Review

Les jours ont raccourci, il fait froid dehors et Halloween n’est pas si loin derrière nous. Toutes les conditions sont donc réunies pour profiter d’une bonne série horrifique, efficace et inventive. C’est-ce que nous proposent Ryan Murphy et Brad Falchuk avec AMERICAN HORROR STORY, une série inquiétante  de 12 épisodes qui en est déjà à sa seconde saison. Bienvenue en enfer!

La série pour jouer à se faire peur

La famille Harmon est au bord de l’implosion entre Vivien (Connie Britton) qui ne se remet pas d’une fausse couche, et découvre que son mari Ben (Dylan McDermott) la trompe. Sans compter leur fille Violet (Taissa Farmiga) trop intelligente et sarcastique pour son bien. Leur déménagement pour une superbe maison victorienne à Los Angeles leur apparaît donc comme un nouveau départ autant qu’une dernière chance. Malheureusement, ils auraient du se douter que le prix incroyablement bas de la demeure cache un certain nombre de cadavres dans les placards. Car cette maison est surnommée « Murder  House » par les touristes tant les tragédies s’y sont succédées. Et bientôt les Harmon se retrouvent à leur tour pris au piège de cette habitation diabolique et de tous ceux qui y sont liés, qu’ils soient vivants… ou décédés!

Autant le dire, AMERICAN HORROR STORY est un petit coup de génie dans le paysage plutôt fade des séries horrifiques. Car chaque saison est une histoire complète, se déclinant comme un très long film. Ce qui permet donc -sans tirer en longueur-  de creuser la psychologie des personnages, de travailler les ambiances et de profiter de tous les archétypes liés au genre tout en y ajoutant quantité d’originalités. Au chapitre des singularités, on notera par exemple la vieille gouvernante borgne qui apparaît  jeune, belle et allumeuse en diable à Ben. Ou l’inquiétant « rubber man », un énigmatique personnage entièrement vêtu de latex. Ce mélange de classicisme et de nouveauté est pour beaucoup dans l’intérêt de cette série. Tout comme la possibilité qu’offre le format feuilleton de mélanger diverses thématiques liées aux maisons hantées: fantômes à gogo, scientifiques dérangés, adultères chèrement payés, mise en doute de la raison, enfants anormaux et bien entendu diableries.

Les protagonistes se retrouvent cernés de personnages inquiétants renforçant encore le sentiment d’invasion permanent: l’étrange couple gay incarné par Zachary Quinto et Teddy Sears, la voisine envahissante Constance (admirable Jessica Lange) et sa fille trisomique Adélaïde, le vieil escroc défiguré par les flammes, l’ancienne maîtresse de Ben (Kate Mara) et l’adolescent qui se lie à Violet et présentant tous les symptômes de psychopathie (Evan Peters). Tous ces personnages se révèlent complexes et dévoilent petit à petit la dramatique histoire de la maison au fil de leurs échanges. Et finalement, on en vient à ne plus vraiment savoir qui est encore vivant et qui est mort. La fascination pour ce spectacle aussi angoissant qu’hypnotique est totale.

Forte du succès de la première saison, une seconde saison est actuellement en route sous le titre d’AMERICAN HORROR STORY ASYLUM. Une nouvelle histoire se déroulant dans un asile d’aliénés des années 60 où se mélangent scientifiques nazis, traitements sadiques, créatures monstrueuses, possession diabolique, serial killer et abductions extra-terrestres, le tout avec une cohérence presque obscène. Certains acteurs reviennent (Jessica Lange, Zachary Quinto, Sarah Paulson, Evan Peters et Lily Rabe) pour incarner de nouveaux personnages, créant ainsi une étrange continuité avec la première saison. Au vu de la qualité encore supérieure d’Asylum, tous les espoirs sont permis pour une troisième saison!

Note Globale N-Gamz: 4,5/5

LES BANDE-ANNONCES

La saison 1

La saison 2



About the Author

Almathea

Recette de l’Almathea. Prenez 30 années à regarder, aimer et défendre la japanimation. Mélangez avec autant d’années de cinéphilie orientée vers le fantastique et l’horreur. Ajoutez une pincée de cosplay, une bonne louche d’attrait pour le yaoi plutôt pas mignon, 200 kilos de mangas et un grand zeste de vampires. Enfin, faites mijoter le tout dans une casserole de regard critique sur le monde pendant au moins 37 ans. Bon appétit :D
Mes opinions ne sont pas universelles, aussi ne serons-nous pas toujours d’accord. Mais je suis toujours partante pour un débat constructif dans la bonne humeur. Alors n’hésitez pas ;)