Review

Après 5 ans d’absence, le terrible city-builder nous plaçant aux commandes du renommé « El Presidente » est de retour ! Seulement cette fois, un nouveau développeur débarque dans l’aventure : Limbic Entertainement, connu pour son boulot sur Might & Magic. En effet, la licence Tropico a clairement peiné à se renouveler au fil des itérations, notamment avec ses opus 4 et 5. Un nouveau studio pour un vent de fraîcheur tropicale sur la saga? La réponse dans ce test !

Cette bonne vieille république bananière !

« De retour dans la peau du El Presidente pour faire régner l’ordre et la loi »

Afin de ne pas perturber les bonnes vieilles habitudes des fans de Tropico, ce 6ème volet débute par la création de votre président. Choix du sexe, de l’apparence ainsi que background politique, tout est conçu pour poser les bases politiques et économiques de votre île. On est ainsi ravi de retrouver les bases de la licence que l’on adore et surtout, cet humour génial qui est l’un des piliers de la franchise.

La priorité de votre épopée va rester la même que lors de vos aventures précédentes : prendre en compte les besoins de votre population afin de maintenant un niveau de bonheur optimal. Entre emplois, logements, moyens de transports, commerce, nourritures…. tout y passe. Bien entendu, il va falloir compter avec la topographie du terrain afin d’optimiser au maximum vos placement d’exploitations. En surfant entre exportation et importation, il va falloir se faire la main rapidement sur les lois du marché histoire d’obtenir des rendements financiers permettant le développement de votre île et de sa population, mais surtout de maintenir la populasse épanouie afin d’éviter révoltes, grèves et autres joyeusetés. Les différents partis sont aussi de retour, et il va falloir parvenir à satisfaire tout ce petit monde en répondant à des exigences parfois complexes qui raviront les écolos par exemple, au grand dam des capitalistes, etc…

El Presidente n’a pas changé !

« Des menus ergonomiques à souhait et un gameplay bien pensé… mais sans nouveautés »

Malgré le défilement du temps et les variations historiques nous faisant traverser les époques coloniale, pré et post-guerres mondiales sans occulter la Guerre Froide, on ne compte pas de changements niveau gameplay par rapport à l’épisode. Le souci c’est que quand je dis « pas de changements », et bien autant dire que si vous vous souvenez de vos premiers pas sur Tropico premier du nom… vous ne serez pas dépaysé!

On apprécie certes le fait que notre île ait pris une méchante ampleur, de même que le principe d’archipels qui va de pair avec la possibilité de construire des ponts afin de rallier tous ces territoires, mais malheureusement… rien de novateur ou révolutionnaire à se mettre sous la dent. Mention spéciale néanmoins aux menus très clairs et ergonomiques. On retrouve, de plus, les campagnes politiques et autres élections ainsi que le concept de bibliothèque qui nous permet de débloquer de nouveaux bâtiments.

« Un style graphique reconnaissable »

Sur le plan technique, Tropico 6 reprend les codes esthétiques que l’on apprécie mais les a intelligemment mis au goût du jour pour un rendu visuel vraiment sympathique, aux tons chauds et agréables à l’œil. Un petit air de Cuba qui nous avait manqué durant toutes ces années. La bande-son, quant à elle, est de bonne facture. L’ambiance musicale ne prend jamais le dessus sur les bruitages afin de nous laisser vaquer à nos occupations tranquillement.

Quand c’est trop…c’est Tropico !

Tropico 6 reprend avec brio les bases d’une licence épique aux mécaniques qui ont fait leurs preuves à travers le temps. Et si l’on est ravi de retrouver toutes ses fondations qui nous rendraient presque nostalgique, on aurait adoré voir un grand chamboulement, de grandes nouveautés parce que bon, le principe d’archipels n’a pas de quoi révolutionner le genre bien qu’il pousse le joueur à repenser sa façon d’aménager l’espace. Alors oui, le soft est ultra complet pour tous les novices, plus accessible dans le fond qu’un Anno, cependant j’ai peur que les vieux de la vieille ne soient un poil déçus après une attente aussi longue pour découvrir au final un résultat aussi… classique!

La Bande-Annonce

Réalisation: 15/20

Le jeu est à la page sur la technique. On est face à un soft propre, bien pensé, plutôt bien optimisé. La patte esthétique d’époque est toujours présente avec ses couleurs chaudes, son ambiance architecturale coloniale ainsi que sa flore tropicale. On est donc ravi de retrouver un environnement que l’on connait et que l’on apprécie, marquant l’identité de la licence.

Gameplay/Scénario: 13/20

L’ambiance de Tropico est respectée, les 15 scénarios tiennent la route et on apprécie de retrouver l’humour bon enfant de la licence. Le gameplay puise dans des bases solides de façon intelligente, cependant il est fortement regrettable de ne pas avoir de réelles nouveautés dignes de ce nom à se mettre sous la dent après autant d’attente. Quelques points de l’IA sont même carrément à la ramasse parfois et l’on peinera à comprendre ce qui fait que notre population ne soit pas heureuse.

Bande-Son: 13/20

Agréable à l’oreille, elle tombe parfois dans la trop grande discrétion.

Durée de vie: 16/20

En plus des 15 scénarios déjà conséquents en terme de contenu, le soft propose un mode bac à sable ultra paramétrable qui permettra de se lancer dans des parties interminables.

Note Globale N-Gamz.com: 14/20

Tropico 6 est un bon city-builder. Il a toutes les bases nécessaires pour plaire aux novices. Cependant, malgré un respect total de toutes les fondations typiques de la licence, le fait que le titre ne propose rien de novateur décevra à coup sûr les habitués de longue date de la licence qui ont rongé leur frein pendant ces cinq dernières années. Nous ne pouvons qu’attendre de voir le développement que va prendre le soft et la direction que va lui donner Limbic Entertainement tout en croisant les doigts pour obtenir Tropico que l’on espérait tant, au fil des mises à jour.



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !