Review

Quand on est un fan de manga depuis les tous débuts du genre en France (Dragonball chez Glénat, Fly chez J’ai Lu… j’avais 13 ans à l’époque), on en a dévoré des Seinen de tous bords et on pense que plus rien ne peut nous étonner, du moins en provenance du Japon. D’où l’idée de génie de Glénat qui a choisi de renouveler le genre… en France ! En s’associant à Antoine Dole, l’auteur de « Naissance des Cœurs de Pierre », pour le récit et Vinhnyu, le mangaka derrière « Chez un Orc », pour le dessin, la maison d’édition est parvenue à nous surprendre avec le premier tome de « 4Life », une œuvre sombre, angoissante, marquante alors qu’elle partait sur les bases… d’un bon gros Sailor Moon des familles !

« Un peu de fan service, du cosplay… ça commence comme un Magical Girl mais… »

Cali l’éternelle rebelle, Mia l’adoratrice de boy’s love, Tam la timide fan de chats et Sara l’héroïne au cœur pur sont amies depuis des années autour des mêmes passions : le cosplay et les mangas. C’est justement en plein trajet de bus pour une convention que leur destin bascule. En effet, suite à une erreur du chauffeur, le véhicule se renverse et se fait percuter par un camion en sens inverse, tuant tous les passagers sur le coup sauf… nos quatre demoiselles !

Sorties de leur coma, elles commencent à développer d’étranges pouvoirs liés à leur Cosplay tandis que la ville subit l’invasion d’une force obscure transformant tous les êtres humains en monstres assoiffés de sang. Les nouvelles capacités de notre quatuor seront-elles suffisantes pour survivre alors que même les proches de nos jeunes filles veulent leur mort? A moins que ces aptitudes ne soient au final… qu’une véritable malédiction ?

« Sara va fusionner avec son cosplay. Fun? Malédiction plutôt! »

Techniquement, le découpage de ce 4Life est sacrément bien exécuté. On sent que Vinhnyu a une bonne culture du mouvement et les phases d’action, assez nombreuses, sont lisibles et n’hésitent pas à jouer d’un encrage sombre pour donner le ton du récit : l’horreur et le désespoir, mais nous y reviendrons. On apprécie également le chara design très réussi des héroïnes, et les traits que le mangaka leur donne en situation de détresse psychologique, qui prennent vraiment aux tripes. En plus, le début de l’oeuvre jouit d’un soupçon de fan service, ce qui a toujours le don de plaire à votre humble serviteur.

Un bémol cependant sur le plan de la réalisation : certaines proportions pas toujours raccord ou des visages parfois trop simplifiés, comme si Vinhnyu avait été un peu pris par le temps pour boucler le premier volume. Allez, vu la qualité de l’ensemble, on peut dire qu’on pinaille légèrement tant notre artiste parvient à mettre en image le rythme effréné d’un scénario qui nous a littéralement pris par surprise!

« Des héroïnes soumises à l’horreur pour un seinen qui prend aux tripes »

Car si 4Life sort totalement son épingle du jeu par rapport à la concurrence, c’est indubitablement avec son histoire qui démarre comme un Magical Girl lambda et se transforme, après seulement quelques pages de mise en bouche, en Seinen horrifique pure souche dans lequel rien, et je dis bien R-I-E-N, ne sera épargné à notre quatuor ! C’est bien simple : imaginez les pires choses possibles que vous pourriez traverser, allant de la trahison d’une amie à la mort d’un parent, en passant par votre premier… meurtre! Vous sentez déjà les émotions poindre en vous? Et bien dites-vous que vous n’êtes qu’une adolescente fleur bleue pour affronter tout ça… et vous aurez le topo de ce récit qui va à 200 à l’heure et vous vrille le cerveau pas mal de fois, sans jamais dégoûter malgré la noirceur quasi palpable de son atmosphère.

De plus, si le monde autour de nos héroïnes s’effondre, leur amitié vacille également car chacune semble fusionner avec la psyché de son cosplay… et vu qu’il y a un tueur à gage sans scrupules dans le lot, vous imaginez les trahisons mortelles qui peuvent en découler ! Un vrai ascenseur émotionnel donc, comme on n’en avait plus rencontré depuis longtemps, avec des réactions de personnages qui sonnent toujours justes face aux situations les plus sordides, nous rendant l’immersion d’autant plus intense.

Pour résumer, on pensait être blasé et avoir tout vu en termes d’horreur psychologique, mais la lumière au bout du tunnel nous vient de l’Hexagone, avec un 4Life qui va définitivement nous laisser une marque indélébile par ce premier volume qui, on l’espère, verra toutes ses questions laissées en suspens trouver réponse de façon convaincante dans un second et ultime tome… que l’on a terriblement hâte de dévorer !

La bande-annonce

Note Globale N-Gamz: 4/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!