Review

Après nous avoir envoyé dans les profondeurs de la belle Rapture avant le fatidique 31 Décembre 1958. Irrational Game nous y replonge dans le dlc Burial at Sea 2 pour Bioshock Infinite. Et pas pour rien puisque  dans ce court opus vous aurez l’honneur d’incarner la belle Elizabeth ! Préparez-vous car aussi bien physiquement que mentalement, cette extension va vous en demander beaucoup ! Elizabeth… à nous deux…

Quand il me prend dans ses bras…

Paris et ses merveilles… mais pas pour longtemps!

… qu’il me parle tout bas… Mon dieu mais on la connaît cette chanson, et que voit-on apparaître dès les premières images de ce « Tombeau sous-marin 2 », au loin derrière ces charmantes personnes le long de ce cours d’eau que l’on appelle la Seine ? Mais oui c’est bien elle ! La Tour Eiffel ! Et ses peintres, et ses baguettes de pain, tout le cliché parisien ! Elizabeth l’aura eu son Paris, Booker n’aura peut-être pas tenu sa promesse  mais elle l’aura eu ! Elle va pouvoir vivre tranquillement en entendant les oiseaux gazouiller et répondre à toutes ces merveilleuses personnes qui lui disent des « Bonjour Elizabeth » par-ci par-là ! C’est alors qu’elle aperçoit une certaine Sally… le prénom ne vous dit rien ? Mais si rappelez-vous, notre héroïne la cherchait déjà dans Burial at Sea premier du nom ! D’ailleurs, soit dit en passant, pour la suite vous avez plutôt intérêt à faire bosser votre mémoire, car nous allons replonger dans les plus sombres secrets de Rapture, de Columbia, de leurs habitants ainsi que dans les méandres de ces mondes à la fois uniques et semblables. Vous ne me suivez pas ? Vous comprendrez très vite… 

A-t’on encore besoin de présenter Irrational Games, le développeur de ce DLC, certes, mais aussi et surtout l’équipe qui nous a fait rêver sous l’eau et dans les airs grâce à la série de FPS « Bioshock » présente dans les esprits depuis 2007 ? Un studio qui a malheureusement fermé ses portes cette année, mais Ken Levine, le fondateur, a cependant laissé sous-entendre qu’il reviendra sur la planète vidéo ludique armé de nouveaux projets dans la lignée de ses prédécesseurs. En attendant, place à sa dernière création !

Je vois la vie en rose… 

Un scénario extrêmement sombre

Nous retrouvons, dans Burial at Sea 2, une Elizabeth en bien vilaine situation, face à des hommes s’amusant à lui asséner de bons coups dans son visage d’ange et à jouer de chantage. Ben oui, les types en question ont en leur possession la fameuse Sally. Un certain Booker est présent lui aussi (non ne cherchez pas à comprendre, non je ne vous révélerai pas le pourquoi du comment, à vous de le découvrir), et il vous conseille de répondre au chantage que ces charmants « gentlemen » vous proposent. Nous incarnons donc, dans ce nouveau dlc, une Elizabeth moins forte et fatale que dans l’opus précédent, une Elizabeth se remettant en question, perdue et parfois pleine de remords. Une jeune femme toujours aussi touchante néanmoins, si pas plus…

Le scénario de ce Burial at Sea 2 est bien plus sombre, glauque et proche de l’ambiance du premier Bioshock. Des nouveautés sont présentes, hormis le fait de jouer Elizabeth, telle qu’une arme inédite: l’arbalète et ses divers carreaux qui vous permettront, par exemple, de faire du bruit afin d’attirer plusieurs ennemis dans la même zone. On aura aussi le plaisir de retrouver le fourneau radar, ainsi que les kits de soins. De nouveaux plasmides font leur apparition : le petit curieux qui permet de voir à travers les murs, ainsi que la possiblité de disparaître afin de prendre par derrière vos ennemis. Et le cercle de fer qui génère un bouclier de métal renvoyant les balles. Par contre si vous désirez booster vos plasmides vous devrez trouver les améliorations adéquates, impossible de les acheter. Ouvrez donc l’œil.

Elizabeth est incroyablement touchante

Elizabeth aura aussi la capacité de se faufiler dans les conduits de ventilation, et devra faire attention aux endroits où elle met les pieds afin de ne pas se faire repérer par les divers chrosomes ou agents de la Vox Populi (oui, oui vous avez bien lu) errant dans les niveaux. Elle pourra emprunter l’aérotrain mais sera incapable de tuer depuis ce dernier, de même qu’elle ne tiendra pas aussi longtemps que Booker sur ce moyen de locomotion puisqu’elle finira forcément par faire du bruit. Enfin, dans la peau de la belle, vous aurez le loisir de crocheter les serrures, nouvelle fonctionnalité donc. Vous allez devoir vous y prendre au bon moment au risque de déclencher une alarme qui alertera vos ennemis. A noter que le level design est très bien pensé et vous permettra un petit degré de liberté pas dénué d’intérêt.

