Review

Grâce à notre toute nouvelle collaboration avec Taifu/ Ototo voici la première chronique sur Brother X Brother. Comme on aime faire les choses dans l’ordre, on commence par le premier tome de cette série, réalisée par Hirotaka Kisaragi, auteur très mystérieux, spécialiste du yaoi et du shonen-ai. Vous le connaissez sans doute via des œuvres telles que « Gate » ou les One Shot « Do you know my detective » et « Blood + yakou joshi ». Mais que nous réserve ce fameux Brother x Brother, yaoï de son état ?

Trois frères, un seul héritage

L’histoire de Brother X Brother nous amène à faire la connaissance de trois jeunes hommes, liés par la fraternité bien que ne partageant pas la même mère, du moins pour l’un d’entre eux. Place donc à l’aîné, Masato, d’aspect froid et gardant toujours la tête sur les épaules. Vient ensuite Kaname, sensible et fragile, et enfin Soichiro, un peu gaffeur/boudeur mais avec un cœur gros comme ça. La raison qui les amène à se retrouver est funeste : leur père, le grand cinéaste Kaoru Shirakawa, vient de mourir et a imposé comme condition d’héritage, avant son décès, que ses trois fils vivent ensemble dans la maison familiale durant un mois. Difficile de cohabiter sous le même toit quand on ne se connaît presque pas et que votre vie est remplie de secrets et de blessures du passé…

Sincèrement, je ne connaissais absolument aucune œuvre de Kisaragi, mais force est de constater que le style graphique du manga est très plaisant. J’ai tout de suite accroché, grâce notamment aux mimiques de Soichiro, si jeune et innocent. Le dessin global de ce yaoï est très expressif, allant même jusqu’à se servir du décor pour représenter les émotions des protagonistes. Le découpage visuel est cohérent, détaillé, sans surcharge, donnant un ensemble parfaitement lisible et compréhensif.

Kaname, le plus écorché vif de tous, est incroyablement touchant

Scénaristiquement parlant, l’histoire qui nous est narrée est assez complexe et tortueuse (à ce titre, quatre volumes sont déjà sortis, et un cinquième est en préparation, ce qui vous prouve qu’on est bien loin du one shot qui laisse sur sa faim). Le père des jeunes hommes semble leur avoir laissé un étrange héritage, qui devrait, on s’en doute, les faire souffrir. Je pense notamment à une scène marquante où l’on peut voir le désespoir qui anime Kanamé lorsque le jeune Soichiro le retrouve dans la cuisine de l’habitation, en proie à ses démons. Vous comprendrez donc aisément que j’ai hâte de lire la suite afin d’en apprendre plus le passé de chacun, de comprendre leurs motivations dans ce récit au fond très complet et clairement pas axé sur le « sex only », loin de là. Bref, une série qui démarre très fort, graphiquement aguichante et ne jouant pas dans le registre du « hard » pour se vendre. Espérons qu’elle tienne la route sur le long terme, mais on se doit d’encourager pareil début.

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

Serenitymoon
Mon pseudo vient d'un manga un peu ancien mais qui va ressortir prochainement , je veux parler bien sur de Sailor Moon (sujet intarissable pour moi). Eh oui jeune trentenaire j'ai été bercée pendant toute ma jeunesse grâce au Club Dorothée et au soleil du sud de la France , dans un petit patelin où je vis toujours. Que dire d'autre sur moi: fan de manga shojo depuis l'âge de 12 ans et yaoi que assez récemment , j'espère vous faire partager ma passion. J'ai aussi une tendresse toute particulière pour la mode gothic lolita j'aime les fanfreluches, la dentelle et les noeuds , bref une fille jusqu'au bout des ongles. J'espère que nous aurons un échange des plus intéressant dans un avenir proche.