Review

Hardi moussaillons! Comme on s’retrouve sacrebleu! Après la preview de Sea of Thieves, voilà que l’équipage du fameux navire N-Gamz a embarqué pour la version finale du soft sous les ordres de la redoutable Cap’tain Lady, afin de vous servir un test complet empli d’espoirs et qui fleure bon le rhum et les épices ! Si la recette proposée par le dernier bébé de Rare nous avait laissés sur une bonne impression durant ses phases de beta, qu’en est-il du plat de résistance final ? Venez le découvrir à bord de notre fier esquif et n’oubliez pas: les bouées de secours sont placées sous vos sièges et les boulets de canon rangés soigneusement dans les caisses à votre droite. Safety first!

Souquez les artimuses ! 

« Un Open World d’aventures maritimes en bonne compagnie »

Rapide présentation pour la forme: à la barre de Sea of Thieves, on trouve le studio Rare, dont on a pu admirer le travail « à la grande époque » sur des titres tels que Donkey Kong Country, Banjo & Kazooie ou Golden Eye, tandis qu’à l’édition on retrouve bien entendu Microsoft en personne, qui a acquis le studio à l’ère de la Xbox 360! Logique, donc, que le soft soit une exclusivité Xbox One et Windows 10.

Niveau scénario, tout tient sur un Post-it: à vous la vie de pirate, la vraie, avec des trésors, du rhum et des combats de sabre ! Enfin ça, c’est sur le papier hein, parce que dans les faits, Sea of Thieves propose quelque chose d’assez aseptisé…

Vous l’aurez compris, la fameuse « vie de pirate » a été vachement simplifiée pour le coup. Exit l’existence en communauté ou l’acharnement sur les navires de la royauté… En fait notre fier équipage ressemble plus à une compagnie de transport maritime qu’à autre chose. En effet, au niveau des missions, les PNJ proposent soit de vous acheter des voyages d’un point A à un point B, soit de ramener du ravitaillement à un avant-poste, soit d’aller déterrer du coffre, soit de défoncer des myriades de squelettes, vestiges d’un équipage maudit échoué sur les côtes d’une île lugubre. Et cela s’arrête là! Autant dire qu’elle va tourner rapidement en rond, notre petite affaire de piraterie…

Un navire à tribord ! 

« Trop peu d’activités pour un titre de cette envergure »

Alors oui, le soft en vue à la première personne propose une aventure dans un monde multijoueurs histoire de palier son manque de contenu mais là aussi, on nage en eaux troubles : serveurs en carton, lags à tout va, maintenance le week-end aux grandes heures de connexion et communauté déjà hautement toxique. Entre les joueurs qui vont plomber salement votre navire pendant que vous ramenez les preuves de réussites à vos commanditaires, les crétins qui s’incrustent dans votre session pendant qu’un ami tente de vous rejoindre et décident de camper dans la prison pendant deux heures sans broncher juste pour vous saouler, ou encore ceux qui font partie de l’aventure mais n’ont ni casque ni micro et n’en font qu’à leur tête, vous comprendrez que l’expérience est parfois très loin de la franche rigolade entre potes.

C’est bien simple, Sea of Thieves est un « bordel sans nom » au niveau communautaire. Autant on conçoit que c’est un jeu de pirate et que ces derniers n’étaient pas des anges, mais on peut aussi comprendre que des joueurs souhaitent simplement profiter de l’aventure entre camarades sans se faire pourrir par un gamer tiers ou se faire spammer longuement par un navire adverse qui n’a d’yeux que pour la destruction. Il aurait été judicieux pour Rare de proposer une solution alternative à la prison ainsi qu’une façon d’éviter le PvP sauvage capable de foutre en l’air une épopée d’une après-midi entière à courir après les coffres et les bouteilles à la mer…

Long John Silver n’a qu’à bien s’tenir ! 

« Serveurs en carton et communauté déjà bien toxique, bienvenue dans Sea of Thieves! »

Si les modes de jeu ne sont pas vraiment folichons, on ne peut par contre qu’admirer le travail effectué sur le gameplay de Sea of Thieves ! La navigation demande ainsi d’être autant alerte au sens du vent qu’à la vitesse de notre embarcation, mais aussi aux tempêtes se dressant sur notre route tout en gardant un œil sur la carte afin d’être sûr de conserver le bon cap. La coopération et le dialogue sont dès lors au cœur de tout voyage afin que tout se déroule sous les meilleures augures !

La gestion de votre navire se veut donc réaliste, avec une pointe d’accessibilité niveau prise en main, pour notre plus grand bonheur. On apprécie ainsi la pluralité des choses à maîtriser dans les premières heures de l’aventure, allant de la simple navigation au combat maladroit entre navires, en passant par l’exploration des îles et le combat. Les petits ajouts bonus apportés par les battles de descente de grogs ou les instruments de musique garantissent de leur côté des heures de troll avancé… Allez, faites pas les ignorants, on a tous dans notre team « CE » pote qui joue de l’accordéon pendant que le navire prend la flotte !

Terre en vue !

« L’effet de houle et la réalisation graphique sont superbes »

Sea of Thieves profite d’une réalisation plutôt canon dans le style cartoon. Couleurs à tout va, jeux de lumière ultra aguicheurs, effets de l’eau si bien travaillés que certains joueurs ont réussi à choper le mal de mer… tout est fignolé comme il faut sur le plan esthétique. Mais, parce qu’il y a toujours un « mais » prêt à saborder le navire: la redondance présente dans ce petit univers est… infernale! Mêmes PNJ, mêmes ennemis, mêmes îles, même végétation et environnements, c’est vraiment usant à la longue. On va d’île en île en s’attendant à de belles surprises pour au final tomber sur les squelettes, poules, cochons, arbres et fleurs qu’on a déjà vu sur les 10 îlots précédents. Vous l’aurez compris, le dépaysement tant attendu pour un jeu de pirate et d’exploration se fane très vite.

La bande-son, pour sa part, est de bonne facture avec une ambiance musicale digne des classiques de la piraterie que l’on connaît tous dans notre culture populaire. Les bruitages sont toujours bien calés et proposent une pointe de réalisme que l’on ne peut qu’apprécier, histoire de savoir d’où le navire prend l’eau par exemple. On regrettera seulement une impression de relâchement sur la terre ferme: une fois posé le pied à terre, on devrait entendre la vie fourmiller…et rien, nada, c’est d’une discrétion telle que le contraste avec nos aventures maritimes se ressent immédiatement.

Yo-ho, ho-ho, a pirate’s life for me…

« Sans ajout de contenu rapidement, Sea of Thieves risque bien de sombrer… »

…ou pas! Sea of Thieves souffre honnêtement du syndrome du « soufflé » ! Magnifique à regarder, pleins de belles promesses mais au final vide et avec peu de saveurs. On redoutait déjà, lors de la bêta, le manque de contenu et la sortie du soft n’a fait que confirmer ces peurs : les quêtes sont ultra répétitives et les occupations très limitées alors qu’avec un concept pareil, bon sang il y avait de quoi faire ! On amasse alors machinalement notre pactole sans grande difficulté, avant de se manger la violente réalité en pleine tête: ces heures de farm à s’infliger les mêmes allers-retours permettent juste de s’offrir une voile de couleur criarde ou une proue joliment décorée mais pas épiquement grandiose et… c’est tout ! Du cosmétique en veux-tu en voilà, quelques armes et fin de l’histoire!

Il n’empêche qu’entre potes, les parties garantissent fous rires et heures de plaisir, mais c’est votre équipe qui crée ce fun et pas le jeu en lui-même. Sincèrement, si les développeurs de Rare ne garantissent pas plus de contenu dans les mois à venir, le naufrage est prévisible. Allez les gars, on se remue car Sea of Thieves est un diamant brut qui ne demande qu’à être lissé afin de s’imposer comme un des titres à posséder absolument sur Xbox One!

La Bande-Annonce

Réalisation: 14/20

Le soft est somptueusement réalisé et malgré le côté cartoon, on est épaté par le réalisme des effets de l’eau, de la lumière et du vent. Les jeux de couleurs sont choisis avec justesse, le design artistique nous emporte très loin… bref c’est beau, c’est bio et on adore la promenade visuelle! Mais malheureusement tout se ressemble très vite et c’est fort regrettable. Ajoutons à cela des serveurs qui ne tiennent pas la route ainsi qu’un multijoueur mal géré et on obtient une note bancale qui aurait pu largement, avec un peu d’efforts, de stabilité et de diversité, grappiller deux à trois points de plus dans ce tableau…

Gameplay/Scénario: 14/20

Le scénario tient sur deux lignes, alors qu’il aurait été possible de se lancer dans une vraie aventure narrative, même en coopération, dans laquelle on affronterait des hordes de pirates sanguinaires connus, tout en croisant de nombreux vaisseaux fantômes… Tout était possible mais les devs ont préféré nous servir 3 ordres qui proposent des quêtes où la redondance est le maître mot. Le gameplay, quant à lui, est plutôt diversifié et assez intuitif, bien que l’on soit totalement largué en pleine nature au tout début de notre aventure.

Bande-Son: 15/20

Ambiance musicale au point, bruitages convaincants, on apprécie la bande-son bien qu’elle soit un peu trop discrète par moment.

Durée de vie: 12/20

En l’état, malgré le fun procuré, la répétition infligée par le soft est plus punitive que plaisante. En tant que joueuse de MMO, je conçois aisément le farm pur et dur, répétitif à l’excès parfois, mais ici il n’est pas justifiable. Le seul contenu proposé ne se suffit pas à lui-même: aller sur une île, revenir à un avant-poste, c’est plaisant les premières heures mais ensuite c’est surtout votre équipage qui fera que l’aventure sera mémorable, pas le soft en tant que tel. Autant dire que les 70€ demandés ne sont justifiés ni par la qualité ni par la quantité des activités proposées…

Note Globale N-Gamz: 13,5/20

J’aurais adoré être aussi hypée que lors des bêtas pour ce test, hélas toutes les craintes qui nous restaient en tête se sont vues confirmées dès la sortie de Sea of Thieves : contenu absent et serveurs en carton! L’esthétique du bébé de Rare est géniale, le principe est énorme et la qualité est quasi omniprésente, du coup on a du mal à comprendre à quel moment les développeurs se sont dits que proposer un nombre d’activités aussi pauvre dans un univers aussi soigné serait une bonne idée… Ici à la rédac, on souhaite vraiment une chose: voir arriver un débarquement complet de mises à jour dans les prochaines semaines ainsi qu’une écoute poussée des réclamations des joueurs quant aux problèmes du multi anarchique, afin que l’on puisse ajuster cette note finale de test qui nous laisse un goût amer en bouche. On attendait tellement plus de Sea of Thieves! Il nous reste le rhum pour oublier… et une pointe d’espoir de voir Rare se démener pour nous proposer un contenu digne de ce nom!



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !