agité, mais qu’il se parcourra au rythme d’une bande-son de qualité.

Des décors variés pour une jouabilité très contrastée

Graphiquement, le soft en impose pour un free-to-play

Autant dire que les développeurs de GunBlade ne se sont pas moqués de nous dans le traitement graphique des décors : chaque zone est très différente d’une autre et le dépaysement est grand. Le tout tourne parfaitement sur une config classique, ce qui est un gros plus pour ce type de soft. Et pour tout vous dire, devant la patte artistique et les effets de lumière, on prend un énorme plaisir simplement en observant le décor… quand on en a le temps… parce que les zones non sécurisées sont BLINDEES d’ennemis ! C’est bien simple, il est impossible d’avoir la paix cinq minutes. Le pire, c’est que lorsqu’on parle à des NPC clefs qui nous donnent des objectifs importants, il arrive fréquemment que l’on se fasse attaquer par les monstres du coin. Hors il n’est pas permis de se défendre lors d’une discussion ! On a donc deux choix : Suivre la conversation et se faire détruire… ou passer des éléments du scénario et massacrer un minable quidam hostile…

Autre défaut du soft : les patterns d’animation. Je vais être sincère avec vous : j’ai cru avoir affaire à des déplacements issus d’un mauvais jeu SNES, retransposés sur un jeu 3D. C’est du n’importe quoi, très brut et désagréable à l’œil. Je m’explique : si les animations en elles-mêmes sont très fluides, les déplacements pendant une attaque vous donneront l’impression de glisser sur le sol. Le réalisme en prend un coup.

Les soucis de jouabilité gâchent trop souvent la fête

Concernant la jouabilité, c’est clairement là le talon d’Achille du soft. Elle est abusivement lourde et dépassée. Il y’a des boutons absolument partout et rien n’est expliqué dans le jeu. C’est affreusement déboussolant. Il aurait été plus pratique de les faire apparaître au fur et à mesure de leur utilité plutôt que tout nous afficher d’un coup. Alors certes, les pros des MMORPGs s’y retrouveront peut-être, mais pour les débutants, bon courage. Néanmoins, un avantage non négligeable est que cette interface est totalement modulable : vous pourrez donc déplacer tout les menus que vous voyez à l’écran, ce qui vous permet de tout positionner selon vos réflexes.

On termine ce tour d’horizon de la jouabilité par quelques points positifs, car le soft est loin d’en être dénué. Le déplacement automatique est très bien géré. Le personnage ne se plante pas dans le mur et il ira automatiquement en direction de l’objectif, qu’importe si nous sommes dans une autre zone. Il ya aussi la possibilité de retrouver dans une liste tous les NPC sans avoir besoin de les repérer en visuel. Un simple click et votre avatar se rend derechef aux côtés de la personne demandée. Les déplacements peuvent donc être entièrement automatisés ou manuels et ça, c’est la grande classe. Enfin, l’attribution des points de compétences n’est pas définitive, et ce jusqu’au niveau 30. Il y’a donc une possibilité de chercher ce qui nous arrange le plus et continuer ainsi sur la lancée une fois la trentaine de niveaux dépassés.

Ça fait un bail que je n’ai pas eu une bonne bagarre !

On n’espère qu’une chose : une mise à jour du gameplay!

Une réalisation irréprochable dans les détails artistiques, contrebalancée par un gameplay plutôt faible et confus, voilà comment résumer idéalement ce Gunblade Saga. Seuls ceux qui arriveront à se faire à cette jouabilité rebutante, à cette baston incessante et aux trajets mouvementés pourront apprécier ce soft à sa juste valeur. Les débutants, eux, risquent très vite de se retrouver perdus et lésés, dommage. On n’espère qu’une chose : qu’une mise à jour améliore, explique et fluidifie le gameplay assez rapidement. Dans ce cas, le soft vaudra clairement le coup ! En attendant, nous sommes obligés de sanctionner ses errances de gameplay.

La bande-annonce

Réalisation: 18/20

Les décors variés vous ferons naviguer pour vous offrir un dépaysement hautement contemplatif. Visuellement parlant, ce sera toujours un plaisir de parcourir cette vaste zone qui s’offre à nous. Il est néanmoins dommage que les animations ne soient pas en cohésion avec les déplacements. En ce qui concerne le lag, aucun souci réel à ce niveau, le client gère énormément de choses et seuls les positions et actions sont retransmises, ce qui allège le flux de données à transférer. Très plaisant.

Gameplay/Scénario: 09/20

La manœuvrabilité du personnage est carrément ratée et désagréable. On aurait pu mieux faire avec l’Unreal Engine. Malgré des prouesses graphiques évidentes pour ce type de soft, force est de constater que le gameplay est bâclé et les boutons de partout nous font tourner la tête, d’autant plus que des annonces à propos de joueurs ayant réussi telle ou telle action apparaisse sans arrêt alors qu’elles ne nous concernent pas. Dérangeant plus qu’autre chose. Niveau scénario, il faut suivre les différentes quêtes pour en apprendre plus sur Hua le Héros, qui semble bien être le pilier de ce MMORPG, mais l’aventure est un peu longue à démarrer.

Bande-Son: 17/20

Chaque zone possède son ambiance sonore qui colle parfaitement avec le paysage. Autant dire qu’on s’y croirait. Lors des combats, la musique est un peu plus stylée « combat arcade » et se montre très entraînante. On aurait presque envie de se battre rien que pour l’entendre. Bon ok, au final, on se fait tellement engager par des ennemis qu’on l’entendra plus souvent que les autres thèmes^^.

Durée de vie: 15/20

Les quêtes s’enchaînent les unes après les autres et on a toujours de quoi faire. C’est assez chouette de pouvoir évoluer dans un univers aussi vivant de par les autres joueurs. C’est un gros plus pour ce RPG. Mais le gameplay qui risque de vous faire appuyer sur ALT+F4 plutôt que le bouton d’attaque pourrait bien avoir raison de votre volonté d’avancer.

Note Globale N-Gamz.com: 13/20

Gunblade Saga est un jeu qui possède un gros potentiel, malheureusement gâché par un gameplay tout juste ignoble. C’est vraiment dommage car le soft se montre très intéressant et les scénaristes semblent s’être impliqués à fond pour nous offrir une aventure au sein d’un univers développé dans ses moindres détails. Une variété de décors et de situations rare qui mérite bien une attention particulière. Mais bon sang, les débutants ne diraient sûrement pas non à une refonte du gameplay en lui-même. Ceux qui prendront la peine de s’y habituer risquent fort de découvrir un univers très sympathique. Rien n’est encore perdu, et nous espérons une réaction des développeurs pour rectifier le tir. Heureusement que la gratuité du soft motive clairement à se lancer, même avec un PC moindre, dans l’aventure.



About the Author

Pliskin

Fan de Metal Gear Solid depuis le premier jour, je suis le premier a avoir réalisé des mods et des hacks sur la série. J’aime beaucoup cette saga, et encore plus le personnage d’Otacon qui renforce son esprit au fil des épisodes. En ce qui me concerne, je suis connu sous le nom de Pliskin Hunter (auparavant RushSnake), fondateur de l’équipe RedCode Interactive. J’aime beaucoup les jeux d’actions, d’aventure, avec un bon scénario. Je pense particulièrement à la trilogie S.T.A.L.K.E.R qui est juste magnifique. Sinon, je ne suis pas du tout axé cinéma et manga. Je suis un grand fan de MacGyver, Stargate et City Hunter. Hyperactif, j’ai du mal à regarder une série ou un film sans faire quelque chose d’autre à côté.