Il me dit des mots d’amour…

Les graphismes sont toujours à la hauteur du titre. Que l’on soit dans les tréfonds de Rapture ou que l’on retrouve la clarté de Columbia, les textures sont soignées et l’on constate peu de bugs ou de ralentissements même dans les combats les plus vifs.

Le moteur 3D est toujours capable d'aussi belles choses

La bande son, quant à elle, est toujours adéquate à l’ambiance voulue et comme dans le premier opus de Burial at Sea, vous n’aurez hélas que la version anglaise sous-titrée en français. Néanmoins, les voix sont excellentes, principalement celle d’Elizabeth qui nous transmet toutes ses expressions : sa peur, son énervement, sa joie… Les dialogues des autres protagonistes sont également de qualité et l’on prend toujours autant de plaisir à écouter aux portes (bande de curieux !).

Des mots de tous les jours…

…et ça m’fait quelque chose. En effet cette célèbre chanson de Piaf correspond complètement à ce dlc qui finit en beauté l’histoire de Bioshock, nous expliquant quantités d’évènements sur l’intégralité de cette franchise et pas seulement sur l’opus Infinite. Une extension qui nous offre des sensations et des sentiments contradictoires tout du long, une montagne-russe émotionnelle avec une Elizabeth qui nous fait vibrer toujours un peu plus ! Je terminerai juste en quelques mots : Merci Irrational Games de nous avoir fait vivre toute cela depuis tant d’années !

La bande-annonce

Réalisation: 18/20

Fidèle à la qualité de la licence, de nombreux clins d’œil aux autres opus sont présents et une fois le dlc fini vous prendrez conscience de tous ces détails graphiques qui ont peut être attirés votre œil à un moment donné et vous paraîtront alors comme une évidence. Ce qui démontre le travail intelligent voire vicieux des développeurs. Le personnage d’Elizabeth est en constante évolution visuelle depuis Infinite et atteint ici son apogée, de même que le moteur 3D et la qualité des textures.

Gameplay/Scénario: 18/20

Un scénario à son apothéose, mais qui pourrait en laisser quelques-uns à la ramasse. En effet afin de comprendre Burial at sea 2, il est nécessaire d’avoir fait tous les opus (et de s’en rappeler), au risque de passer au-delà de certaines subtilités voir d’éléments carrément marquants et indispensables. De rebondissement en rebondissement on se laisse aller dans ce voyage qui traverse les temps et les lieux emblématiques de l’histoire de Bioshock. Le gameplay, lui, ne change pas sur certains points puisque vous aurez toujours deux armes à choisir dans votre roue offensive et qu’il en est de même pour vos plasmides. Par contre, l’ajout du crochetage est une fonctionnalité plaisante et le fait de prendre en compte l’environnement afin de rester discret nous rappelle certains titres actuels.

Bande-Son: 18/20

Bioshock a toujours été friand de musiques se calant à merveille dans leur époque temporelle, nous sortant des voix avec un acting excellent, nous faisant parvenir toutes sortes d’émotions. Chaque discussion, même d’ambiance, chaque bruitage montre le souci du détail qui a prévalu lors de la réalisation de ce dlc. Cependant le côté vostfr uniquement en rebutera peut être certains.

Durée de vie: 15/20

Tout dépend de votre façon de jouer, de votre envie de parcourir et de prendre le temps de découvrir cet univers qui vous entoure, du niveau de difficulté choisi. En bref, comptez de 3 à 5 heures pour finir ce dlc, compris dans le season pass. Le rapport qualité / prix reste raisonnable, surtout au vu de la qualité du soft.

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Burial at Sea 2 porte bien son nom et clôture la série à merveille, centrée sur Elizabeth qui aurait pu passer pour une vulgaire potiche que l’on devait se coltiner dans nos pattes dans Infinite. Elle a évolué de façon considérable, passant par diverses phases rendant le personnage intéressant et surtout attachant à souhait. Cette jeune femme autour de laquelle tout un monde gravite et évolue sans cesse dans plusieurs dimensions de l’espace et du temps est en fait un élément à part entière, un pilier de Bioshock. Ce dlc met fin à cette excellente saga et  le fait d’une façon grandiose, laissant derrière lui une certaine nostalgie qui comprend Rapture, Columbia et ses divers personnages marquants qui vont désormais manquer dans le paysage vidéo ludique…



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !