Review

Lors de son annonce, Pokemon Let’s Go est parvenu, à la fois, à hyper les fanas de la saga tout en les effrayant puissance dix. Évoqué comme un remake de l’épisode Jaune servant de lien entre la mythique licence de BigN et son application pour smartphone made in Niantic, cette version a provoqué de nombreux sentiments opposés au sein d’une communauté qui a vieilli avec un système de jeu qu’elle chérit plus que tout. Du coup, entre inquiétude et curiosité profonde, quel est le résultat de cet opus remanié ? N-Gamz a rempli son stock de Pokéballs est est parti rôder dans les hautes herbes afin de répondre à cette question !

Retour à Kanto !

« Retrouver le Kanto, avec des effets de lumière totalement bucoliques! »

Comment se prendre une vingtaine d’années dans les dents ? En se replongeant sur les routes que l’on a arpentées lors de notre jeunesse, avec innocence, sur nos Gameboy tout simplement ! Les joueurs de longue date de Pokémon auront donc un sentiment de nostalgie assez marquant en se lançant dans ce Pokémon Let’s Go, où l’on retrouve avec bonheur Bourg Palette, les routes, grottes, et arènes que l’on a parcourues il y a fort, fort longtemps. Cependant, nous n’avons pas ici affaire à un bête portage remastérisé et il va falloir s’adapter à… certains changements drastiques !

Tout d’abord, si Game Freak nous propose de replonger dans le scénario que l’on a connu il y a belle lurette, on va pouvoir opter pour deux versions distinctes: Evoli ou Pikachu. Le pokémon qui aura eu votre préférence scouatera alors gentiment votre tête lors de vos promenades et détiendra le pouvoir des techniques secrètes. Ces techniques remplacent donc les CS, permettant aux joueurs de ne plus avoir à monopoliser des slots d’attaques pour pouvoir couper les arbustes empêchant l’accès à certaines zones, voler de villes en villes ou encore surfer sur les étendues d’eau… On reprend donc le soft de base mais avec un gameplay bien plus actuel, prenant ses marques sur toutes les nouveautés ajoutées au fil des opus.

Capture à gogo ! 

« Un rival qui vous donne un coup de main? C’est ça, l’esprit Pokémon Let’s Go »

Une des plus grosses inquiétudes des joueurs lors du visionnage des teasers de Pokemon Let’s Go tournait clairement autour des combats qui paraissaient absents de cette version. Entendons nous bien: vous avez toujours des dresseurs et des champions d’arènes à combattre, à l’ancienne au tour par tour, où il va falloir jouer sur les affinités de type et la sélection d’attaques spéciales ! Par contre, on dit « adios » aux bastons classiques dans les hautes herbes. En effet, le soft reprend les mécaniques de Pokémon Go pour cet aspect, et les monstres sont bien visibles. On est donc parti sur du lancer de Pokeball à foison, rien de plus. Personnellement, j’ai ressenti un vide au tout début de ma promenade, avant d’adhérer au principe qui finit par séduire.

En effet, le jeu va demander un certain farming intensif afin de s’aventurer dans le contenu post affrontement de la Ligue. Le principe du gain d’xp se fait aussi bien via les combats contre d’autres dresseurs mais aussi lors de nos cessions de capture intensive durant lesquelles il va falloir gérer la qualité et le nombre de lancers afin de faire monter cette xp de façon plus significative. L’aventure devient donc plus simpliste par ce biais mais permet de se concentrer sur des objectifs plus trépidants comme aller traquer le légendaire, affronter une nouvelle fois les champions d’arène ou le conseil des 4, battre les 151 experts pour leur montrer qui est le patron… bref autant dire qu’il y a de quoi faire !

Une promenade rafraîchissante ! 

« Si la capture de Pokémons sauvage s’apparente à un jeu d’adresse, les combats de dresseurs gardent le côté RPG »

Les dernières versions de Pokemon sorties sur 3Ds nous plongeaient dans des univers esthétiques et graphiques charmeurs, plus poussés techniquement, mais qui se heurtaient clairement aux limites de la console. Sur Switch, on découvre un univers repensé, et bien plus actuel. Visuellement Pokemon Let’s Go nous envoie ainsi du rêve sans renier son identité. Ajoutons à cela l’affrontement entre la nostalgie de retrouver tous ces lieux et visages familiers et la modernité par le biais de graphismes actuels, et vous comprendrez que le mélange fonctionne à merveille, aussi bien en version portable qu’en mode console de salon.

La fluidité est de plus omniprésente et les couleurs sont saisissantes pour notre plus grand plaisir. Gamefreak nous montre ses capacités d’adaptation à un nouveau support tout en gardant son design artistique qui nous berce depuis déjà plus de vingt ans. La bande-son, de son côté, va finir d’achever les vieux de la vieille avec tous les thèmes musicaux que l’on a eu en tête lors de nos jeunes années. Une fois de plus, tout est pensé entre nostalgie et modernité, sans jamais altérer nos souvenirs.

Une passerelle entre passé et futur de la licence ? 

Pokemon Let’s Go Evoli & Pikachu donne une impression de lien entre ce que l’on a connu et ce que l’on va connaître. Sorte de melting-pot entre tradition et nouveauté, le soft nous séduit dès les premières minutes, nous les vieux de la vieille, et devrait ravir également un public plus jeune, voire même attirer de nouveaux joueurs. Les développeurs ont fait des paris osés, ont pris des positions risquées qui auraient pu ruiner une licence bien installée dans le cœur des fans (il suffit d’ailleurs de se balader sur certains sites pour admirer la rage de certain gamers tombés dans le fanatisme pur et dur), mais au final la recette fonctionne pour cet opus, même s’il ressemble plus à un avant goût de la suite de notre épopée Pokemon prévue pour 2019!

La Bande-Annonce

Réalisation: 17/20

Quel plaisir de se replonger dans un univers qui nous a fait autant rêver il y a des années. La qualité visuelle est omniprésente, bien qu’il soit regrettable de se retrouver avec des personnages sans synchro labiale ou quelques modélisations un peu cheap au vu des capacités de la console de Big N.

Gameplay/Scénario: 15/20

Le scénario paraîtra déjà vu pour la plupart des joueurs de notre génération, mais a le mérite de proposer une aventure légère et agréable aux plus jeunes joueurs étant passé à côté des premiers épisodes de la licence. Niveau gameplay, malgré une prise de risque assez conséquente par rapport à la capture et une disparition des combats avec les pokémons sauvages, on retrouve au final un système de jeu bien pensé, bien implanté et qui rend même l’expérience plus zen. Cependant certains joueurs pourraient ne pas adhérer à cette trop grande accessibilité, ce qui reste compréhensible.

Bande-Son: 17/20

Quel plaisir de retrouver les enchaînements musicaux que l’on a connu il y a deux décennies ou presque, avec un petit coup de fraîcheur pas déplaisant pour l’occasion! De plus, la Pokéball vendue à part ou en bundle permet même d’entendre le Pokémon que l’on souhaite emmener partout avec soi.

Durée de vie: 17/20

Le contenu de base du soft se parcourt plus rapidement que les dernières aventures proposées par la licence. Il est tout de même à noter que le titre a le bon goût de ne pas s’arrêter une fois la victoire remportée sur le Conseil des 4. Oh que non, il reste une pléthore de choses à faire !

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Pari risqué, Pokemon Let’s Go Evoli & Pikachu se révèle être une charmante surprise. Le soft est plein de fraîcheur et de peps tout en conservant cette identité que l’on adore depuis tant d’années. Attention cependant, il faut prendre cette mouture pour ce qu’elle est : un portage adapté à un public aussi bien ancien que nouveau, sorte de lien entre deux époques, deux types de joueurs, deux générations. Pour les fans hardcore, il restera à patienter bien sagement pour voir ce que donnera le « vrai » RPG Pokémon prévu pour 2019 sur Nintendo Switch, mais Let’s Go leur servira de mise en bouche plutôt agréable histoire de trouver le temps moins long.



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !