Review

Le voilà, le gros morceau du season pass de Batman : Arkham Origins. Après un bon paquet de costumes, de contenu multijoueur et la série de challenges « Initiation » offrant un semblant de narration plutôt inintéressant, Cœur de glace (Cold, Cold Heart dans la langue de Batou) fait office de plat de résistance pour les joueurs désireux de replonger dans les premières aventures du bat-justicier.

« Salut Freeze, je suis Batman ! »

La fête va être de courte durée…

Comme son titre peut aisément le laisser deviner, Cœur de glace narre la première rencontre entre Batman et le mythique Mister Freeze. L’histoire se situe la nuit du nouvel an, lors d’une réception organisée par Bruce Wayne lui-même dans son somptueux manoir en l’honneur du philanthrope Ferris Boyle, patron de l’entreprise Gothcorp. La fête tourne court lorsque Mister Freeze, encore inconnu au bataillon, débarque avec quelques hommes de main et transforme quelques invités en glaçons humains. Qui est ce mystérieux méchant, et quelles sont ses motivations ?

L’histoire est connue et a fait l’objet d’un excellent épisode de la série animée Batman diffusée dans les années 90 (et du fameux film Batman & Robin sur lequel on préfèrera ne pas s’étendre ici , malgré toute sa nanardise jouissive), qui sert de source d’inspiration à ce DLC. Alors, ce contenu fait-il office d’ajout intéressant ou est-il tout juste bon à laisser froid les admirateurs de l’homme chauve-souris ?

Dans le froid, dans les flammes

La nouvelle tenue XE est franchement classe

Passé l’introduction vous mettant dans la peau de Bruce Wayne sans son bat-costume et vous permettant d’admirer le luxueux manoir Wayne, Cœur de Glace navigue en terrain connu en présentant une succession de combats, de phases de Prédateur et d’analyse de scènes de crime, agrémentés de quelques quêtes secondaires accessibles en explorant la map, ici en version réduite. Ce n’est donc pas l’originalité qu’il faudra venir chercher ici, les quelques ajouts, comme les ennemis munis de pistolets gelant Batman un court instant, ne bouleversant à aucun moment un gameplay que l’on connaît désormais par cœur.

La principale innovation viendra de la tenue XE, un costume chauffant et très classe spécialement conçu pour les conditions de froid extrême (non, ne cherchez pas la raison pour laquelle Bruce s’est mis en tête de fabriquer un tel costume avant même d’apprendre l’existence d’un super-vilain gelé, vous perdriez votre temps). L’occasion de transformer les gants électriques en gants thermiques et de permettre l’utilisation de batarangs brûlants capables de faire fondre la glace couvrant notamment certains points d’observation.

Si le gameplay a fait ses preuves, on pestera tout de même contre la longueur inutile de certains combats et phases de Prédateur, comme si les développeurs avaient à tout prix cherché à allonger la sauce. Et comme dans les faits, votre lutte contre Mister Freeze (et contre le Pingouin, qui se joint à la fête) ne vous prendra pas plus de 3 heures, c’est d’autant plus dommageable.

Pour qui sonne le glaçon

Le scénario est connu d’avance mais est très efficacement mis en scène

C’est finalement l’emballage et la narration qui seront le plus aptes à convaincre les joueurs, même si le fait de connaître par avance les origines et les motivations de Mister Freeze nuit au plaisir de la découverte. La mise en scène est soignée, les nouveaux décors sont magnifiques et les cinématiques et doublages toujours au poil, mais l’effet de surprise n’est présent à aucun moment pour qui connaît au minimum l’univers de Batman. De la même manière, le combat final, aussi plaisant soit-il, n’est finalement qu’une resucée de l’affrontement contre le méchant de glace présent dans Arkham City, le précédent opus de la franchise.

Comme beaucoup de DLC sortis avant lui, Cœur de Glace s’adresse donc avant tout aux joueurs désireux de prolonger le plaisir et étant conscient que rien ne viendra vraiment les surprendre, en bien comme en mal. L’aspect incontournable de ce contenu dépendra donc principalement de votre désir, ou non,  de revêtir au plus vite la bat-cape.

La bande-annonce

Réalisation: 15/20

Tout comme le contenu de base, le jeu est agréable à l’œil et les nouveaux environnements sont très réussis, malgré quelques ralentissements et quelques bugs graphiques rares mais très désagréables. Rien à redire en revanche en ce qui concerne la mise en scène, menée de main de maître.

Gameplay/Scénario: 14/20

Malgré l’ajout d’un nouveau costume disponible à la moitié de l’aventure et d’un nouveau type d’ennemis, le gameplay est ici identique à la campagne solo d’Arkham Origins, la ville ouverte en moins (notons néanmoins qu’une toute petite partie de la carte est tout de même explorable). Le scénario est bien amené mais le fait qu’il soit bien connu des amateurs annule malheureusement tout effet de surprise.

Bande-Son: 16/20

La bande originale met une nouvelle fois immédiatement dans l’ambiance et les doublages sont généralement d’une très grande qualité, particulièrement en VO.

Durée de vie: 12/20

Comptez entre deux et trois heures pour boucler la campagne, et un peu plus si vous vous embarquez dans les trois quêtes secondaires proposées.

Note Globale N-Gamz.com: 14/20

S’appuyant sur une histoire connue de presque tous mais très efficacement mis en scène, Cœur de glace est un DLC tout à fait honnête et plus ou moins dispensable selon votre attachement au gameplay de la franchise Arkham. Si vous êtes en manque de bat-aventures, vous devriez y trouver votre compte.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Guib
Guib
Accro (mais sainement ; et oui, amis journalistes, c’est possible) aux jeux vidéo depuis le jour où j’ai reçu ma Super Nintendo accompagnée de Super Mario All Stars à l’âge de 6 ans, je suis passionné par les jeux de plate-forme, mais pas uniquement. Peu importe le genre, je suis surtout intéressé par les titres qui ont une âme et qui dégagent une réelle personnalité. Quelques-uns de mes jeux cultes : Yoshi’s Island, Beyond Good & Evil, Ico et les jeux Rockstar (oui, ça tranche avec le reste mais ces gars-là m’ont rarement déçu). J’ai aussi une petite faiblesse moins avouable pour les jeux nanars descendus par la plupart des testeurs, mais chut. Etant fan de cinéma fantastique et écrivant depuis quelques mois des critiques de films, j’ai eu envie de me diversifier et de me lancer dans le test de jeux vidéo, et me voilà !