Review

Alors que beaucoup de gamers avancent des propos négatifs envers les nombreux portages HD et autres remakes de cette génération de consoles, arguant qu’il s’agit d’un moyen facile de traire une franchise, il faut rendre à César ce qui est à César : certains de ces titres sont tout à fait brillants et témoignent d’une passion ardente envers les softs qu’ils représentent. Un exemple? Le travail que BluePoint a fourni pour la Uncharted Collection (histoire de rester sur du Naughty Dog !). C’est donc tout naturellement que Crash Bandicoot fait son grand retour au format haute définition, nous offrant une compilation des trois premiers jeux sortis sur Playstation 1. Ce remake nous fera-t-il retomber en enfance ? Mettez donc votre masque Aku Aku et venez « OOGA BOOGA » avec nous dans ce test tourbillonnant de Crash Bandicoot N.Sane Trilogy!

Crash et les maîtres de la pomme

« Crash est de retour et il est plus secoué du ciboulot que jamais! »

Le premier jeu voit notre héros, Crash le bandicoot, être le sujet d’une expérience du maléfique docteur Neo Cortex visant à le transformer en mutant diabolique pour prendre la tête de l’armée du vilain ! Fort heureusement, Crash arrive à s’évader de la forteresse… pour se rendre compte que sa bien-aimée Tawna est restée prisonnière du machiavélique despote! Naufragé sur l’une des petites plages qui composent les îles Wumpa Wumpa, notre héros est retrouvé par le masque ancestral Aku Aku avec lequel il va former une alliance intrépide ! Rapidement, vous comprendrez qu’il ne s’agira pas seulement de secourir votre demoiselle en détresse, mais également de sauver le monde entier de la folie de Cortex !

Vous suivrez donc Crash ainsi que sa sœur Coco tout au long de cette trilogie épique dans laquelle les forces du bien et du mal croiseront le fer à maintes reprises. Bien que pas très poussées, les histoires des différents volets de la série Crash Bandicoot ont toujours été une base plus que solide pour l’humour très « cartoon » que le soft nous offre. Chaque cinématique nous pousse ainsi à avancer encore un peu plus et les personnages deviennent attachants à un point où leur statut en tant qu’icônes de l’âge d’or de Sony devient une évidence. Retrouver ces têtes a été, pour ma part, un plaisir immense !

Sauter et faire des pirouettes, c’est super viril !

« Les niveaux seront très variés! »

Cela fait quelques années que nous n’avons pas eu la chance de mettre la main sur un nouveau jeu de la franchise Bandicoot, et « Génération Mutant » ne se servait même pas des bases posées par ses prédécesseurs en ce qui concerne le gameplay. N. Sane Trilogy fait donc revenir le platforming hardcore en force, non seulement en immortalisant de nouveau les niveaux alambiqués et bien pensées, mais aussi en offrant des contrôles rapides, fluides et précis ! Tournoyez et sautez vers la victoire !

Les stages seront donc truffés de choses à découvrir et à détruire. Des sentiers secrets qui vous rapporteront des boîtes supplémentaires aux segments bonus qui vous livreront des passages de gameplay horizontaux bien fun, il vous faudra un temps considérable pour tout déceler ! Cela-dit, ça vaudra bien le coup : le jeu propose trois trophées de platine, un pour chaque jeu donc ! Les collectionneurs seront aux anges…

« Les hommes de main de Cortex ne doivent pas être pris à la légère! « 

Par contre, j’ai vu énormément de personnes se plaindre de la difficulté des jeux Crash Bandicoot durant ces dernières semaines. En effet, le soft ne vous tiendra pas par la main ! Crash étant l’un des premiers platformers en 3D et la caméra étant placé à un endroit stratégique pour ne pas vous faciliter la vie, il y a de bonnes chances que vous ne jugiez pas correctement la distance d’un saut ! Là se trouve toute la difficulté : On vous demandera parfois d’exécuter des jumps millimétrés qui vous coûteront une vie en cas d’échec ! Dans la plus belle mode « Essai et erreur », Crash Bandicoot n’est pas là pour rigoler ! Rassurez-vous: si vous êtes un habitué de la série, il ne vous faudra pas longtemps pour vous dérouiller les mains, comme ce fut mon cas…

Toutefois ne nous leurrons pas: le jeu reste essentiellement difficile, mais dans le bon sens du terme. Certains des niveaux finaux, tous titres confondus, vous demanderont une dextérité et des nerfs d’acier. Même certains combats de boss vous feront suer à grosses gouttes ! N’ayez donc aucune crainte : si vous êtes vaincu encore et encore, ce n’est qu’une partie du processus d’adaptation. Vous deviendrez un pro du Bandicoot en un rien de temps ! (Et non, cela ne vous prendra pas autant de temps qu’un Dark Souls, cette théorie est l’essence même de l’exagération !)

Des îles Wumpa Wumpa jusqu’aux couloirs du temps !

« Les cinématiques remaniées au goût du jour vous émerveilleront! »

Là où Vicarious Visions se dépasse véritablement, c’est dans la présentation. Les graphismes sont tout bonnement exquis, même sur une PS4 de base. Je vous laisse donc imaginer le spectacle sur une PS4 Pro. Le level design est tout aussi magnifiquement remasterisé et aucun glitch ou bug ne pointe à l’horizon. Certains modèles de personnages seront plus beaux que d’autres, bien-entendu, notamment dans Crash Bandicoot Warped, mais l’ensemble est incroyablement harmonieux et vous émerveillera si vous êtes un fan de la vieille époque. Pour tout vous dire: Vicarious Visions a tout simplement rendu le jeu aussi beau que dans la mémoire nostalgique d’un joueur ayant connu ces titres dans son enfance. Indéniablement une barre très haute qui servira d’exemple aux prochains remakes !

Niveau bande-son, les musiciens derrière la trilogie originale reviennent pour remettre les mélodies au goût du jour ! Tout sonne de manière excitante et complètement nouvelle, bien que les morceaux restent familiers. Ces chansons vous tiendront motivés tout au long des trois jeux, ce qui vous poussera sans doute à jouer le fameux « dernier niveau avant d’aller me coucher » ! (Qui a besoin de dormir de toute façon ?!). Les bruitages sont croustillants et efficaces à souhait tandis que le doublage français est tout simplement stellaire avec, entre-autres, des comédiens de renom comme Martial Leminoux et Christophe Lemoine, pour n’en citer que quelques-uns ! Le script, quant à lui, reste exactement le même… c’est-à-dire très cartoon et loufoque, et on adore ça !

Un retour spectaculaire !

« The Crash and the Furious »

Crash Bandicoot N. Sane Trilogy nous prouve que, entre les bonnes mains et avec le matériau de source qu’il faut, un remake peut être un véritable chef-d’œuvre, au pair avec son original. Vicarious Visions a transformé une légende du gaming en or et le succès que ce remake récolte est plus que justifié étant donné tout l’amour et le respect qui lui a été porté par l’équipe de développement.

Maintenant, j’ai encore plus envie de revoir un tout nouveau jeu Crash sur la génération actuelle… et qui sait, peut-être même que d’autres titans du genre, comme Spyro, auront droit au même traitement maintenant que la preuve est faite que cette formule peut fonctionner ! Quoi qu’il en soit, nous sommes ravis que cette collection soit à portée de tous, et pour un prix plus qu’avantageux pour ce que ça représente. Un soft que nous vous conseillons sans sourciller !

La bande-annonce

Réalisation: 18/20

Le rendu visuel de Crash Bandicoot N. Sane Trilogy est le clou du spectacle sans l’ombre d’un doute. Les graphismes sont magnifiques et font honneur aux racines de la série en rendant le jeu aussi beau que dans nos souvenirs. Aucun bug ou glitch, pas un seul ralentissement au niveau des fps, bref, un petit chef-d’œuvre. Le must: la fourrure de Crash n’a jamais été aussi reluisante !

Gameplay/Scénario: 18/20

Crash est un véritable précurseur des platformers 3D. C’est avec cette idée en tête que Vicarious Visions a jugé bon de ne pas toucher au gameplay déjà bien perfectionné des anciens softs. On se retrouve donc avec une compilation aux allures next-gen mais dont la prise en main est classique à souhait. Les fans de la première heure en seront ravis ! Côté scénario, bien que presque anecdotique, il nous présente tout un panel de personnages aussi drôles que loufoques. Ces derniers porteront sur leur épaules le rythme des différents niveaux que vous traverserez en leur donnant de la thématique.

Bande-Son: 18/20

Toute l’équipe d’origine rempile pour la bande-son de Crash Bandicoot N.Sane Trilogy ! On bénéficie donc des thèmes musicaux d’antan mais avec une tournure moderne et encore plus dynamique ! Les morceaux sont entraînants, bien composés et ils soulignent avec brio toute l’ambiance que le jeu cherche à transmettre.

Durée de vie: 19/20

Cette compilation HD comporte l’intégralité des trois titres sur Playstation 1, ce qui veut dire qu’au total vous aurez plus de 100 niveaux à jouer et à explorer dans le moindre recoin ! Ajoutez à cela une liste complète de trophées pour chaque volet, dont bien entendu un trophée de platine par titre, et vous obtiendrez du fun pour un bon gros bout de temps ! Définitivement une affaire en or pour un prix moindre !

Note Globale N-Gamz.com: 18,5/20

Je ne m’étais pas autant amusé avec un platformer depuis bien longtemps ! Crash démontre encore une fois que sa recette est simple mais efficace, et ce malgré les décennies qui passent. Le contenu de cette trilogie est tout bonnement titanesque, et comme la quantité ne fait pas tout, la qualité est également au rendez-vous ! Laissez-vous subjuguer par des visuels enchanteurs, une ambiance sonore excitante et un gameplay nerveux, fluide et recherché. Au final, Crash Bandicoot N.Sane Trilogy, c’est un jeu parfait pour toute la famille (avouons-le, surtout pour les parents qui attendront que les petits soient au lit pour jouer). N-Gamz.com vous le conseille plus que vivement !



About the Author

Snakethoot
Snakethoot

Je baigne dans la culture vidéoludique depuis ma plus tendre enfance, elle m’a façonné, elle m’a donné le goût pour les passions qui m’animent aujourd’hui. J’accorde la plus grande importance à chaque détail, aussi infime soit-il, pour être certain de saisir tout l’arôme que l’expérience d’un jeu-vidéo peut m’amener (Appelez-moi le romantique virtuel…). Cosplayeur à mes heures perdues, mon dévolu se jette aussi sur le septième art, les comics et la musique. Les passions comme les avis sont faits pour se partager et se discuter, ne soyez pas timides!